[Event Fioles] Chasse aux trésors ! Partie I : Iles de Luney [Pv : Caly]

    Partagez
    avatar
    Messages : 122
    Date d'inscription : 06/01/2015
    Localisation : Dans un lit ou dans un couloir.

    Caractéristiques
    Mana:
    40/500  (40/500)
    Métier: Grand Maître Chevalier
    Niveau:
    6/720  (6/720)

    Alex Femme.
    Cassandre.

    La femme a enfin obtenu l'accord de Boran pour prendre un peu l'air. Pour effectuer une ou deux missions totalement indépendante. Sans aucun rapport avec la royauté. Car il fallait l'avouer, au bout de cinquante, soixante ans de service, il lui fallait souffler un peu. Elle avait ressortir l'armure légère. La même que l'autre idiot avait emporté à Caser Flatz. Et elle était sorti du château avec Saor battante contre sa hanche. Son épée lui avait manqué. La femme est bien plus discrète que l'homme et sort tranquillement du château. Quelques jours plus tôt, elle avait entendu des rumeurs à propos d'étrange trésor des Entités et elle avait décidé d'y participer avec des chasseurs de trésor. Ce n'était peut être pas au nom d'Aldric mais rien ne lui interdisait. D'un pas rapide et leste, les cheveux attachés sur le côté elle se rendit jusqu'au tableau de recensement de la mission. Il y avait plus de gens depuis la dernière fois et elle regarda attentivement les noms. A plusieurs fois un léger sourire à moitié crispé et à moitié amusée se dessina sur son visage. Certains lui disaient quelques choses, d'autres absolument rien.

    Alex entra dans le bâtiment des quêtes et chercha du regard l'homme qu'elle avait interpellé pour la mission. La Chevalière était d'une humeur assez particulière : à la fois contente et excitée. Cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas ressenti pareille chose. Il fallait dire que ces derniers temps avaient été, pour elle, particulièrement tranquille alors que l'homme avait fait plein de rencontre aussi étrange que dérangeante. Il avait aussi fait des promesses stupides mais ça, elle le laissait assumer. Finalement, elle le dénicha près d'une immense table, chope en main apparemment en train de faire un grand discourt. D'un pas leste et rapide elle rejoignit la position et s'appuya contre une poutre en l'écoutant.
    - Mes chers camarades aujourd'hui est un grand jour ! Très grand jour ! Les Entités ont déposés des cadeaux précieux sur notre terre et nous nous devons de les retrouver ! Pour la richesse, la gloire et la paix de notre monde ! Nous la guilde des heureux chasseurs de trésor nous nous remettons en route !

    Ça ne faisait aucun doute qu'il était un Guardian. De Féa peut-être, la chevalière n'était pas très sûre. Et il ne faisait aussi aucun doute que des Gust se trouvait dans les chasseurs de trésor. Sans bouger de sa poutre, Alex observa les visages rassemblés autour de la table. Certains étaient des ivrognes familiers d'autre de parfait inconnu. Pour sa chance, sa tenue était assez ample pour dissimuler ses formes et sa capuche sa chevelure : elle n'était qu'une petite ombre appuyée contre la charpente. L'homme, le meneur, commença à faire l'appel et à annoncer les équipes. Minimum deux, maximum quatre. Au fur et à mesure que la table se vidait, Alex s'impatientait : si elle tombait avec un ivrogne qui essayerait de la peloter, elle l’émasculerait directement. Au final, il ne resta plus personne quand l'homme la remarqua enfin.
    - Ah ! Chevalière Endra je ne vous avez pas vue ! C'est un plaisir de vous avoir avec nous. Alors vous... vous...

    Sans un mot elle le laissa déchiffrer sa propre écriture sur un parchemin. L'attente ne fut pas longue avant qu'il ne s'exclame :

    - Là ! Alex Endra vous êtes avec Calypso Andras ! Entre femmes vous vous comprendrez mieux !

    - Pardon ?

    Alex avait un grand sourire crispé en regardant l'homme. Il ne semblait pas très bien comprendre et ajouta :

    - C'est... que... vous savez si vous êtiez en équipe avec des hommes, il pourrait y avoir des débordements et la chasse ne serait pas optimales et...

    - Bien, souffla-t-elle soudainement énervée. Non c'est très bien comme ça. Je ne vois pas où est le problème de faire bosser un chevalier avec une petite pisseuse, mais ça va aller.

    La Chevalière lui fit un immense sourire ironique alors qu'il ne savait plus quoi dire.
    Guardian
    avatar
    Messages : 351
    Date d'inscription : 07/09/2014
    Age : 25
    Localisation : Derrière toi

    Caractéristiques
    Mana:
    196/500  (196/500)
    Métier: Grand Maître Assassin
    Niveau:
    9/720  (9/720)


    Andras n’en revenait toujours pas. Même une demi-heure après que Caly lui explique la situation, le démon avait toujours du mal à s’en remettre :

    « - Alors c’est donc vrai Caly ?

    - Ça parait si extraordinaire que ça ?

    - Oui, c’est juste un cas centenaire. Toi, bossé avec un inconnu ?

    - Je n’ai pas le choix, il me faut des Ducats pour pouvoir augmenter les propriétés de mon arme, et puis, Xerces a été clair, en équipe, on aura plus de chance d’aller plus vite. J’espère juste ne pas tomber sur un boulet, sinon je m’en débarrasse.

    - Cela risque d’être très amusant ! Cela va me faire bizarre, voilà plusieurs jours que nous nous prélassions dans nos appartements, c’était presque trop tranquille.

    - Justement, il est temps de se bouger un peu, et puis j’ai envie de tester mes nouvelles capacités, voir si notre entrainement dans la forêt fut productif.

    - C’est vrai qu’un cas pratique peut te faire du bien.

    - Qu’il en soit ainsi, nous partons demain ! Pour l’heure reposons nous, tu m’as épuisé à jouer avec le Chat.

    - Navré, mais certaines fois les démons ont aussi des pulsions à assouvir…»

    *

    La nuit passa rapidement, et Calypso se mit en route. C’est que Cassandre n’était pas tout près du champ des InsOmniaes, il fallait donc s’y prendre suffisamment tôt pour pouvoir être dans les temps.

    Le voyage se déroula s’en encombre, et la jeune femme arriva rapidement au lieu-dit. Une foule pas croyable semblait être au rendez-vous. Il est clair que les trésors pouvaient attirer beaucoup de monde.

    L’instinct de l’assassine se mit en marche, et il fut difficile de retenir ses pulsions meurtrières. Ah, ce qu’elle avait envie de tous les massacrer. Mais d’un autre point de vue, cela rajoute de la difficulté que d’avoir de la concurrence. Au milieu de tout ce bordel, un homme semblable à un crieur haussa la voix :

    - Mes chers camarades aujourd'hui est un grand jour ! Très grand jour ! Les Entités ont déposés des cadeaux précieux sur notre terre et nous nous devons de les retrouver ! Pour la richesse, la gloire et la paix de notre monde ! Nous la guilde des heureux chasseurs de trésor nous nous remettons en route !

    « - La paix de notre monde hein ? Tu parles, les chasses aux trésors sont synonyme de corruption et de bain de sang ! Ah elle est bien belle l’hypocrisie de la capitale.

    - Que veux-tu Caly, n’oublie pas que les chasses aux trésors sont approuvées par les rois des différentes contrées ! C’est surement qu’elles sont synonymes de grands pouvoirs et de craintes pour les empires actuels.

    - Certes, je suis sûr que Xerces est aussi curieux de savoir quel type de pouvoir se trame derrière tout ça. »

    La discussion prit fin rapidement quand le crieur s’exclama de nouveau :

    - Ah ! Chevalière Endra je ne vous avez pas vue ! C'est un plaisir de vous avoir avec nous. Alors vous... vous...

    Le visage de Calypso se crispa. Bordel de merde, il ne manquait plus que lui. Mais une chose l’interpella, comment ça « elle » ?

    Une voix féminine s’offusqua derrière elle :

    - Là ! Alex Endra vous êtes avec Calypso Andras ! Entre femmes vous vous comprendrez mieux !

    Une voix féminine s’offusqua derrière elle :

    - Pardon ?

    Le crieur essaya aussi tôt de se justifier :

    - C'est... que... vous savez si vous étiez en équipe avec des hommes, il pourrait y avoir des débordements et la chasse ne serait pas optimales et...

    Pendant ce temps Calypso se retourna, stupéfait de voir une femme à la place de l’autre mauviette.

    - Bien, souffla-t-elle soudainement énervée. Non c'est très bien comme ça. Je ne vois pas où est le problème de faire bosser un chevalier avec une petite pisseuse, mais ça va aller.

    Calypso lui bondit dessus et la chopa par le col. Étrangement, elle réussit à la soulever de quelques centimètres. Sans aucun doute, la femme était beaucoup plus légère que l’homme. Puis le regard emplit de sang, l’assassine s’exprima :  

    - Tant pis, la chasse ne sera pas optimale. Qu'est ce que tu as fait de l'autre andouille ?Qu'importe, qui que tu sois, je te traiterai le même sort, si tu fais partie de sa famille. Je crois qu’on est très mal partie petite. Si tu commences ainsi, je n’hésiterai pas à te trancher le cou.

    Le crieur affolé, s'empressa d'ajouter pour mettre fin au conflit :

    - Du calmes, du calmes, il va bientôt falloir vous préparez, la chasse a déjà commencé : il parait qu'on a vu une fiole sur les îles d'Aëgi

    avatar
    Messages : 122
    Date d'inscription : 06/01/2015
    Localisation : Dans un lit ou dans un couloir.

    Caractéristiques
    Mana:
    40/500  (40/500)
    Métier: Grand Maître Chevalier
    Niveau:
    6/720  (6/720)
    Alex sentit venir le danger et d'un geste rapide et puissant dégaina Saor et l'élança vers un point sensible. Le danger, l'assassin, ne tarda pas à apparaître dans les secondes qui suivirent. L'empoignant par le col, elle arrêta sa lame à quelques centimètres de sa gorge, et la décollant du sol. Alex remarqua avec agacement qu'elle était bien plus petite que sa comparse assassine. Fallait dire qu'avec l'autre bourrin d'homme, elle était bien plus grande que la plupart de ces bouseux. Les muscles de son visage ne bougèrent par d'un poil et elle garda son grand sourire ironique en levant le menton. Femme contre Femme elle n'allait pas lui faire de cadeau comme son imbécile d'homme.

    Alex l'écouta en soutenant son regard. Pauvre petite chose remplie de haine et d'envie de tout détruire. La femme se remémore leurs derniers mots et lui sourit plus, la laissant s'exciter pour rien. Du tranchant de sa main libre, la chevalière donna un coup puissant dans le poignet de l'assassine pour la faire lâcher et recula de quelques pas, la pointe de l'épée tenue d'une main pointée sur sa gorge :
    - En quoi ce que je lui ai fais t'intéresse-t-il ? Grand sourire. T'inquiéterais-tu pour lui ? C'est touchant. Le petit moucheron n'est donc pas aussi inhumain qu'il le pensait. Mère, soeur, femme, fille, je te laisse penser ce que tu veux. Mais, gamine, n'oublie pas que je suis aussi chevalière et que contrairement à lui, je ne te laisserai pas exercer décemment ton métier.

    D'un geste calme, suffisant, Alex regaina l'épée tandis que le crieur tentait d'apaiser leurs différents. Elle ne se départissait pas de son sourire et ses yeux étincelaient de provocation. Cette chasse au trésor se révélait pour le moment très intéressant. Au fond d'elle, la conscience homme se réveilla mollement. Il eut un très long silence d'intense réflexion avant de jurer et de retourner s'enfouir dans les profondeurs des souvenirs en marmonnant des insanités à propos de l'assassin. Ce comportement ne fit qu'égayer la joie de la chevalière qui, d'un pas léger, se retourna pour filer vers les écuries.
    - Allons, viens moucheron, nous avons deux semaines de voyage avant d'y arriver et des concurrents, ne perdons pas plus de temps.
    Guardian
    avatar
    Messages : 351
    Date d'inscription : 07/09/2014
    Age : 25
    Localisation : Derrière toi

    Caractéristiques
    Mana:
    196/500  (196/500)
    Métier: Grand Maître Assassin
    Niveau:
    9/720  (9/720)
    La chevalière énervée répondit avec une tonalité moqueuse :

    - En quoi ce que je lui ai fait t'intéresse-t-il ? T'inquiéterais-tu pour lui ? C'est touchant. Le petit moucheron n'est donc pas aussi inhumain qu'il le pensait. Mère, sœur, femme, fille, je te laisse penser ce que tu veux. Mais, gamine, n'oublie pas que je suis aussi chevalière et que contrairement à lui, je ne te laisserai pas exercer décemment ton métier.

    La jeune femme sourit face à l’affront de la demi-portion et ne put s’empêcher de rétorquer :

    - Disons plutôt qu’il me revient l’honneur d’ôter la vie à cet imposteur. Après une courte pause pour reprendre son souffle, elle ajouta : Et bien, qu’attends-tu à me montrer ta puissance ? J’ai hâte de voir ce que tu vaux.

    Alex d’un coup puissant se dégagea et ajouta :

    - Allons, viens moucheron, nous avons deux semaines de voyage avant d'y arriver et des concurrents, ne perdons pas plus de temps.

    Calypso ne supportant pas sa réaction, se mit en position d’attaque, lui lança un léger pique pour qu’un combat éclate :

    - C’est bien ce qu’il me semblait, tu préfères ne pas te frotter à moi et tu as raison…

    Mais avant que cela ne se produise, une conversation débuta dans le palais mental :

    « - Caly, ça suffit un peu de courtoisie.

    - La tu rêves Andras.

    - Très bien, un pas de plus et je prends le contrôle du corps.

    - Je déteste quand tu fais ce genre d’ultimatum. Okay, on y va. »

    Énervé, Calypso reprit la parole :

    - Il semblerait qu’Andras soit intéressé par ta petite poitrine, donc pour le moment tu es sauve. Mais ne t’avise pas de recommencer ce genre de parole à mon égard, ou ton armure servira simplement à décorer ta sépulture.

    Sur ses belles paroles, nos deux compagnons se mirent en route, pour leur destination. Le port à pirate, seul accès pour se rendre à l'île mystérieuse.

    *

    Après des semaines de voyages, les deux compagnons entrèrent finalement dans la taverne pirate et se décidèrent d’accoster un équipage, qui était tranquillement en train de se désaltérer.

    Calypso d'une manière surprenante et polis s'exclama :

    - Bien le bonjour compagnons, qui est le capitaine parmi vous ?

    Un vielle homme se redressa et ajouta :

    - C’est moi ! Qu’est-ce que tu nous veux poulette ?

    Calypso se jeta à la gorge de l’individu, le violenta contre la table et ajouta :

    - Encore un mot de ce genre, et je te tranche la gorge, c'est clair ?

    - Ok ok ! Mais  Lâche-moi bordel ! Qu’est-ce que tu me veux à la fin  ?

    Sans le relâcher, la jeune femme s’exclama :

    - On raconte qu’une des fioles aurait été aperçut sur l’ile d'Aëgi.

    - Ouep, et je ne vois pas en quoi cela est notre problème ?

    - Tu peux nous y amener ?

    - Nan vraiment pas.

    Calypso commença a l’étrangler :

    - Et maintenant ?

    - Techniquement, j’ai les moyens de le faire… Mais je n’y tiens pas, les dangers sont nombreux la bas.

    Relâchant le Capitaine, Calypso se retourna vers la chevalière, un sourire moqueur et hautain, puis ajouta :

    - Puisque tu es une « brillantes » Chevalière, je te laisse négocier (payer) avec ce brave homme pour nous dégoter le transport. Si tu me cherches, je suis dehors.

    Puis Calypso sortie du bar.

    *

    Après les négociations serrées d’Alex, voilà maintenant nos aventuriers dans la petite embarcation nommé « Octiopia » afin de rejoindre la fameuse ile où aurait été aperçue la fiole, prêt d'un volcan dangereux...

    Octopia est un navire de guerre de taille moyenne avec un pont d’artillerie portant des pièces de calibre moyen et des affûts sur le pont supérieur. Ce vaisseau est plus rapide et manœuvrable que les vaisseaux de ligne tout en gardant une grande autonomie, un grand rayon d’action et des capacités militaires importantes. Octopia effectuait des missions de reconnaissance pour les flottes de ligne, et attaquait les convois commerciaux en pratiquant la guerre de course, seule ou regroupé dans de petites unités.

    Lors de sièges contre d’autres navires les membres d’équipage en excès par rapport au minimum requis peuvent s’occuper des engins de siège. Les machines de guerre attaquent avec l’initiative du capitaine. Un navire qui dispose d’un équipage minimum peut également tenter d’éperonner sa cible.

    Une fois à l’intérieur de l’embarcation, Calypso s’intéressa au marin, peuple qui l’avait toujours fasciné :

    Les marins sont un peuple fier et brave mais aussi terriblement superstitieux. Un silence de plomb régnait dans la brasserie du bateau d’ordinaire si vivante et agitée. Chacun perdu dans ses propres pensées sinistres et incertaines. L’heure avançant et le whisky aidant certains se mirent à parler à voix basse de créatures et de monstres marins citant les sirènes, d’autres parlant de démons venus des profondeurs. On parlait même d’un ouragan légendaire protégeant les cotes de l’ile, on le nommait « l’éclipse. »

    Certes la tempête avait eu quelque chose de surnaturel dans sa soudaineté et sa violence, de même l’état dans lequel les victimes avaient été retrouvées était assez extraordinaire, mais de là à croire aux histoires de bonnes femmes issues des siècles d’ignorances et de peurs irrationnelles, c’était peut-être pousser l’extravagance un peu loin.

    N’ayant pas vu les corps, Calypso mit ça sur le compte des mouettes et des crabes, même si, Calypso le conçois, le délai semblait étonnement court pour que leur œuvre macabre puisse être avancée au point d’impressionner de solides gaillards comme ceux-ci.

    Dans les autres discussions discrètes la jeune femme pu saisir une allusion à une substance noirâtre, gluante et fétide retrouvée dans les cales du navire. Substance qui semblait sortie du bois de la coque comme l’aurait fait la sueur qui s’écoule des pores de notre peau.

    Là encore, Calypso se doutais qu’il devait plutôt s’agir d’eau chargée de vase qui avait pu pénétrer dans le bateau à la faveur d’une ou plusieurs brèches dans ses œuvres vives. Quoi qu’il en soit, les marins semblaient terrorisés et surtout extrêmement angoissés à l’idée de reprendre la mer dans les prochains jours.

    On approchait de l’ile et pour le moment, pas de tempête mystérieuse.  Et puis soudain, un phénomène paranormal se produisit :

    Pas un son, pas un souffle de vent. Le silence cotonneux qui régnait dehors semblait passer les murs et étouffer les quelques sons qu’il y aurait dû avoir. Ce mutisme de toute chose oppressait la jeune femme. Que pouvait-il se passer ? La jeune femme sortie sur le pont, ses instincts de combat aux aguets :

    Ses craintes furent vérifiées. Une immense tempête apparut de nul part, broyant le navire. Calypso se souvient d’une immense chute. Et puis plus rien.

    *

    Les deux compagnons étaient allongés au milieu d’une épaisse végétation, au pied d’un immense volcan. La pluie ruisselait sur leurs visages marqués par les nombreuses années passées sur les champs de bataille. Calypso entendait au-dessus d’elle le bruit des oiseaux qui allaient et venaient à travers le feuillage touffu des arbres centenaires. Tout était calme, le brouhaha des vagues qui s’entrechoquent avait cessé, il ne restait plus que le son mélodieux des gouttes d’eau qui tombent sur les feuilles.

    La jeune femme avait donc survécu à sa chute…

    Un épais brouillard l’empêchait de distinguer correctement l’environnement qui l’entourait, Calypso ne reconnaissait rien de ce qu’elle a pu voir au cours de sa vie, ni les arbres à baie bleue de ni la brume si particulière de l’ile…

    Calypso réussit à se relever en prenant appui sur un bloc de pierre qui se trouvait à côté d’elle, et sans vraiment savoir comment, la jeune femme traina son corps, encombré et fatigué par sa lutte dans l’eau.

    Calypso fus tiré de ses pensées par le bruit des branches sèches qui craquent sous des pas. Ce bruit venait dans ma direction, sans pour autant que je puisse déceler le moindre mouvement aux alentours. Je ne pouvais être plus vulnérable qu’à cet instant précis. Quelque chose ou quelqu’un m’observait, tapi dans le brouillard de la forêt.

    Pour la première fois, affaiblie, Calypso imagina une collaboration :

    - Hey, si tu vies encore, je crois qu’il va falloir qu’on se défende...
    avatar
    Messages : 122
    Date d'inscription : 06/01/2015
    Localisation : Dans un lit ou dans un couloir.

    Caractéristiques
    Mana:
    40/500  (40/500)
    Métier: Grand Maître Chevalier
    Niveau:
    6/720  (6/720)
    Alex dévisagea avec un air blasée la pauvre assassin frustrée. Imposteur ? Elle tenta d'interroger le concerné mais ce couard se terra plus profond. Ce serait dommage de se faire poignardé parce qu'il aurait offensé la pucelle. D'un coup sec, la chevalière se dégagea et commença à aller vers les écuries. Elle l'ignora complètement avec ses pauvres tentatives de la provoquer. Alex était de bonne humeur aujourd'hui et rien ne pourrait l'en défaire. Son sourire s'agrandit même lorsqu'elle évoqua les raisons de son abandon, et dans une joie typique féminine, elle lui coupa la parole sans se soucier du reste :
    - C'est normal qu'après temps d'année passé avec une planche à pain ton démon souhaite aller voir ailleurs.

    Et leurs voyages commença.

    ------------------------

    Les semaines passèrent et les deux femmes finirent par arriver aux ports. La chevalière sentait le pirate depuis qu'elles étaient entrées en villes et les coups d’œils prononcé confirmèrent ses hypothèses. Mais elle avait l'habitude et tout glissa comme de l'eau. Elles allèrent à l'une des tavernes du port, et juste pour s'amuser, Alex laissa la gamine s'occuper du deal. Elle était étrangement poli. Ça sentait... Oh ! Quelle violence, elle s'y attendait parfaitement. D'un geste calme, Alex tira son épée et la pointa sur la bande de gaillard saoul.
    - Rasseyez vous, messieurs, immédiatement.

    Son sourire carnassier et sa prestance suffirent à les faire obéir. Mais avec une très très grande lenteur. Du coin de l'oeil, elle surveillait quand même l'assassin, au cas où l'idée stupide de lui trancher la gorge lui viendrait. Ce qui serait bien la chose la plus stupide à faire ici et en ce moment même. Son sourire ne lui dit rien mais ses mots ne suffirent pas à l'énerver. Juste l'agacer un peu. Baissant son épée, et se tournant vers l'assassin elle râla :
    - Oh allez gamine, tu commences un boulot, tu l'finis ! Foutu assassin j'vous dis. Une bière !

    Mais ça ne suffit pas à la faire revenir, et Alex soupira en pestant contre elle. Elle attrapa une chaise, se foutant de s'il appartenait à quelqu'un, et la plaça en face du capitaine. Elle s'assit à califourchon sans se départir de son sourire.
    - Très bien "brave homme", cette insolente gamine et moi aurions besoin d'un transport vers les îles Aegi, comme elle vous l'a violemment expliquer, immédiatement.
    - Ola poulette tu vas...
    - Je suis parfaitement calme. M'enfin, je comprends que vous ayez trop peur d'y aller, et je suis sûre qu'il y a bien meilleur capitaine dans cette taverne pour ce genre de voyage et qui ne se compisserait pas dessus à la simple mention de ces îles.
    - Ah non m'dame vous vous trompez ! JE suis le meilleur des capitaines dans cette taverne !
    - Vraiment ? J'en ai quelques doutes...
    - C'par c'que vous êtes une citadine.
    - Ah vraiment ?
    - Ouais et j'm'y connais, vous sentez l'cheval.
    - Et vous le poisson, l'alcool et la fumée.

    L'homme éclata de rire devant cette étrange femme.
    - Vot'e ve'mine d'coéquipier à dit qu'vous êtes ch'valier, c'vrai ?
    - Absolument.
    - Qu'est que d'la haute d'viend'ai fout'e ici ?
    - Comme vous la dit ma vermine de coéquipier, on recherche les fioles.
    - Ah c't'uc, c'dangereux ces eaux là. Puis y a les nains.
    - Vous serez payer, ne vous en faite pas. Puis un bon capitaine comme vous devez connaître ces eaux par coeur.
    - Bah bien sûr qu'j'l'ai connais par coeur
    - Oh c'est génial ça ! Donc a dans quelques jours mon bon capitaine ?

    Et c'est avec un immense sourire qu'Alex les planta et sortie avec sa choppe à la main.

    ------------------------

    Alex avait rarement vu de bateau, du moins, elle en était rarement monté à bord et il fallait dire que celui là l'impressionnait particulièrement. Grand, svelte, fluide, il avait une puissance cachée, comme elle les aimait. Elle passa outre le fait qu'ils étaient tous des vermines de la plus basse espèce et sympathisa rapidement quand le capitaine lui fit visiter. Et dans ses appartements lui proposa un petit marché qu'elle refusa. Hors de question. Même de leurs donner l'assassin. Alors elle lui proposa un beau titre et cela sembla le charme plus de raison quand elle évoqua l'attrait des femmes pour les titres. C'était un homme après tout.

    Alex passa le plus clair de son temps sur le pont à méditer ou a aiguiser ses lames. Elle ne pouvait supporter de rester enfermé bien longtemps. Les légendes, les mythes et les superstitions lui vinrent vite aux oreilles et par respect pour leurs croyances cacha ses cheveux en gardant sa capuche. Tout alla bien jusqu'à ce que l'île soit en vue. Alors là, le vent se stoppa, il n'eut plus un seul brin de souffle. Le ciel s'obscurcit. De gros nuages sombres roulèrent dans le ciel. Lorsque cette nuit artificielle fut tombée, il n'eut plus un bruit. Plus un geste. Comme si le temps avait été suspendu. Par prudence et dans le plus grand calme, Alex attacha ses armes le plus solidement possible -surtout Saor- et d'un pas calme se dirigea vers les cabines. Son dos lui brûla alors que le son revient. Elle eut à peine le temps de chopper l'assassin au poignet qu'une immense et puissante bourrasque de vent les envoyèrent dans la mer. La dernière chose qu'elle vit fut un énormissime typhon se déchaîner sur le bateau.

    ---------------

    Ce fut la pluie qui la réveilla. La sensation gênant des gouttes sur son front la tira de son épuisement. Avide d'air, elle l'avale goulument avant de recraché une quantité d'eau incroyable. L'Homme s'inquiéta et elle l'envoya se faire foutre dans la bonne humeur. Un élan de panique l'envahi et elle tata ses hanches. Saor. Saor. Il la lui fallait. Elle ne pouvait pas la perde ! Un grand soupire de soulagement s'échappa alors qu'elle sentait son manche sous sa main et se laissa retomber dans le sable. Enfin ! Ce n'était pas si catastrophique. Elles étaient perdues, sur une île hostile, avec des nains hostiles, et un volcan hostile, quelque part au milieu d'un océan. Non, non, la situation n'était pas catastrophique du tout.

    Alex prenait du temps pour se calmer et en profita pour observer les arbres. Bleu, immense. Surement à éviter de bouffer. Il faisait une chaleur étouffante malgré la pluie tropicale. Une brume assez haute venait combler le tout. La femme entendit du bruit et en n'ouvrant qu'un oeil, reconnu l'assassin. Encore en vie donc. Qu'elle plaie... Rapidement son ton épuisé et peut-être un peu apeuré s'éleva.
    - Ouais, je vie encore...

    Grande inspiration.
    -... donne moi deux secondes.

    Alex se gaina et réussit à s'asseoir malgré la pesanteur de ses habits/armures et de son épée. Difficilement, elle se remit debout. Ses pauvres sens d'humaines aux aguets, elle écouta les mains sur les genoux. Ça bougeait dans les fourets autour d'eux. D'abord un tout petit peu, puis plus intensément pour finir par faire comme un immense brouhaha. Et d'un coup, une horde de personne de petite taille sortirent et les encerclèrent. Les deux femmes durent se mettre dos à dos pour se protéger. Alex tira vivement son épée et la pointa sur eux. Des nains ?! Elle décrivait des demi arc de cercle pour les empêcher d'approcher, mais l'épée semblait peser des tonnes entre ses mains. Puis d'un coup le silence.
    Alex détestait vraiment cette manie de la nature de foutre un silence sans prévenir.
    Quatre nains amenèrent une sorte... de caisse et un cinquième se mit dessus.
    - Je suis Thar's fils de Thor's lui-même fils de Ther's, guerrier des guerriers, commandant de la garde de la cité de Thurn ! Qui êtes vous, femmes ?

    La conscience homme apaisa directement les envies de meurtre de la femme en anticipant sa réaction. Elle se força à adopter le type de présentation naine.
    - Alex Endra, fille d'August Endra, paysan oublié de Tate, Grand maître chevalier de Cassandre.
    - Femme chevalière ! l'homme cracha à terre. Femme homme plutôt !

    *Je vais le tuer / Du calme / Je vais franchement le tuer ! Lui enfoncer mon épée dans sa gorge de minable demi-homme et lui faire réciter tous ces putains de serment !* Alex lui jeta un regard noir sans se préoccuper de sa discutions avec l'assassin.
    - Vous donner arme !

    Et avant même qu'elles ne purent protester la petite foule de guerrier se ruèrent sur elles, les submergeant subitement et prenant leurs armes. Elles furent attachés l'une à l'autre et enfermées dans une cage en bois où on leurs banda les yeux.
    - On commence bien, souffla d'énervement la chevalière.

    -------------------------

    Sans aucun ménagement on les força à entrer dans de minuscule cellule. Bonne pour une personne d'un mètre cinquante maximum, pas pour des humains d'un mètre soixante-dix. ça ne posa aucun problème à Alex, il lui suffisait de s'asseoir et voilà, mais c'était quand même assez inconfortable. Et humiliant. On aurait plus dis des cages pour animaux que des prisons pour humains. Et bien sûr, le fer de la porte était le meilleurs qu'il soit ! La cellule de l'assassin se trouvant juste en dessous d'elle. On leur avait prit leurs affaires, armes, vestes, manteaux, et Alex se retrouva en simple chemise, noire fort heureusement, son pantalon et ses bottes. Même pas un élastique pour ses cheveux. Elle en fit une grossière tresse et tapa du pied pour attirer l'attention de l'assassin.
    - Fais nous sortir d'ici.
    Guardian
    avatar
    Messages : 351
    Date d'inscription : 07/09/2014
    Age : 25
    Localisation : Derrière toi

    Caractéristiques
    Mana:
    196/500  (196/500)
    Métier: Grand Maître Assassin
    Niveau:
    9/720  (9/720)
    Après quelques secondes de latence, la chevalière finit finalement par ouvrir sa majestueuse bouche :

    - Ouais, je vie encore...

    Crachant de l’eau salée, elle reprit la parole :

    -... donne-moi deux secondes.

    «  - Il faut que tu nous sortes de la Andras !

    - ...

    - Andras tu m’entends ?

    - …

    - Andras ! »

    Mais Andras ne répondit jamais, et avant que Calypso ne puisse faire quoi que ce soit, les deux compagnons se retrouvèrent encerclés par des nains. L’un deux prit la parole :

    - Je suis Thar's fils de Thor's lui-même fils de Ther's, guerrier des guerriers, commandant de la garde de la cité de Thurn ! Qui êtes-vous, femmes ?

    Avant que l’assassine ne puisse prononcer quoi que ce soit, la chevalière s’exclama :

    - Alex Endra, fille d'August Endra, paysan oublié de Tate, Grand maître chevalier de Cassandre.

    Dans son dédain habituel, Calypso ajouta :

    - Mon nom importe peu, ce qui compte, c’est la sentence que je te réserve qui est importante !

    Le nain s’esclaffant répondit :

    - Mais c’est qu’elle ne manque pas de toupet celle-là ! Qu’on la mette au fer et plus vite que ça !

    «-  Non Caly, pour le moment, laisse toi faire !

    - Tiens tu es de nouveau la toi ? Et puis quoi encore !

    - Pour nous sortir de la tempête, j’ai dû user de toute ma puissance magique et à l’heure actuel, je suis en surcharge magique, je ne peux rien faire. Et puis vu ton état physique, tu pourrais te faire tuer…

    Je déteste cette condition à la noix. Pour le moment ok, on reste en stand-by »

    Le nain reprit la parole :

    - Femme chevalière ! Femme homme plutôt !

    «  - Ah ah, sur ce point-là, on est d’accord avec le de mi-homme !

    - J’ai un mauvais pressentiment Caly, j’ai l’impression de connaitre cette tribu de nains…

    - Et bah très bien, tu vas pouvoir nous faire sortir !

    - Il me semble que nous n’étions pas en très bon terme la dernière fois qu’on s’est croisé.

    - Super, il ne manquait plus que ça… »

    Mais avant que la conversation dans le palais mentale ne puisse continuer, le nain reprit la parole :

    - Vous donner arme !

    - On commence bien

    S’exclama l’autre huître sous formole.

    En râlant tout ce qu’elle pouvait, Calypso leur donna son Tanto fétiche, puis se fit conduire jusqu’au geôle.

    Une fois à l’intérieur de ce trou à sourit, le temps passa inlassablement lentement.  

    Au bout d’un moment, Alex s’exclama à voix basse :

    - Fais nous sortir d'ici.

    Puis Calypso, d’une manière tout sauf discrète gueula :

    - Ecoute, j’ai d’autres choses à foutre, comme dormir là. Tu ferais bien d’en faire autant.
    avatar
    Messages : 106
    Date d'inscription : 30/09/2014
    Age : 25
    Localisation : Caché.

    Caractéristiques
    Mana:
    67/500  (67/500)
    Métier: Voleur Expert.
    Niveau:
    6/720  (6/720)
    Ok. Ok. Il devrait sérieusement penser à arrêter avec toutes ces histoires d'aventures, de quêtes extraordinaires et de richesses parce que ça ne le réussissait absolument pas. Ah... Pourquoi n'était-il pas né riche et n'avait il pas d'esclave pour le servir ! Au lieu de ça, il était obligé de se battre avec sa flemme pour faire la moindre chose et... il perdait souvent. Surtout lorsque des nains étaient en question. Tellement de paresse. Tellement de non-envie. Qu'est-ce qu'il ne donnerait pas pour être loin de cette île. Il faudrait vraiment qu'il arrête de se croire pour un chasseur de trésor. Des explications ?

    Quelques semaines plus tôt, à Cassandre, le petit démon avait entendu parlé de fiole mystique capable de faire apparaître ce que l'on voulait. Evidemment, c'était exagéré. Beaucoup exagéré, mais comme il était un peu à les dèches ces derniers temps, il avait voulu essayer. Il avait soutiré des informations à un type de cette guilde de chasseur de trésor, puis avait mangé son âme. Et cela l'avait conduit à ces îles perdues au fin fond de ce putain de monde. Avec. Des. Nains. Il y était passé, il y assez longtemps. Et apparemment eux aussi se souvenait de lui. Et... c'est comme ça qu'il finit dans ces geôles minuscules pour nains. Sérieusement. C'était pathétique. En plus, ils lui avaient pris sa dernière arme sous prétexte que c'était de l'art nain et qu'il l'avait volé. Pff. N'importe quoi.

    Ainsi, cela faisait plusieurs jours que le démon de la paresse prenait la moississure en tentant de combattre sa flemme pour se bouger. Après tout, être téléporteur c'est bien, mais si on a la flemme d'utiliser son pouvoir pour se sauver, c'est mal. M'enfin, ce n'est pas comme si ça le changeait. Puis, au moins, on lui apportait à manger. Du pain... Fallait s'en contenter. Il pouvait dormir autant qu'il voulait et... non mais attendez, c'était n'importe quoi ! Il n'allait pas rester ici toute sa vie ! C'était pathétique.

    Aaron soupira. Enfin. Il avait eut l'impression que jamais il ne viendrait à bout de sa flemme. Pauvre petit démon de la paresse. En clin d'oeil, il se téléporta de l'autre côté des barreaux. Libre ! Enfin, presque. Les cellules avaient étés creusées dans la roche tout le long des parois d'un long escalier en colimaçon avec un immense vide au milieu. Il donnait très, très, très bas, mais Aaron n'avait pas très envie de descendre jeter un coup d’œil. Maintenant, il ne lui restait plus qu'à remonter, assommer le garde, reprendre ses armes et le tour serait jouer ! Héhé c'était une bonne idée !

    D'un pas léger et presque enjoué, il remontait les escaliers quand quelque chose le saisit les cheveux pour le plaquer contre des barreaux. Son cri de surprise fut étouffé par le fait qu'on l'étranglait. Il émit de pauvre couinement en tentant de se dégager mais la prise se resserra. Il finit par lever les mains en signe d'abandon.
    - 'k... qu'est-ce... que vous voulez... ?
    Gust
    avatar
    Messages : 122
    Date d'inscription : 06/01/2015
    Localisation : Dans un lit ou dans un couloir.

    Caractéristiques
    Mana:
    40/500  (40/500)
    Métier: Grand Maître Chevalier
    Niveau:
    6/720  (6/720)
    Après plusieurs heures de patience Alex avait finalement réussie à s'endormir. Son corps était épuisé mais pas son esprit. Pas de rêve, comme d'habitude. Cela faisait longtemps que la femme ne rêvait plus. La magie la réveilla. Son dos fut parcourus de long frissons glacials qui ne se propageaient pas vraiment normalement. Comme s'ils étaient en pagailles. Comme s'ils se... téléportaient. Oui, ça devait être ça. De la magie de téléportation. Elle ne mit pas longtemps à retrouver ses esprits. Suffisamment pour voir une personne passait devant sa cellule. Petite à première vue, le teint blanc comme un cul et des cheveux corbeaux et puant la magie de démon. Oh... Ce pourrait-il que ce soit... ?

    D'un geste vif, la chevalière saisit les cheveux de la personne pour l'attirer contre la cage et passa son bras à travers les barreaux pour l'étrange. L'inconnu se débattit mollement. Alex avait de moins en moins de doute. Finalement la personne arrêta de se débattre. Bien. Il parla enfin. Une voix assez androgyne qui aurait pu appartenir autant à homme qu'à une femme, pourtant Alex la connaissait. Elle resserra sa prise afin de s'installer plus correctement dans la cag- cellule.
    - Comment on se retrouve petit démon téléporteur...

    Elle le sentir déglutir, surement de trouille. Ce démon avait peut-être du cran mais il était aussi une véritable poule mouillé. La chevalière avait promis de le faire payer pour l'avoir fait tourner en bourrique pendant plus d'une demi-heure au château. Mais là... il semblerait qu'ils doivent coopérer.
    - Fait nous sortir de là.
    - Vo...us ? demanda-t-il d'une voix étranglée.
    - Tout. De. Suite.

    Et il obéit. La magie la traversa entièrement provoquant une vague insupportable de douleur. Elle se retrouva assise sur les marches en face du démon. C'était bel et bien lui. Toujours avec cet air insolent. Il semblait vraiment embêté. Elle le regarda s'accroupir en attendant que la magie se dissipe puis brusquement se reculer.
    - Pas question que j'aide cette garce !

    Oh ? Ils se connaissaient ? Alex ne lui offrit qu'un regard glacial qui le fit reculer. C'était vraiment une poule-mouillée.
    - Je suis d'accord avec toi, démon, mais j'en ai besoin alors fais là sortir.
    - Non !

    Quel gamin. Alex regarda derrière, il ne manquerait plus qu'il alerte les gardes...
    Guardian
    avatar
    Messages : 351
    Date d'inscription : 07/09/2014
    Age : 25
    Localisation : Derrière toi

    Caractéristiques
    Mana:
    196/500  (196/500)
    Métier: Grand Maître Assassin
    Niveau:
    9/720  (9/720)
    Alors que Calypso essayait de s’endormir de vieux souvenirs la submergeaient. Des mémoires du temps où elle était encore aimante et non remplit de haine. Une très très vielle époque…

    *

    ‘’Tu ne peux pas imaginer à quel point je t'en veux et te hais! Tu as détruit le peu d'estime de moi-même qui me restait, merci. Tu m'as fait sentir comme un déchet. Tu as même réussi des fois à me persuader que je n’étais pas digne d’être aimé. Qu'est-ce que j'étais pour toi ? Une escale entre deux grosses parties de jeu? Une tentative échouée de prouver que tu étais capable d’éprouver des sentiments pour d’autres que toi-même ? Te voilà retrouvant ce qui fait ton "bonheur" comme tu dis. Ton sentiment d'appartenance à quelque chose. Bravo et félicitations. Tu es chanceuse de trouver ton bonheur ailleurs, mais pour moi tu étais Le Bonheur… Peu importe ce que je dis là, car ton indifférence n’a  d’égal qu’à ton égoïsme, ma colère et mon désarroi partiront un jour et je t’oublierais, je me le dois ça après tout ce que je tu m’as fait subir. Je me promets de te considérer comme mort, les morts on ne les voit plus, on ne leur parle plus ! Je ne sais pas ce qui m’a pris de tomber dans ton piège, comment ai-je pu éprouver quelque chose pour quelqu’un comme toi. Le pire dans tout ça, c’est que je savais quelle personne tu étais réellement, mais je m’obstinais à souhaiter que ce côté de toi, qui apparaissait rarement, qui pouvait me calmer pendant mes crises les plus intenses, pouvait prendre le dessus. Je paie le prix de ma naïveté j’imagine. Adieu’’

    Le souvenir fut interrompu par une clameur sans nom. La jeune femme se mit à entendre un vacarme non loin d’ici. On aurait dit que l’abruti de chevalier discutait avec quelqu’un. La jeune femme sans se retourner tendit l’oreille :  

    - 'k... qu'est-ce... que vous voulez... ?

    - Comment on se retrouve petit démon téléporteur...

    « - Petit démon téléporteur ?

    - Ça te rappelle quelque chose Andras ?

    - J’ai l’impression oui… Ne serait-ce pas le phénomène qu’on a croisé lors d’une de nos missions ?

    - Si tel est le cas, je ferais un plaisir de lui rappeler comment je m’appelle »

    La conversation entre les deux individus se poursuivit :


    - Fait nous sortir de là.

    - Vo...us ?

    - Tout. De. Suite.

    Après un court silence, le petit démon reprit la parole :

    - Pas question que j'aide cette garce !


    - Je suis d'accord avec toi, démon, mais j'en ai besoin alors fais là sortir.

    - Non !

    « - Et bien Caly, on dirait que tu as du succès.

    - On me le dit souvent, en parlant de ça, c’est le moment d’intervenir.

    - Je sens que je vais bien m’amuser. »

    Calypso s’exprima suffisamment fort pour que le démon puisse l’entendre. Le problème étant que du coup, les gardes pouvaient l’auditionner aussi… Mais bon, c’est un mal pour un bien :

    - Fait moi sortir de là gros fainéant, car je te jure que si je décampe par mes propres moyens, ta tête ne seras pas longtemps posé sur le reste de ton corps.  Et pas question qu’on partage le butin avec toi, démon de pacotille. Tu fais ton boulot et tu te barres aussi tôt ! Où crois-moi, je ne répondrais pas de mes actes. Est-ce clair ?

    « - C’est très jolie tout ça Caly, mais sans arme, on ne vas pas aller très loin. Et puis tu viens de te rendre compte que tu as alertés tous les gardes ?

    - Effectivement, c’est bien là mon plan… »
    avatar
    Messages : 106
    Date d'inscription : 30/09/2014
    Age : 25
    Localisation : Caché.

    Caractéristiques
    Mana:
    67/500  (67/500)
    Métier: Voleur Expert.
    Niveau:
    6/720  (6/720)
    La... La... La chevalière du palais... Aaron pleurnichait intérieurement. Pourquoi faillait-elle que se trouve là ! Il allait y laisser sa peau... Déjà qu'il avait faillit la laisser au château quand il l'avait cambriolé ! Et en plus il fallait qu'il y ait l'assassin du bateau ! Mais dans quel galère il s'était fourré... ? Le voleur descendit de quelque marche face au regard. Finalement le vide avait l'air plus accueillant que cette "dame". Ce fut le moment que choisi l'assassin pour beugler comme à son habitude. Alertant surement les gardes... Borf... Il laisserait la chevalière s'en occuper. Il répliqua particulièrement agacé et peut-être... un tout petit peu anxieux. Juste un tout petit peu.
    - Va t'faire foutre assassin à deux sous, je suis pas ton chien. Démerde. toi.

    Il profitait énormément qu'elle soit derrière les barreaux et pas lui. Rester à portée de bras de sa cellule, lui semblait être une très très mauvaise idée et descendit de quelque marche. Il devait bien y avoir une sortie en bas. Pourquoi ne faire qu'une sortie quand on pouvait en faire deux ou trois ! Puis les passages secrets ! Quoique... dans une caverne, ça lui semblait peine perdue. Mais la chevalière ne lui laissa pas l'occasion de filer en douce et l'attrapa par le col. Il fallait dire qu'avec sa flemme, il se laissa pitoyablement faire.
    - Sors la.
    - Nah.

    Aaron flippa quand elle l'approcha de la cage de l'assassin. Elle était capable de le faire souffrir juste avec un doigt.
    - Wow wow wow, lâche moi, lâche moi, lâche moi !

    Au même moment les gardes passèrent la porte. Il eut une petite seconde de flottement. Surprise, de voir les prisonniers dehors. Stupeur de voir une femme menacer du poing un gringalet. Et incompréhension. Une petite seconde avant que le nain garde hurla :
    - LES PRISONNIERS SONT SORTIS.

    Aaron regarda la chevalière. Elle sembla réfléchir et il se rendit compte que ses yeux avaient la couleur des émeraudes. De belle émeraude. Merde, ça valait cher ces trucs... Dommage qu'ils n'en avaient que la couleur... Il fut soudain retourné et se trouva face au nain. Mais il était toujours tenu par la chevalière. Comme si elle voulait se servir de lui comme un bouclier...
    - Tiens toi tranquille ou je te pète les côtes, lui chuchota la chevalière.

    Non... Non, elle n'était pas jolie du tout au final ! Elle était peut-être même plus terrifiante que l'assassin !
    Gust
    avatar
    Messages : 122
    Date d'inscription : 06/01/2015
    Localisation : Dans un lit ou dans un couloir.

    Caractéristiques
    Mana:
    40/500  (40/500)
    Métier: Grand Maître Chevalier
    Niveau:
    6/720  (6/720)
    La chevalière se demandait ce qu'elle avait fait pour mériter de tels compagnons de voyage. L'habitude d'être avec des gens compétents. Et non des gosses. Allié ou ennemi, ce démon avait le chic pour l'agacer. Quel dommage qu'ils ne soient pas à Cassandre. Alex ne le laissa pas filer. Il était une clé ambulante. Un passe partout sans limite. Cela devrait les aider dans leurs quêtes. Après tout, si elle coopérait avec un assassin ou était le mal à coopérait avec un voleur. Mais il n'en faisait qu'à sa tête. Un véritable gosse. La femme n'appréciait pas les enfants. Vraiment pas. Alors un adulte qui se comportait comme tel... La femme l'empoigna pour l'agiter devant la cellule de l'assassin : apparemment, il en avait peur. Mais ce qui devait arriver, arriva : un garda entra et donna l'alerte.

    Une seconde de latence. Une seconde de réflexion. Alex retourna le démon et s'en servit comme bouclier. Lui ordonna de se tenir tranquille ou il se retrouverait avec des côtes en moins. Plus ou moins efficace comme menace. La chevalière avait, à de rare reprise, expérimenté le bouclier humain mais celui-là dépasser ses espérances. Comment pouvait il avoir survécu aussi longtemps... ? C'était une vrai larve ! Mais il encaissait plutôt bien... Ou mourrait. Peu importe, les démons étaient plutôt résistant. La chevalière comptait sur l'espace étroit que formait l'escalier en colimaçon pour gagner mais à... 7 contre 1 c'était un peu compliquée. Surtout avec ce boulet de démon. Elle avait beau réussie à en assommer deux ; c'étaient des nains. C'est à dire des demi-hommes avec une résistances de buffle ! Oh.
    - Choppe les clés et je te laisse partir.

    Il grommela vaguement une réponse. Alex le poussa et avec incrédulité le regarda s'étaler dans les marches. La seconde d'après, il lui envoya un objet alors que les gardes lui tombaient dessus comme dans un sport de masse... La chevalière les envoya dans la cellule :
    - Fini la sieste ! Démerde toi, vite.

    La femme fit plusieurs pas en arrière. Une clameur lourde lui parvenait d'en bas. Des gardes ! Toujours plus. Elle reporta son attention sur le voleur qui était littéralement écrasé par les nains. Alex sentit du souffre et son dos la brûla. Magie. Les nains volèrent soudainement à l'autre bout de l'escalier et tombèrent sur leurs camarades. Le démon voleur s'était servit de ses ailes pour les faire dégager. Finalement, il n'était pas si inutile que ça...

    Alex retira ce qu'elle pensait en le voyant se laisser tomber sur les marches. Reprenant sa complainte de flemme. Quoiqu'il en soit, elle n'avait pas de temps à perdre avec lui, ni même avec l'assassin et grimpa quatre à quatre les marches avant que les gardes ne se remettent de leurs blessures. La salle de garde.

    L'éclairage était suffisant pour y voir comme en plein jour. Tout en pierre lisse, la caverne n'était pas bien grande. Il n'y avait qu'une table avec des dés et des gobelets, de la bière ainsi que des tabourets. Les gardes devaient s'ennuyer à mourir... Elle en fit rapidement le tour sans trouver leurs armes. On les avait amener dans le noir complet alors pour retrouver le chemin.

    Alex se tourna avec surprise vers la porte lorsqu'elle fut claquée. Le démon. Il fit clisser le loquet pour la fermer avant de souffler et de se laisser glisser au sol. Larve. D'un pas rapide, Alex le rejoignit et le releva en le prenant par le col. C'est à peine s'il tenait sur ses jambes cette flemme ! Il valait mieux qu'elle s'en occupe que de le laisser à l'assassin...
    - Tu sais où sont nos armes ?
    - Oui...
    - Où ?

    La chevalière n'obtient pas de réponse. Elle avait entre les mains une loque de premier ordre. Il semblait tellement mou qu'il donnait l'impression de se liquéfier... Un coup sourd ébranla la porte. Alex le lâcha. Il s'étala comme une merde au sol. Elle n'allait pas s'emmerde à tenter de le faire réagir alors qu'elle avait l'assassin. Elle alla jusqu'à la table, se posa tranquillement et demanda à l'assassin :
    - Tu peux t'en occuper ? en pointant du doigt la carpette démoniaque en face de la porte. Rapidement. Avant qu'ils entrent.
    Guardian
    avatar
    Messages : 351
    Date d'inscription : 07/09/2014
    Age : 25
    Localisation : Derrière toi

    Caractéristiques
    Mana:
    196/500  (196/500)
    Métier: Grand Maître Assassin
    Niveau:
    9/720  (9/720)
    Calypso ne bougeait pas alors que les deux hommes s’agitèrent de toutes leurs masses graisseuses, le petit démon gueula :

    - Va t'faire foutre assassin à deux sous, je ne suis pas ton chien. Démerde-toi.

    Mais étrangement, Calypso ne réagit pas, se contentant de laisser parler son regard assassin et remplit de haine.

    « - Et bien, j’avais presque oublié que certains de mes confrères démons pouvaient être aussi vulgaire.

    - Ne t’inquiète pas Andras, bien que pour le moment je suis étrangement calme, c’est juste pour mieux contre attaquer. Comme tout bon assassin, j’attends le moment propice pour mieux lui faire regretter ses mots.

    - Tu devrais adopter cette philosophie plus souvent au lieu de foncer la tête baissé.

    - La plupart du temps, passer du temps à réfléchir, c’est dépenser de l’énergie inutilement que tu ne mets pas ailleurs. Et par conséquent une perte de rapidité. C’est ici que se joue la différence entre un assassin débutant et un grand maitre. Avoir la capacité de faire le vide en soi est primordiale.

    - Ah oui ? Et je peux savoir comment tu peux procéder avec moi qui te parle quasiment en continue ?

    - J’avoue qu’au début j’ai eu du mal à m’y faire, mais sur ce coup-là, l’expérience m’a permis de passer outre de ce léger petit contre temps.

    - Tiens regarde Caly, on dirait qu’on va avoir de l’animation. »

    En face de la cellule reprenait un échange digne de deux enfants :

    - Sors-la.

    - Nah.

    Mais le petit démon s’apprêtait à rapidement changer d'avis et ajouta:

    - Wow wow wow, lâche moi, lâche moi, lâche moi !

    Mais un petit groupe de sentinelles interrompu cet échange rempli de philosophie :

    - LES PRISONNIERS SONT SORTIS.

    «  -Intéressant Caly et maintenant ?

    - Pour le moment on ne bouge pas et on continue à se reposer

    - C’est rare de t’entendre dire ça, tu es malade ?

    - C’est plutôt qu’il va falloir économiser notre magie pour tout à l’heure, j’ai comme l’impression qu’on va devoir en abuser. »

    Pendant ce temps, le chevalier s’exprima à voix basse :

    - Tiens-toi tranquille ou je te pète les côtes

    Puis elle continua aussi rapidement :

    - Choppe les clés et je te laisse partir.

    Et c’est ce que fit le petit démon. La chevalière sur son hautain habituelle s’exclama tout en balançant les clés :

    - Fini la sieste ! Démerde toi, vite.

    Sans pour autant la remercier, Calypso se dépêcha de sortir de sa cellule. La jeune femme prit son temps pour s’étirer. Puis toute la fine équipe se dirigea vers la salle des gardes dans l’optique de retrouver leur arme, mais hélas cela fut sans résultat.

    La chevalière reprit la parole :

    - Tu sais où sont nos armes ?

    - Oui...

    - Où ?


    Mais le petit démon tomba de flemme, comme à son habitude. La chevalière dépitée s’exclama :

    - Tu peux t'en occuper ? ]en pointant du doigt la carpette démoniaque en face de la porte.] Rapidement. Avant qu'ils entrent.

    Calypso un léger sourire aux lèvres se contentât de répondre :

    - C’est un boulot pour Andras ça.

    « -Hey pourquoi c’est moi qui doit faire le sale boulot ? Tu ne  peux pas simplement utiliser le lien magique qui nous unit ?

    - Parce que ça fait longtemps que tu ne t’es pas dérouillé un peu, et il est temps de te maintenir en forme pauvre vieux.

    - Très bien, tu vas voir ce que tu vas voir. »

    Sans attendre Andras s’exécuta :

    Un sort de nécromancie s’appliqua directement sur Aaron. Puis Andras d’une manière naturelle commença un petit monologue :

    - Zombifié par les impitoyables tortures de ta sur efficience mentale, tu remontes à contre sens la voie de la démence. Ta seule destination est la perspective d'un vide absolu dans le cerveau mais tu ne te fais aucune illusion. Ce n'est pas toi qui pense à toutes ces choses absurdes, mais bien l'absurdité de ces choses qui pensent à toi. Incapable de gérer un milliard d'informations à la seconde, ton regard se perd dans un flou artistique où les mots ne sont plus que des délires syllabiques, balancés au hasard de phrases insensés. L'évidence de ton raisonnement résonne en triste monologue, écho sourd et caverneux, entre les lignes directrices de leur logique implacable. On te reproche de trop penser, comme si tu avais le choix.

    A noter que le sort était de plus en plus violent au court du discours…

    - Mais ça ne se passe pas comme ça dans ta mécanique infernale, dans ton bordel d'idées sans pilotes à faire vomir d'angoisse le plus téméraire des cerveaux. Ta matière n'est pas grise, elle est noire comme le trou de bal d'un taureau fou excité par la possibilité d'un rouge, symbole chromatique d'une pause dans la tempête, d'un répit dans le carnage neuronique. Tu divagues et tout de suite c'est le raz de marée. Tout est emporté, rien n'est épargné. Tu remarques des détails de l'existence que les autres sont incapables de souligner. Mais de tout ça on n’en a rien à foutre ami démon. Ce qu’on veut c’est savoir ou sont nos armes. Et vite

    Puis stoppant nette l’impulsion magique, Andras ajouta :

    - Je te préviens cher ami, mon prochain coup sera létal. A moins que tu ne parles.


    Edit : Permutation moins de 5 minutes : 5 de mana, nécromancie légère 40 de mana. Mana restant : 89/134
    avatar
    Messages : 106
    Date d'inscription : 30/09/2014
    Age : 25
    Localisation : Caché.

    Caractéristiques
    Mana:
    67/500  (67/500)
    Métier: Voleur Expert.
    Niveau:
    6/720  (6/720)
    Après avoir été prit comme bouclier. Après avoir été lancé comme un vulgaire sac à patate. Le petit démon se retrouvait secoué comme un pommier par cette brute de capitaine de la garde royale. Ne comprenait-elle donc pas qu'il était la flemme incarnée. La flemme sur terre. Que rien que bouger lui demandait un effort considérable ? Non, non, elle exigeait tout, tout de suite. Quelle personne fatigante. Même le sol était plus agréable qu'elle. Merde... comment allait-il faire maintenant ? Il avait trop mal pour avoir envie de continuer. Juste s'allonger au sol et ne plus penser à rien. Ne plus s'occuper de rien. C'était ce qu'il faisait. Et même plutôt bien. Jusqu'à ce que l'assassin s'approche de lui.

    Et que la douleur éclate. Il avait de nouveau l'impression de se faire brûler ; ô que cette sensation lui manquait si seulement elle n'était pas si douloureuse... Chaque membre, chaque parcelle, chaque centimètre de son corps devient un abyme de douleur. Un puits. Une crevasse. Une faille. Si mal que tu étais incapable de hurler. Si mal... Seul ton bras gauche t'offrait du répit. Toi qui ne sentais plus les sensations dans ton bras, cela t'offrais un repos très vague. Recroquevillé au sol. La tête entre tes mains comme une créature blessée. Plus rien ne passait comme pensée. Tu n'étais plus qu'un animal souffreteux. Même plus une conscience. Tu voulais juste que ça s'arrête. Que les morts arrêtent de te crier aux oreilles. Ca ne devait être que le fruit de ton imagination mais tu sentais leurs mains s'accrocher à toi. Leurs ongles te griffaient la peau. Ils grattaient, griffaient, s'enfonçaient. Ils tentaient de t'arracher la chair. De la manger. De se l'approprier. Et toi t'étais paralysé de douleur... Et de peur. Voilà pourquoi tu n'aimais pas les nécromanciens. Ce cauchemar te revenait sans cesse. Enfin, la douleur cessa peu à peu. Lentement. Très lentement. Ton seul membre opérationnel était ton bras gauche...

    - Je te préviens cher ami, mon prochain coup sera létal. A moins que tu ne parles.
    Aaron se recroquevilla de rage. D'ancien conte de son enfance revenait : démon de la paresse, démon faible. Considérés comme de la merde dans le monde des démons. C'est sûr qu'il ne faisait pas le poids... Il avait beau être un démon, il avait beau être une sorte d'être supérieur, face à un autre, il était ridicule. Rien ne servait de lutter. Le petit démon se releva, lentement. Tout son corps était douloureux et pourtant il n'avait aucune blessure à déplorer. Seulement dans sa tête. Son nez saignait légèrement. Sans lever la tête, il passa devant cette garce d'assassin, devant la chevalière ; comme s'il n'était qu'un fantôme. Un être inaudible, inexistant. L'essence même d'un voleur. Il ne faisait pas un bruit en marchant alors que c'était sa démarche naturelle. Fluide.

    La vieille porte ne grinça même pas. L'habitude de ce genre de porte. Seule la chevalière faisait du bruit en marchant ; après tout, pourquoi devriez-t-elle être discrète alors que tout lui revenait de droit ? Ils longèrent les murs. Droite, droite, gauche, remontèrent un long escalier, empruntèrent encore et encore des couloirs interminables sans croiser la moindre patrouille. Après tout, le voleur était un expert. Il continuait avec son humour noir et finit par arriver dans la remise de l'armurerie. L'instinct de voleur le poussa à croire que les choses le plus intéressante se trouvait dans le fond et s'y dirigea sans hésiter. Après tout, il pouvait se servir comme il le voulait ; qui donc l'en empêcherait. Mais, par précaution, il alla quand même récupérer sa pauvre lame naine. Il faudrait qu'il pense à en faire quelque chose. Et vola, trois autres dagues, des équipements de crochetages, du moins qui y ressemblaient, et quelques armes qui semblaient valoir assez.

    Le voleur cherchait encore un peu dans un immense caisse contenant des vêtements, des sacs, voir s'il ne restait pas une ou deux bourses. Rien. Ces nains avaient bien fait leurs boulot. Pourtant, au détour d'une poche, le démon trouva une fiole. Encore pleine. C'était étrange. Il regarda derrière lui, à droite, à gauche, et fourra l'objet dans sa poche. Il était venu pour des fioles non. Qui irait se perdre sur cette île de merde sinon. Il tira le pantalon du tas : on aurait vraiment dit celui d'un explorateur. C'est vrai qu'y avait eut pas mal de prisonnier ces derniers temps. Peut-être un chasseur de trésor... Mais ces deux là... ? Assassin et chevalière coopérant ça te semblait louche...

    Aaron retourna dans les allées plus principales : la chevalière regainait sa lame. Comment diable pouvait-elle manier une telle chose : il était prêt à parier que l'objet faisait deux ou trois fois son poids. Il continua son chemin, mais arrivé à sa portée, elle le choppa par le col et le plaqua contre l'étagère d'arme. C'était vraiment une manie.
    - Minute démon, que fais-tu sur cette île ?
    - 'cherchais un truc...
    - Quel "truc" ?

    Il n'appréciait vraiment pas son air. Il soutient son regard et lâcha en soupirant :
    - Des fioles, mais le type avec qui j'faisais équipe s'est barré avec après m'avoir jeté au nain. C'est bon ?
    Gust
    avatar
    Messages : 122
    Date d'inscription : 06/01/2015
    Localisation : Dans un lit ou dans un couloir.

    Caractéristiques
    Mana:
    40/500  (40/500)
    Métier: Grand Maître Chevalier
    Niveau:
    6/720  (6/720)
    La chevalière s'assit et observa. Zieutant brièvement dans les gobelets ; il ne restait plus rien. Du coin de l'oeil, elle surveilla les deux démons alors que l'odeur de souffre était plus fort. Plus présent. Ainsi qu'une forte odeur de charogne, de viande pourrie et que son dos était prit d'un soudain froid morbide. Maudit soi celui qui l'avait maudit pour avoir ajouter cette contrainte. Elle croise les jambes en écoutant le discourt de l'assassin. Juste de l’esbroufe. Ça devait sûrement être son démon beaucoup plus sympathique qu'elle. Quoique... le voleur ne devait sûrement pas être du même avis qu'elle. Elle l'aurait même pris en pitié s'il n'avait pas été voleur.

    Alex examina le voleur recroquevillé au sol. Il n'avait pas vraiment changé depuis leurs dernières rencontres. Cela remontait à plus de cinq années quand même... Voler les bijoux de la reine, il avait un sacré culot pour le faire. Et une sacrée chance pour avoir réussi. Même de justesse. Mais il s'était tellement téléporté, à force d'être pris dans des cul-de-sac, et interdit de grosse téléportation à cause du mage du château, que la chevalière était capable d'identifier son odeur parmi celle de tant d'autre utilisateur de magie.

    Quoiqu'il en soit, le voleur se releva, tout grognon, sans prononcer le moindre mot pour trottiner jusqu'à la porte ; la chevalière lui emboîta le pas. Il avait l'air de connaître le chemin comme s'il avait toujours arpenté cette citadelle. Ou bien était-ce un château ? Et il les mena rapidement jusqu'à la salle des armes. Après de brefs fouilles, Alex retrouva sa précieuse Saor et d'autres de ses affaires. Ils avaient intérêt à ne pas avoir abîmé la lame. Elle était justement en train de l'inspecter quand elle aperçu le voleur : il semblait avoir avoir bien rempli ses poches. Il y avait quelque chose de louche outre son attitude à raser les murs. La chevalière tendit la main, le choppa au col pour le plaquer contre le mur :
    - Minute démon, que fais-tu sur cette île ?
    - 'cherchais un truc...

    Ce "truc" ne le rendait que plus coupable encore au yeux de la chevalière.
    - Quel "truc" ?
    - Des fioles, mais le type avec qui j'faisais équipe s'est barré avec après m'avoir jeté au nain. C'est bon ?

    Alex renforça sa prise. Elle ne le laisserait pas filer, il puait l'entourloupe à des kilomètres à la rond.
    - Quel genre de fiole ?
    - T'es quoi ? Inquisiteur ?

    La femme souris :
    - Je n'ai pas besoin de ça pour t'interroger. Ton vol royal est largement suffisant. Vide tes poches.

    Il tenta de s'échapper alors elle lui donna un coup de poing dans le ventre qui le plia en deux. Il n'avait vraiment aucune résistance. Elle le redressa pour qu'il lui fasse face.
    - Alors ?
    - Va voir ailleurs.

    La chevalière frappa une nouvelle fois, plus fort. Le voleur émit un couinement suraiguë de douleur en se tenant le ventre.
    - Ok... Ok... Frappe pas...

    Elle le relacha un peu sans le lâcher et le laissa vider ses poches sur la petite table à côté d'eux. La chevalière trouvait cela bien étrange qu'il abdique aussi vite, mais après le sort qu'il s'était prit avec l'assassin, c'était peut-être normal. Il y avait essentiellement des lames, des outils sans-doute fait pour le crochetage et il rechigna à poser une dernière chose. Une fiole.
    - Donne la moi, ordonna Alex.
    - Elle est à moi.

    Un vrai enfant... La femme croisa les bras en le regardant.
    - Très bien, bois la alors.

    Il sembla hésiter. Le poing ou la boisson. Elle le regarda piétiner d'un pied à l'autre avec l'envie de fuir, mais il ne pouvait pas car elle le tenait. Alors, il finit par la boire.
    Guardian
    avatar
    Messages : 371
    Date d'inscription : 09/03/2013
    Age : 19

    Caractéristiques
    Mana:
    500/500  (500/500)
    Métier:
    Niveau:
    720/720  (720/720)
    Le membre 'Alex Endra' a effectué l'action suivante : Jet de Dés

    'Event fioles' :

    Résultat :



    Edit Calypso : Effet de la fiole non révélé pour celle ci pour des questions de fun et de Role Play Wink
    Fondatrice


    Quelque soit ton problème, n'hésite pas à me MP Invité
    avatar
    Messages : 351
    Date d'inscription : 07/09/2014
    Age : 25
    Localisation : Derrière toi

    Caractéristiques
    Mana:
    196/500  (196/500)
    Métier: Grand Maître Assassin
    Niveau:
    9/720  (9/720)
    Alors que le petit démon semblait s’être recroquevillé face aux menaces d’Andras, la chevalière reprit la parole :

    - Minute démon, que fais-tu sur cette île ?

    Le démon semblait cacher quelque chose d’important. Celui-ci répondit :

    - 'cherchais un truc...

    - Quel "truc" ?

    - Des fioles, mais le type avec qui j'faisais équipe s'est barré avec après m'avoir jeté au nain. C'est bon ?

    - Quel genre de fiole ?

    Mais Aaron essaya de temporiser pour que la Chevalière lui fiche la paix :

    - T'es quoi ? Inquisiteur ?

    - Je n'ai pas besoin de ça pour t'interroger. Ton vol royal est largement suffisant. Vide tes poches.

    - Alors ?

    - Va voir ailleurs.

    - Donne-la moi.

    - Elle est à moi.

    - Très bien, bois-la alors.

    Andras ne bougea pas durant tout l’échange, il faut dire que le démon semblait plus patient que la jeune femme. Le démon n’esquissa même pas un sourire face au traitement de son compatriote. Il se contenta de rester là, immobile et calme.

    Mais Calypso relança la conversation dans le palais mental :

    « - J’ai une très bonne idée Andras, on va bien s’amuser.

    - Pourquoi quand tu commences ainsi j’ai peur ?

    - Parce que tu fais bien. Laisse-moi la place !

    - Comme tu voudras. »

    De nouveau l’échange de corps s’effectua et avec une célérité monstrueuse, Calypso piqua la fiole au démon et la rangea sous sa robe avant qu’il n’ait le temps de bouger. Il faut dire que l’état d’Aaron le préoccupait un peu. Qu’est-ce qu’avait bien pu faire cette fiole mystérieuse ? A première vue, pas de changement apparent… Cela se trouve, il s’agissait simplement d’une liqueur d’alcool fort ?

    Calypso un petit sourire aux lèvres s’adressa de nouveau à Aaron :

    - Sur ce coup-là démon, je vais procéder à un échange équivalent, car je ne suis pas une voleuse. J’ai une autre fiole à te proposer ; Et ce n’est pas une option, tu vas la boire !

    Calypso se glissa dans le coup du démon, dégoupilla la fiole et l’obligea à boire. La flemme du démon fit qu’il ne se débâtit pas tant que ça et avala tout le contenu de la fiole.

    Balançant le réceptacle de la fiole par terre, l’assassine reprit la parole :

    - Et si tu te poses la question chevalière, ce n’est pas un poison que je lui ai donné, mais un petit remontant pour qu’il nous fiche la paix. On va pouvoir continuer vers notre objectif.

    Puis un grand sourire aux lèvres et se tournant vers Aaron, la jeune femme ajouta :

    - Et puis petit démon, comment tu t’appelles déjà et qu’est-ce que tu fais la ?

    Hrp : Potion d’amnésie totale lors du jeu de Pacques utilisé
    avatar
    Messages : 106
    Date d'inscription : 30/09/2014
    Age : 25
    Localisation : Caché.

    Caractéristiques
    Mana:
    67/500  (67/500)
    Métier: Voleur Expert.
    Niveau:
    6/720  (6/720)
    Il but la potion à contre-cœur. Elle a un goût écœurant. Rien de ce qu'il connait. Il tremble en la sentant se répandre. Ce truc a un truc de magique. D'entité. ça ne peux pas être quelque chose d'autre pour le mettre dans un tel état. Il est un peu, complètement, amorphe. Le temps de s'habituer. De s'y faire. Ses iris sont agrandis. Sous l'effet d'une substance ayant plus ou moins rapport avec la drogue. Comme herboriste, il les avait un peu toutes testées. Bien que ses parents avaient désapprouvé fortement sa conduite. Y avait plein de chose qu'ils avaient désapprouvé. Surement comme tous les parents. Une pression le ramène à la réalité ; trop brusque. Il tente de s'en débarrasser mais c'est comme s'il venait de boire de l'herbe d'Heiwa. Complètement amorphe. Il fut forcé à boire.

    Je pourrais vous décrire comment le petit démon vit tout ses souvenirs s'effacer. Un à un. Mais cela serait beaucoup trop long et bien peu utile à votre aventure. Sachez seulement qu'il resta un long moment les mains crispaient sur son ventre, les yeux fermés, à tenter d'assimiler tout ça, de comprendre. Mais comment comprendre quand il n'y a plus aucune base ? Aucune connaissance ? Dur me direz vous. Impossible. Et bien, ce fut le cas. Incapable de se retrouver. Incapable de se reconnaître. Trois traits principaux remontèrent du fouillis inextricable d'émotion : De la paresse, de la colère et de la jalousie.
    Il ne voulait que se reposer. Mettre toutes ces conneries de côté et laisser quelqu'un s'en charger. De la colère envers ses deux femmes. Il n'était pas capable de dire le pourquoi du comment mais quelque chose de fort grondait contre elles. Surtout celle avec le long habit. Merde... comment cela s'appelait-il ? Il n'arrivait pas à s'en souvenir. Tout lui échappait. Tout l'énervait un peu plus. Et enfin de la jalousie. Comment la femme en robe pouvait savoir qu'il était un démon alors qu'il ne le savait même pas ! Qu'est-ce qu'était un démon d'abord ? Son attitude... comment la décrire... ? L'attitude de celle là l'énervait, elle lui donnait l'impression de tout savoir : comme l'autre, alors que lui n'était capable de rien.

    L'énervement était secondé de la jalousie mais même à eux deux eurent du mal à surpasser la paresse. Et pourtant, elles réussirent. Il jetait un regard noir sur la première des femmes. Celle qui lui avait parlé. Il voulait lui faire passer son air... Ne pas trouver comment le décrire son air ne faisait que l'énervait un peu plus. D'un geste rapide, woah, il était sacrément rapidement ça lui faisait étrange, il attrapa l'un des objets brillants sur la table. Comment cela s'appelaient-ils ? Aucune idée, mais ça ne l'aiderai pas à... à quoi ? Ah ! A lui enlever cet air de son visage. Mais... comment faire ? Attaquer de face devait être trop dangereux, si seulement pouvait il la frapper de derrière. Elle ne verrait rien venir. Si seulement, il pouvait se... téléporter. OH! Une chose qu'il connaissait ! Il sourit. Un sourire fin, carnassier. Ça il savait le faire. Il avait à peine le couteau dans la main qu'il enchaîna sur la téléportation.

    C'était comme s'il avait juste cligné des yeux. Il était passé d'un endroit, à un autre. Et l'objet s'enfonça assez facilement dans la chair, le reste des gestes suivirent comme une mécanique répétée encore et encore : un coup derrière le genou pour la faire tomber, on lui attrape le bras et le ramena dans le dos et ainsi elle est complètement immobilisée au sol. Le petit démon, puisqu'elle l'avait appelé comme ça, c'est que ça devait surement être vrai, enfonça la lame un peu plus vers l'intérieur du corps. Que pouvait-il lui répondre... ? D'ailleurs... Comment lui répondre, il... il ne savait plus comment... comment "parler" ? Il frissonna et grogna. Appuya sur la lame, il voulait la faire souffrir. Pourquoi, il n'en savait rien. Il le voulait juste.
    - Que... fais ? Réussit il a articuler sans être sûr si cela correspondait à son semblant de pensé.
    Gust
    avatar
    Messages : 122
    Date d'inscription : 06/01/2015
    Localisation : Dans un lit ou dans un couloir.

    Caractéristiques
    Mana:
    40/500  (40/500)
    Métier: Grand Maître Chevalier
    Niveau:
    6/720  (6/720)
    Alex ne le tenait plus que du bout des doigts quand il but la potion. Elle avait trop peur de se prendre une décharge magique ou quelque chose dans le genre. Mais il ne se passa strictement rien. Il avait l'air... complètement stone. Comme un accro à l'Herbe d'Heiwa qui en aurait trop prit. Alors, doucement elle le lâcha et recula. C'était un démon, il fallait faire assez attention... Pourtant l'assassin ne semblait pas de cet avis. La chevalière la laissa faire en reculant encore un peu. Elle ne le sentait pas. Et elle avait assez raison. Quand elle la vit le forcer à boire, elle tira son épée.

    Les paroles de l'assassine ne la rassurèrent guère. C'était mauvais de s'attaquer à un démon lui disait l'homme. Et encore moins un tel que la mauviette qu'ils avaient en face d'eux. Trop imprévisible. La paresse devait camoufler quelque chose de beaucoup plus grand. Que ce soit l'homme ou la femme, l'expérience y était. Ce n'était pas la première fois qu'il affrontait un démon. Qu'il soit de la paresse, de l'avarice, de la luxure ou d'autre, ils en avaient assez l'habitude. C'étaient des armes de guerre formidables. Dur à tuer. Toujours se méfier.

    Les tremblements de l'homme en face d'elle ne lui disait rien. Pas plus que son regard. Alex le sentait très mal. Elle n'était qu'une humaine et la rapidité surnaturelle des démons la dépassait, même si elle était grand maître chevalier, il lui arrivait d'avoir du mal. Et pour le malheur de l'assassin, il fallut que ce soit l'un de ces moments. La chevalière l'avait à peine vue entamer le geste pour attraper l'une des dagues, sentit la douleur exploser de manière disproportionnée dans son dos, qu'il la maintenait au sol en grognant et en enfonçant la lame dans son flanc. Il avait suffit d'un clin d'oeil.

    Alex réagit au quart de tour et lui mit un coup de genou dans les côtes. Elle ne préférait pas utiliser l'épée, du moins pas pour l'instant. Le petit démon jappa et roula loin de l'assassine. Alex l'enjamba et l'épée tenant en respect le démon.
    - Qu'est-ce que tu lui as fais, idiote.

    La femme tentait de peser les pour et les contre de le frapper avec l'arme. Il semblait plus perdu, effrayé que vraiment agressif. Enfin, envers elle. Envers l'assassin c'était une toute autre pensée et la chevalière devait jouer à un étrange jeu de moulinet pour la protéger. Si les gardes arrivaient, ils allaient tous être très mal.
    Guardian
    avatar
    Messages : 351
    Date d'inscription : 07/09/2014
    Age : 25
    Localisation : Derrière toi

    Caractéristiques
    Mana:
    196/500  (196/500)
    Métier: Grand Maître Assassin
    Niveau:
    9/720  (9/720)
    Avant que Calypso ne s’en rende compte, Aaron développa une rapidité extraordinaire digne des démons téléporteurs. Puis, sans qu’elle ne puisse le prévoir, le petit démon se glissa dans son dos et la poignarda. Mais l’assassine ne bougea pas d’un centimètre et exprima un calme très surprenant.

    Réagissant au quart de tour Alex, dégagea son agresseur et s’exclama :

    - Qu'est-ce que tu lui as fait, idiote ?

    Calypso retirant progressivement l’arme pour ne pas augmenter la douleur ajouta :

    - Et bien on dirait que mon petit remontant est efficace. Je n’ai fait que révéler sa vraie nature.

    Aaron qui ne comprenait pas ce qui lui arrive s’exclama le regard perdu au loin :

    - Que... fais ?

    - Tu laisses parler ta vraie nature pour un sentiment beaucoup plus utile et intéressant. Voilà ce que tu fais. Mais bon, ce genre d’acte est hautement réprimandé. On ne me poignarde pas comme ça.

    Avant d’agir, Calypso décida de prendre deux minutes pour échanger avec Andras à travers son palais mental :

    « - Andras, du nouveau sur ce que nous avons en face ?

    - En vue des ailes qui sont en train de lui pousser dans le dos, je suis sûr que notre ami à des caractéristiques bien plus intéressantes que la flemme. Il serait dommage de le tuer, on pourrait peut-être s’en servir.

    - Peut-être, mais pour le moment, il est beaucoup trop instable, il faut qu’on le dégage d’ici et loin. Car sinon crois moi j’en fais de la bouillie.

    - J’ai toujours été envieux des démons téléporteur, je crois que je vais pouvoir lui faire passer l’envie de nous approcher pendant encore un petit moment.

    - Va pour un échange alors ?

    - Je déteste prendre le contrôle dans ce genre de situation, mais puisque nous n’avons pas le choix. »
    De nouveau la permutation des corps eu lieu et Andras s’exprima avec une voix rauque :

    - Bordel, ce n’est vraiment pas agréable de se faire planter. Va falloir que je t’apprenne les bonnes manières toi.

    Le démon se dirigea vers Aarron et lui saisit le bras avant de lui envoyer une drôle d’impulsion magique. Ce sort de nécromancie pur était oublié depuis plusieurs générations à Heiwa. Le sujet contracte une maladie particulièrement terrible qui le touche immédiatement et sans période d'incubation. Le lanceur de sorts contamine la cible d'une affection qui lui inflige une diminution permanente de constitution par jour jusqu'à ce qu'elle meure. Peu d’herboriste à ce jour en connaisse le remède…

    Puis souriant de nouveau, Andras s’exclama :

    - Ecoute moi bien mon confrère démon,  tes plaies finiront par nécroser toutes seules. Mais je vais être sympa avec toi, je vais te révéler combien de temps il te reste avant que tu ne puisses plus jamais rien faire et appartenir aux mondes des esprits ; Exactement une journée. Tache de trouver un herboriste à Cassandre suffisamment puissant pour mettre fin à ton supplice. Ou meurs de manière digne, à toi de choisir.

    Se tournant vers Alex, Andras ajouta :

    - Bien maintenant que nous avons la paix […]

    L’échange eu lieu et Calypso reprit le corps :

    - Et si nous allions continuer ce pourquoi on est là ?

    Hrp : Permutation des corps 5, moyen sort de Nécromancie 80, Mana restant 4/134
    avatar
    Messages : 106
    Date d'inscription : 30/09/2014
    Age : 25
    Localisation : Caché.

    Caractéristiques
    Mana:
    67/500  (67/500)
    Métier: Voleur Expert.
    Niveau:
    6/720  (6/720)
    Tu t'éloignes brusquement alors que tu as soudainement... "mal" dans sur le côté. Oui c'est ça, mal. C'est ça le mot. C'est étrange que ça te revienne. Y a des choses qui te reviennent peu à peu alors que t'as mal au ventre. Mais vraiment. Comme si tu avais... "mangé" quelque chose de mal. Non, de mauvais. Oui c'est ça. Et c'est la faute à celle avec la robe. Tu es persuadé que c'est de sa faute. Et que c'est parce qu'elle t'a fait manger cette chose pas bonne que tu voulais lui faire du mal. Ou cela revenait à plus loin... T'en savais franchement rien. T'essayes de l'atteindre, mais la petite avec le grand couteau ne le veut pas. Grand couteau ? Tu étais certain que ça avait un autre nom... un truc en ep... T'essayes un pas à droite, à gauche, elle ne veut vraiment pas. Si seulement ses... ses ailes pouvaient apparaître plus vite. Mais la flemme était tellement grande... Tu te retrouves à grogner face à la chep... non, che... cheva... ça ne revient pas. Tu l'as presque même tu n'arrives pas à t'en souvenir. L'autre s'est remis et tu vois ses lèvres bouger. Mais tu... tu ne comprends pas ce qu'elle te dit. Ça t'échappes. Mais tu captes "apprendre" et ça te file la frousse. La frousse ? La peur ? Fuir... ? Peut-être. Mais déjà l'autre t'as choppé le bras et tu te retrouves à le regarder comme un con. Il ne te manquerait que le petit filet de bave sur le côté. Tu le regardes comme s'il était un bon morceau de viande au loin.

    D'ailleurs, elle a une bonne odeur. Aussi étrange. Ça te rappel un truc. Très loin. Ça te semble remonter très très très loin. Et y a plein de plante partout. Ça sent super bon, et y a deux gens. Tout à l'air super grand. C'est étrange. Ça voudrait dire qu'elle est gentil ? Parce que ça te parait être un bon moment. Puis d'un coup, toutes les plantes brûles, le "souvenir" disparaît alors qu'une odeur infecte -quoique ce mot puisse dire- te monta au narine. Ça avait la même odeur que le brûlé, va savoir comment tu le sais, et le pourris. Tu la regardes en grognant sans faire le moindre mouvement et remarque qu'elle te touche. Elle... te touche. Tu baisses ton regard animal jusqu'au contact et ne comprends pas pourquoi ta chair est noire. Noire comme tes écailles, oh! tu avais des écailles, mais molle comme pourrie. Ça sent affreusement mauvais. Tu regardes la femme, puis ta blessure, puis de nouveau ta femme alors qu'elle te parle et te met à grogner. De plus en plus fort n'écoutant que vaguement ce qu'elle te dit. Y a bien Cassandre qui t'évoques quelque chose de vraiment longtemps mais c'est tout.

    Elle t'énerves à trop parler mais rapidement elle arrête pour parler à l'autre. Alors tu lèves ton bras et te met à renifler la zone. Vraiment, cela pue. C'est infecte. Des griffes de ta main tu touches prudemment. C'est... visqueux et automatiquement quelques choses dégouline. Coule le long des écailles sans que tu ressentes la moindre chose pour s'écraser au sol d'un rouge noirâtre. Dans ta tête, quelque chose te dit nécromancie. Dans ta tête, t'as des trucs qui reviennent. Comme une liste de chose. Tu ne sais plus trop. Juste que ça attise ta colère envers la femme qui était tournée vers l'autre. Oh, c'est nouveau ça, tu as une longue queue enroulée autour de tes jambes. C'est super bizarre de la contrôler. Comme si c'était un bras en plus. Oh! et tes ailes sont complètements sorties. C'est chouette ! Ça te donne l'impression de pouvoir voler. D'ailleurs ? Tu le peux ? T'essayes de les déployer mais l'espace est trop étroit. La sortie était là-bas non ? Juste en face. T'aurais bien aimé avoir un couteau pour embêter la femme juste avant de sortir. Aussitôt pensé, le bout de ta queue s'affine et devient comme une flèche. Une flèche ? Tu ne voyais pas ce que c'était mais puisque tu le pensais, tu devais le savoir. Oh... que c'était compliqué, juste que tu pouvais te servir de ta queue comme arme apparemment. (à la Alien, quoi).

    Alors comme un gosse tu la lances en avant sur la femme. Bon tu la loupe. Mais de peu ! Et cela se plante sur le mur juste à côté de l'ouverture, tu as oublié comment cela s'appelait. C'est passée à rien, juste entre les deux femmes. Tu t'en sers donc comme une sorte de grappin aidé de tes ailes. Quoique ça puisse être. Mais la vue de l'épée, oh! tu as retrouvé le nom, te dissuade au dernier moment et t'étales donc pathétiquement entre elle.

    Et la flemme s'invite.

    Misère. T'es crevé. Complètement mort. T'as trop bougé. Trop souffert. Tu tends la main et choppe la cheville de celle contre qui tu as une dent depuis tout à l'heure. Tu ne sers pas fort, tu as trop la flemme de concentrer la moindre chose, mais tu sers assez pour tenir bon.
    - Fais... quoi, marmonne tu envers et contre toute ta flemme.
    Gust
    avatar
    Messages : 122
    Date d'inscription : 06/01/2015
    Localisation : Dans un lit ou dans un couloir.

    Caractéristiques
    Mana:
    40/500  (40/500)
    Métier: Grand Maître Chevalier
    Niveau:
    6/720  (6/720)
    Alex soupira. Elle n'en pouvait plus de ces deux là et soupirait de désespoirs de ne pas être resté chez elle. Le corps fit un bond sur le côté et dégagea l'épée quand quelque chose passa rapidement entre eux. Un bruit sourd suivit d'un autre et elle vit le petit voleur étalé à leurs pieds. Sérieusement... Comment avait-il bien fait pour survivre jusqu'à là. Ce n'était pas son problème. Leurs enfantillages l'agaçait au plus au point et, bien qu'elle avait fait semblant de ne rien faire jusqu'à là, l'état pitoyable du voleur appelait un peu à l'action. Elle le tata du bout du pied, histoire de voir s'il n'était pas mort, et l'espèce de grognement étouffé le confirma. Alors elle lui shoota dans le bras lui faisant lâcher la cheville de l'assassin, il gémit longuement. Et pour le tenir a terre lui écrasa la main du pied.
    - Je pense qu'il a eut suffisamment de remontant comme ça.

    La chevalière dissimuler du mieux son agacement mais cela paraissait dans sa voix. En finir, simplement. L'homme était du même avis. Ça commençait à prendre des tournures beaucoup trop étranges et surtout magique. Autant s'en tenir très loin. Le corps croisa les bras et regarda les nombreuses portes en face d'eux.
    - Très bien, sortir de là serait une bonne idée. Par où on passe ?

    Son regard passa de la carpette gémissante aux portes. Et inversement. De nouveau, elle lui donna un coup de pied.
    - Allez bouge toi.
    Guardian
    avatar
    Messages : 351
    Date d'inscription : 07/09/2014
    Age : 25
    Localisation : Derrière toi

    Caractéristiques
    Mana:
    196/500  (196/500)
    Métier: Grand Maître Assassin
    Niveau:
    9/720  (9/720)
    Alex, dépité s’exclama :

    - Je pense qu'il a eut suffisamment de remontant comme ça.

    La jeune femme affichant un grand sourire malsain répondit :

    - Après si nécessaire, je peux l’achever, si vraiment la pauvre âme est en souffrance.

    Mais le silence qui suivit devient très rapidement pesant. C’est pourquoi Calypso ajouta :

    - Je plaisantais ça va, pas la peine de me regarder comme ça.

    La chevalière ne se détournant pas de son objectif ajouta :

    - Très bien, sortir de là serait une bonne idée. Par où on passe ?

    - J’ai bien ma petite idée. On va suivre ce dédale jusqu’à l’extérieure et se faufiler discrètement.

    Alex frappant dans la larve, ajouta :

    - Allez bouge toi.

    En se retournant vers le dechet, Calypso ajouta :

    - Laisse le ici, on en a pas besoin pour continuer.

    Pendant ce temps, la conversation mentale reprit son cours :

    « - Un plan Caly ?

    - Pas vraiment, mais si on peut s’éloigner de cette cité de nain avant que je me décide à tous les exterminer.  

    - Il me semble de mémoire qu’une grande cité en haut des montagnes pourrait nous servir de planque

    - Va pour ça. »

    Calypso montrant le plan à Alex ajouta :

    - Quelque chose me dit que nous devrions monter près du temple de Borglin. Si on en suit la carte, c’est par ici.

    *

    Après avoir marché plusieurs heures en directions des cimes, le climat se transforma petit à petit pour laisser place aux sommets enneigés.

    La tempête fait rages. Les airs transportent des kilos de neiges. Plus un oiseau dans le ciel. Une tempête terrible, pleine de cris des cieux. Demain tout sera recouvert. L'orage se poursuit dans sa tête. Calypso ne sais plus quoi faire de ses mains, de ses pieds, des mille pensées qui passent en fusées. Du blanc, rien que du blanc à perte de vue, sous des kilos de noir de nuit ; une grande ombre sans lune ni étoile.

    Calypso traîne ses pieds dans la neige, frigorifié. Le chemin borde les ravins. Elle ne voit pas plus loin que son nez, devine à peine les spectres de roches coupantes. Le vent pousse les flocons dans ses oreilles, sur ses paupières de givre ; il fouette, griffe les joues, engloutit les lèvres. Et cette impression de ne jamais y arriver se dissipa rapidement. Les voilà qui arrivent à Thurn.
    Calypso sans laisser transparaitre d’émotion ajouta :

    - Nous y voilà donc à la cité de Thurn

    La ville est séparée en plusieurs niveaux :

    Le premier niveau se constitue principalement de fortification et de tours de guets. Pas très accueillant en somme.

    Le second niveau regroupe les habitations des citoyens de classe moyenne. Les quartiers sont relativement bien entretenus, et la criminalité est maintenue basse. Vivre ici n'est pas facile tous les jours, mais la plus part des citoyens s'en contentent. Beaucoup de petits commerces fleurissent entre facilement.

    Le troisième niveau est dédié aux distractions. De petits parcs, placés sous des verrières permettant de se reposer. Des maisons de passes et d’autres structures sont disponibles.

    Le niveau quatre est occupé par les nobles, les plébéiens y sont interdits et les citoyens extrêmement rares.

    L'étage est principalement recouvert de verdure et de bâtiments aux formes épurées, tout est fait pour plaire au regard. Mis à part le quartier résidentiel, on y trouve également quelques bâtiments culturels, à l'ouest, comme le musée ou encore la bibliothèque principale de la ville.

    Le dernier niveau est réservé à l'administration de la ville, et aux habitations hauts gradés. Ils ont soit leurs quartiers à l'intérieur de la tour, soit sur son pourtour.

    Calypso tourna la tête et aperçut un vieil homme. La jeune femme s’exprima :

    - Hey, toi vieillard, ou se cache le temps de Borglin ?

    L’homme peinant pour relever la tête s’esclaffa :

    - Hélas jeunes voyageurs, bien des aventuriers ont cherchés ce temple, en vain. On raconte qu’il serait enfoui sous terre, quelque part dans le palais. Mais ce n’est qu’une légende urbaine. Personne ne l’a jamais trouvé. Ne rêver donc pas.

    Calypso hocha la tête et ajouta en se tournant vers Alex :

    - Merci l’ami.  Bien, par ou on commence ?
    avatar
    Messages : 122
    Date d'inscription : 06/01/2015
    Localisation : Dans un lit ou dans un couloir.

    Caractéristiques
    Mana:
    40/500  (40/500)
    Métier: Grand Maître Chevalier
    Niveau:
    6/720  (6/720)
    - Nous y voilà donc à la cité de Thurn.

    Alex enleva enfin sa capuche. Après tant de jours à voyager dans le froid, le vent et la neige, elle était presque heureuse d'atteindre cette antique cité. Dirigée par un nain du nom d'Haldrin, au service de l'entité naine, Börglin, la cité fournissait son charbon, et certain de ses pierres précieuses, à Cassandre. Il faudrait donc éviter de bousiller les relations politiques, diplomatiques. Ce qui... s'annonçait assez mal avec cette assassin. Les bras croisées, l'épée battante à sa hanche, la chevalière suivit sans un mot l'assassin. Se demandant, se trifouillant l'esprit à comprendre son comportement. Elle obtient plus ou moins ses réponses et y offrit un visage assez blasé. Elle ne comptait quand même pas violer le temps de Börglin... ça ne l'étonnerait même pas... Autant tenter de maîtriser les choses. Alex tourna les talons et se dirigea vers les tours de guets. Premier rempart de la ville.
    - Suis-moi et ferme-la, lâcha-t-elle.

    La chevalière avait remarqué quelque chose de bizarre, les portes étaient fermés. Il faisait pourtant grand jour, le milieu de la matinée même, et elles étaient fermées. Il y avait forcément un problème en ville. Ou hors de la ville. Les gardes, nains, croisèrent leurs lances pour boucher le passage lorsqu'elles arrivèrent.
    - Halte là, personne ne passe, fit en premier le roux avec d'immenses favori.
    - Fait demi-tour, ajouta le second qui avait une sacré bedaine.

    Alex regarda longuement les remparts, les hommes, les portes, avant de reporter son attention sur les deux hommes.
    - Pourquoi ne peut-on pas passer ?
    - Qu'est-ce qu'elles en ont à faire les p'tites dames ? le provoqua le rouquin.

    Alex ne souligna pas la différence de taille et se contenta de répondre calmement. Elle n'avait pas du tout envie de querelle.
    - Car la "p'tite dame" est chevalière d'Heiwa et qu'elle a besoin de passer.
    - Chevalier, une dame ? C'est possible ça ? se moqua toujours le rouquin. Et il est où vot'e cheval ? Et vot'e bouclier ?

    Calme. Alex avait l'habitude de ces moqueries. Au moins, le second, avec la bedaine, semblait un peu moins con que le premier. Elle tira son gant droit et montra sa bague, sa chevalière portant le sceau des chevaliers, au second. Se désintéressant complètement du premier.
    - Alex Endra, chevalière à Cassandre. Et elle, elle désigna mollement l'assassin, c'est mon écuyer. Nous avons besoin d'interpeller un individu se trouvant apparemment dans la cité.
    - La cité, répéta mollement le nain. C'est qu'elle est grande la cité. Et il a fait quoi votre type ?
    - Arnaquer mon maître. Nous voulons seulement récupérer ce qu'il lui doit, sans faire de grabuge, après nous nous en irons et ce sera comme si de rien n'était.

    La femme espérait qu'ils ne connaissaient pas le sceau royal sinon elle devrait s'expliquer un peu... Elle jeta un bref coup d'oeil noir à l'assassin, histoire de lui dire "ne pense même pas à les soudoyer" avant de remettre son gant.
    - Peut-on passer, maintenant ?

    Les deux nains se concertèrent du regard, un peu perdu, ne sachant pas trop quoi faire, pour finalement décroiser leurs lames.
    - Aller y, fit le bedonnant, mais pas de grabuge.

    Alex avança de quelques pas avant de se retourner pour leurs demander :
    - Au fait, pourquoi ne peut-on plus accéder à la ville ?
    - Le roi en a marre de ces chasseurs de trésors du continent qui se croient tout permis. Ils pillent malgré la milice et vole toutes les fioles qu'ils trouvent. C'est tellement obsessionnel, ils croient qu'ça va leur apporter argent et richesse. Des fioles !
    - D'accord. Merci, messieurs.

    Elle se retourna et franchis le premier niveau. Suivie de l'assassin, elles entèrent dans la ville basse.
    - Bien, fit doucement Alex, trouvons d'abord une auberge. T'as beau être possédée par un démon, puissant ou pas, ton corps est humain et nous avons tous les deux besoins de repos. Comme ça nous en profiterons pour nous organiser.
    Guardian
    avatar
    Messages : 351
    Date d'inscription : 07/09/2014
    Age : 25
    Localisation : Derrière toi

    Caractéristiques
    Mana:
    196/500  (196/500)
    Métier: Grand Maître Assassin
    Niveau:
    9/720  (9/720)
    Avant que Calypso n’ait le temps d’ajouter quoi que ce soit, la chevalière chuchota :

    - Suis-moi et ferme-la.

    D’une manière épisodique, la jeune femme ne rétorqua pas. Andras, curieux, décida de relancer la conversation dans le palais mental :

    « -C’est étrange Caly, tu es bien calme depuis tout à l’heure. Quelque chose ne va pas ?

    - J’ai comme un mauvais pressentiment... Et ma vision en « L » ne suffit pas à me faire une idée sur ce qui se passe réellement dans cette foutu forteresse. »

    Cependant, avant qu’Andras n’ait le temps de répondre, la sentinelle s’exclama :

    - Halte là, personne ne passe,


    L’autre abruti avec son air malsain et pédant ne put s’empêcher d’ajouter :

    - Au fait, pourquoi ne peut-on plus accéder à la ville ?

    A partir de ce moment-là, une discussion prit place et l’assassine d’une manière rare n’intervenue   pas :

    - Le roi en a marre de ces chasseurs de trésors du continent qui se croient tout permis. Ils pillent malgré la milice et vole toutes les fioles qu'ils trouvent. C'est tellement obsessionnel, ils croient qu'ça va leur apporter argent et richesse. Des fioles !

    - D'accord. Merci, messieurs.



    - Bien, Trouvons d'abord une auberge. T'as beau être possédée par un démon, puissant ou pas, ton corps est humain et nous avons tous les deux besoins de repos. Comme ça nous en profiterons pour nous organiser.

    Qu’il en soit ainsi.

    « - Wow, wow, wow, mais qu’est-ce que vous avez fait de la vrai Calypso ?
    Tu verras bien, j’ai une idée.

    - Déjà, je n’aime pas quand tu es calme, alors si tu espères me convaincre avec tes idées foireuses, il va falloir faire mieux que ça.

    - tu as raison, assez parler »

    Et puis sans attendre Calypso fit mine de s’endormir.

    «  - Non, mais tu te fou de ma gueule Caly ?

    - Caly tu m’entends ?


    - […]

    CALY ?

    - […]

    - Je te préviens, je t’empêcherai de dormir !

    Mais rien n’y fait Calypso s’endormis.

    La jeune femme se forçait à rejoindre le fleuve chaque nuit pour être là lorsque la silhouette de ses cauchemars apparaitrait. Toujours, en maigre rempart, pour éviter qu’en un coup elle ne se répande aux quatre coins de son palais mental. Elle viciait déjà l’alentour. Mais cette nuit-là ce fut autre chose. Au-dessus des eaux noires il y eut soudain un long cri, un cri de campagne ou de plateau, le cri cassé de l’aigle qui tourne sans trouver de proie. Il ne resta pas longtemps dans l’ombre. La lune était cachée par des tours. Mais il apparut bientôt, par ces artifices de morte convalescente dont elle usait si bien, il apparut de toute son envergure, dans un rai de lumière sans origine, guettant
    quelque chose qui s’agitait sur les berges ; à plusieurs moments il tenta un piqué mais l’interrompant à mi-hauteur, reprenant ses tournoiements incertains. Il fallait qu’elle aille vérifier…


    Se levant discrètement, la jeune femme s’assura de quitter le lieu sans réveiller la chevalière qui avait l’air de dormir comme une enclume.


    «  - Ah super Caly et maintenant ?

    - Maintenant tu te la boucle et on va chercher des foutus fioles seuls. J’ai besoin de me dégourdir un peu les jambes »

    Soudain, un bruit retentit au loin…
    avatar
    Messages : 122
    Date d'inscription : 06/01/2015
    Localisation : Dans un lit ou dans un couloir.

    Caractéristiques
    Mana:
    40/500  (40/500)
    Métier: Grand Maître Chevalier
    Niveau:
    6/720  (6/720)
    L'homme ne lui faisait pas confiance. C'était une assassin. Elle avait la fiole. Elle venait de rendre à l'état de débilité certaine un démon farceur. Elle n'avait aucun sens de loyauté, sauf envers ses maîtres. Et plein d'autres raisons toutes plus valables les unes que les autres. L'homme accaparait toute sa conscience, il empêchait la femme de dormir. De prendre un peu de repos assez mérite. Et cela ne faisait que l'agacer un peu plus. Le temps s'étendait sans fin alors que les arguments, et contre-arguments apparaissaient. Un mal de crâne impossible en vue. Surement pire que celui d'une gueule de bois. Le corps de femme, allongée sur le côté, tentait vainement de trouver le sommeil. L'épée a portée de main, semblait luire doucement à la lueur lunaire. Cela avait quelque chose de tranquillisant.

    Malgré la chaleur réconfortant, et cette douce lueur, rien n'apaisait l'ouragan dans sa tête. Elle avait beau lui avoir répété de se la fermer, l'homme ne s'avouait pas vaincu. Quelle plaie d'avoir voulu une telle personnalité ! Elle finit par abandonner, s'asseyant et regardant autour d'elle. La chambre était tranquille. Trop tranquille même. La chevalière jura en remarquant le lit vide de l'assassine. Un "Ha ha !" satisfait rugit dans sa tête. Qu'il aille se faire foutre. Elle allait lui faire la peau ! Elle sauta dans ses bottes, choppa son épée et sorti. En passant près de la fenêtre, elle ne put s'empêcher d'y jeter un coup d'oeil. Des nains, des soldats ? étaient rassemblés en arc de cercle devant la porte. Ils semblaient attendre. Merde.

    La chevalière se précipitait vers la sortie quand son instinct lui recommanda de se décaler. Et elle obéit. A peine une seconde plus tard, un nain se ramassa contre la porte. Il n'avait pas l'air très amical... Et la lame dans sa main encore moins. La chevalière réagit plus vite et frappa la première. Elle avait une sainte horreur des assassins, alors devoir en travailler avec un... elle passa donc ses nerfs sur celui-là. Sa force s'accrut, grâce à sa foi envers Aldric, et son coup de pied envoya balader le petit homme à travers la porte. ça faisait un bien fou. Mais elle ne pouvait pas le laisser en vie. Elle dégaina sa lame, et l'enfonça froidement dans le dos de l'homme assommé au sol. Elle nettoya rapidement la lame sur la tunique de l'assassin puis descendit à toute vitesse l'escalier. Elle allait retrouver cette foutu assassine. Ce fut un sacré coup de chance qu'elle la retrouva en bas.
    - On file, ordonna-t-elle simplement. Nous avons un petit comité d'accueil composé de mercenaires et des assassins.

    Alex s'arrêta à quelques pas de l'assassine. L'épée toujours au poing.
    - Mais donne moi la fiole avant.
    Guardian
    Contenu sponsorisé

      La date/heure actuelle est Ven 20 Oct - 4:15