Il faut trouver cet homme ! (suite avec Kizuë et Elyas )

    Partagez
    avatar
    Messages : 98
    Date d'inscription : 01/10/2014
    Localisation : Dans un bar, travail

    Caractéristiques
    Mana:
    90/500  (90/500)
    Métier: Serveur/espion
    Niveau:
    5/720  (5/720)
    << Me voilà enfin à l'entrée de la forêt de Nacrym. Heureusement qu'un paysan m'a conduit au village près d'ici ce qui m'a évité de longues heures de marches malheureusement il n'a pas pu m'emmener jusqu'à ce village pommé au milieu de la forêt. Je ne le sens pas du tout, elle me paraît bien flippante. En même temps c'est la première fois que je m'aventure si loin dans Heiwa. Hum... >>

    Quelques jours plus tôt Kizuë a été contacté d'urgence à propos d'une curieuse affaire à échelle plutôt importante. Les trois Guardians qui se sert de lui comme larbin lui ont ordonnés de prendre en charge cette affaire qui ne les intéressaient guerre. L'excuse toute trouvé pour éviter de s'y rendre et que c'est un village qui, pour eux, est sans grande importance. le demi démon se tape alors tout le voyage avec en poche 1 Ducat et 5 Sous, une somme estimée suffisante pour les Guardians pour qu'il mange durant toute la durée de l'enquête. Kizuë espère qu'il n'en aura pas pour long car il ne lui reste plus que 9 Sous en poche. Il a économisé pourtant, en dormant dehors, prenant le minimum vital de nourriture et en se lavant dans un lac. Mais voilà, cela fait trois jours que les crimes se sont passé et où il doit payer chaque fermier pour le transporter pour aller plus vite.

    La loque en question paraît bien fatigué : Les cheveux en piteux état, en plus d'être en batailles il tombe sur son visage tel des feuilles de sol pleureur qui rend son visage bien triste, des cernes noirs sous ses yeux dont les veines rouges ressortent, le visage livide, les lèvres gercés... Et je ne parle même pas du fait que ses mains tremblent de fatigue comme un peu tout son corps ! Je ne fais même pas allusion de ses fringues disposé de manière totalement anarchiste et froissé.

    << Normalement il n'y a pas de survivant, mais si cela se trouve, quelqu'un est revenu et a trouvé le village comme ça. Pourquoi appeler des Guardians qui se situe assez loin pour mener l'enquête ? On ne me dit vraiment rien... Je ne sais pas mener une enquête, je suis sans expérience ! Quel est l'intérêt dans tous ça ? ... J'ai faim. >>

    Et son ventre gargouille, tel un cris d'agonie. Ce gamin n'est tellement pas doué pour survivre que je ne sais pas comment il fait pour être encore de ce monde. Il arrive dans ce fameux village et regarde autour de lui, il ne voit plus de cadavre. Il cherche dans les environs et aperçoit une fosse. Il s'y rend et retrouve les cadavres entassés les uns sur les autres. L'odeur est tellement forte qu'il met sa main vers son nez. Il a l'habitude de l'odeur à cause de sa nature démoniaque qui piétine l'être humain en lui mais c'est bien la première fois qu'il voit autant de corps. Il y a du sang partout, un affreux spectacle dans un silence religieux. Comme si le village entier est en deuil. Pourtant il entend de l'agitation dans une maison. Il arrive à pas de loup vers elle puis regarde par la fenêtre.

    Ce n'est d'autre que l'homme infirme et sa petite fille qui sont entrain d'essayer de retrouver des choses dans cette maison qui a été retourné. Kizuë retient que c'est la seul qui a été fouillé. Mais s'il y a une petite fille, c'est que ces gens sont inoffensifs dans la logique de notre Kizuë beaucoup moins prudent et méfiant que Sorath. Il toque à la porte de celle-ci faiblement mais en faisant en sorte que se soit audible.

    - Bonjour, excusez-moi du dérangement, auriez-vous l'obligeance de m'accorder un instant s'il vous plait ? Croyez-moi, je ne suis pas le tueur de ce village, de plus... Je suis bien trop fatigué pour faire le moindre geste agressif envers vous. J'aimerais seulement discuter de ce qu'il s'est passé si vous voulez bien vous donner la peine de m'ouvrir...
    Guardian
    avatar
    Messages : 79
    Date d'inscription : 07/02/2015
    Age : 24
    Localisation : Une maison dans la forêt de Nacrym.

    Caractéristiques
    Mana:
    0/500  (0/500)
    Métier: Herboriste-EXPERT
    Niveau:
    5/720  (5/720)
    Depuis la destruction du village Maya n'était plus la même, une partie de sa joie l'avait quitté et elle semblait apeuré à la moindre ombre suspecte la nuit.
    J'avais redoublé d'efforts pour la dorloter et la réconforter, j'étais affligé de la voir dans un tel état.
    J'avais envoyé un pigeon voyageur à Celeste Altair, peut être la visite de l'amie fée de Maya l'aiderait-elle à aller mieux.

    Suite aux évènements, j'étais revenu au village avec Maya qui avait tenu à me suivre, nous cherchions des objets utiles et les provisions saines dans les maisons fantômes, nous manquions de tout dans le cœur de la forêt suite aux dures épreuves des derniers jours.

    Nous avions récupéré pas mal de vivres et de matériel agricole ou de médecine que nous avions chargé sur une charrette que je tirais au retour vers ma demeure.
    Nous fouillons en ce moment la maison du vieux charpentier excentrique du village, mort comme tous les autres... Il était grand amateur de littérature, et j'avais pu récupérer les livres de sa bibliothèques que je chérirais avec soin dans leurs nouveau foyer.

    J'entendis soudainement un bruit venant de l'extérieur de la maison et mon épée fila hors de son fourreau en un clin d'œil et resta pointé vers l'inconnue débarqué de nul part qui s'était annoncée à la fenêtre.
    J'avais le cœur battant la chamade alors que l'arme était toujours pointée vers l'homme étrange aux cheveux longs et blanc, il avait des yeux assez atypiques de chez nous...
    Pour une raison que j'ignorais, mon moignon où le symbiote végétal vivait s'agita comme de colère à la vue de l'homme.
    Incapable de parler et de faire de langue des signes, je laissai Maya parler.
    La petite cacher derrière moi dit timidement de sa voix aiguë de petite fille.

    "Papa veut savoir qui vous êtes ? Ce que vous êtes... Monsieur l'Inconnu."

    Elle se serra contre mon dos et je raffermis ma prise sur la garde de l'arme en restant en positions de garde.
    Mes yeux étaient durs et reflétaient la férocité sous-jacente dont j’étais capable pour défendre ma progéniture.

    Le silence s'installa dans la demeure de l'ancien charpentier, le vent le troublant légèrement en faisant virevolter quelques rideaux de cotons bleus sur les fenêtres encadrées de bois de pin. Une souris fila dans son trou au pied de l'armoire massive collé contre le mur à gauche de la cheminée de pierre froide depuis la mort du propriétaire.
    Le soleil fit scintiller ma lame contre les canapés poussiéreux et les étagères de bibelots en tous genre...

    Neutre
    avatar
    Messages : 98
    Date d'inscription : 01/10/2014
    Localisation : Dans un bar, travail

    Caractéristiques
    Mana:
    90/500  (90/500)
    Métier: Serveur/espion
    Niveau:
    5/720  (5/720)
    << J'attend un court instant, me plaçant vers la porte en pensant qu'ils allaient m'ouvrir. Mais rien. Je jette un coup d’œil et l'autre pointe une arme dans ma direction. Je ne m'attendais pas à ce qu'ils me sautent dans les bras en souriant mais bien à une réaction de ce genre. L'homme est très méfiant, quoi de plus normal surtout qu'il a une petite fille à sa charge. La petite quant à elle a sans doute un peu peur mais je perçois aussi chez elle de la curiosité. Un type comme moi sortant de nul part forcément, on peut s'attendre à tout. >>

    - Papa veut savoir qui vous êtes ? Ce que vous êtes... Monsieur l'Inconnu.

    << Elle pare à sa place ? Il ne sais pas parler ? Non, c'est bien sa fille avec le "papa" qu'elle a prononcé. Il est peut-être malentendant ou trop sur ses gardes pour dire quoi que se soit. Hum, je pencherais pour la première solution, par intuition. >>

    - Je suis Kizuë Béros, envoyé par mes supérieurs Guardians messire Califré Des Hauts-bois, messire Artass De Latour et le commandant messire Wilfrost Des Riviers. Je n'ai aucune intention de nous nuire et si c'était le cas je l'aurai déjà fait sans prendre la peine de me montrer à vous. Je suis mi-humain, mi-démon et je suis fatigué... J'ai simplement besoin d'informations pour que mes supérieurs soient contents.

    Et qu'il ne te tue pas surtout.

    << Bon, je ne pense pas au vu de mon état de fatigue et de faim que je les aurais prit par surprise mais si cela lui va pour me faire suffisamment confiance pour ouvrir la porte j'en serait ravit. Enfin, cela ne m'enchante pas plus que ça mais j'ai faim et cela peut s'entendre avec le petit gargouillement que fait mon ventre après avoir répondu à la fillette. Je mangerais quand j'aurais fini "l'enquête" sinon je n'aurais pas assez pour le retour. >>

    Je me demande si le fait d'avoir dit qu'il est un demi-démon soit une bonne chose. Surtout que son ventre a gargouiller, on pourrait penser qu'il aurait envie d'une ou deux bonnes âmes même si ce n'est pas le cas vu qu'il a déjà "manger". Mais ceci ne rassasie pas son vendre, la nourriture humaine lui manque vu qu'il est aussi humain. Même s'il maudit tous les jours de sa pitoyable existence d'enfant d'un viol, il ne veut pas pour autant mourir.

    Pas avant d'avoir accomplit sa destiné. Il ne le sait pas mais c'est pour éviter une catastrophe qu'il est née ce môme. Il a surtout eu de la chance et de la malchance d'être doté de ce destin qui lui sera funeste au bout d'un moment. Mais il doit accomplir sa mission dont il ne sait absolument rien. Il ne se doute pas un instant et ne se doutera jamais à quel jeu les défunts jouent autour de lui et de Sorath ! Les dés sont jeté, on gagne. Comme toujours car un seul match perdu et se sera la fin de ce petit jeu qui perdure depuis longtemps. Combien de temps ? Combien de type comme Kizuë ont tués les précédents et se sont fait tuer par les suivants ? Cette traque infini qui semble être sans issu. Quelqu'un arrivera-t-il a détourner le destin ? Je ne l'espère pas. Et en même temps j'aimerais bien arrêter d'être dans l'ombre. Mourir pour de bon ou vivre, il faudrait choisir. Tu parles d'une chance d'errer comme ça à surveiller que ces abruties s’entre-tues bien correctement dans l'ordre des choses ? J'aimerais que cela change...
    Guardian
    avatar
    Messages : 79
    Date d'inscription : 07/02/2015
    Age : 24
    Localisation : Une maison dans la forêt de Nacrym.

    Caractéristiques
    Mana:
    0/500  (0/500)
    Métier: Herboriste-EXPERT
    Niveau:
    5/720  (5/720)
    Un demi démon? Doublé d'un guardian? Je connais très peu des uns comme des autres... La forêt chasse les rares démons qui s'approche et les guardians sont plus légendaires que réellement connu, ce serait des chevalier protecteur, quelque chose comme ça.

    J'approchai du nouveau venu, l'épée à la main et fixa mon regard dans celui du demi-démon. Je jaugeais sont regard, cherchant trace de duplicité, de mensonge, de soif de sang.
    Je gardais une expression dure et froide durant se duel de regard dans lequel je jaugeait tout comme il devait me jauger.

    Il semblait fatigué, affamé, assoiffé... Mais pas meurtrier. Je commençai à sourire et laissa partir la tension que j'avais accumulée. Je me tournai vers Maya en rangeant mon épée et lui fit un signe de main suivit de plusieurs gestes rapides.

    Je me dirigeai vers la table rustique ne bois et commença à y déposer des victuailles et de l'eau dans une cruche de terre cuite.
    Pain, fromage, viande séchée et gâteau s'étalèrent sur la table et laissa Maya parler à ma place.

    "Papa dit que vous pouvez entrer monsieur le démon... Il dit que vous devez ete un médiocre démon, car il ne sent pas de méchanceté en vous.
    Je suis Maya, Maya Dakeyras, fille d'Elyas dakeyras ici présent, nous vous invitons à venir à table partager notre repas. La forêt aime bien les guardians, même ceux qui ont du sang de démon hahaha."
    S'exclamais la petite fille.

    Elle prit place à mes côtés en enroulant la main droite dans le tissu rouge qui me serait de ceinture, elle ne voulait plus quitter mon contact depuis les derniers événements.

    Elle prit place à mes côtés en enroulant la main droite dans le tissu rouge qui me serait de ceinture, elle ne voulait plus quitter mon contact depuis les derniers événements. Maya elle mangeait e n silence et demanda de sa petite voix.

    "Il y a encore beaucoup de guardian? Vous avez vaincu des gust déjà ? Est-ce que vous êtes un prince comme dans les légendes des guardians?"
    Neutre
    avatar
    Messages : 98
    Date d'inscription : 01/10/2014
    Localisation : Dans un bar, travail

    Caractéristiques
    Mana:
    90/500  (90/500)
    Métier: Serveur/espion
    Niveau:
    5/720  (5/720)
    L’homme fixe Kizuë pendant un long moment avant de ranger son épée dans son fourreau tout en glissant un petit sourire à son encontre. Le demi-démon rentre alors dans la maison qu’il pense certainement être la leur. Peu à peu son regard perçant mais néanmoins fatigué de démon perd de son intensivité car l’atmosphère devient moins pesante. Il regarde un peu partout, surtout la nourriture que l’on met à sa disposition. De la viande, cela fait combien de temps que ce faible démon ne s’est pas nourrit de viande ? Ou plus tôt, ne s’est pas bien nourrit tout court ? Ses repas depuis trois jours se limitaient à du pain et de l’eau. De quoi faire ressortir un peu plus ses côtes et faire râler de plus en plus son estomac d’affamé. La malnutrition est chose commune pour lui, en mission il maigrit d’au moins deux à trois tailles de vêtement qu’il reprend quand il « redevient » serveur. Il ne se plaint pas vraiment de sa position, simplement des Guardians dont il doit servir.

    - Papa dit que vous pouvez entrer monsieur le démon... Il dit que vous devez être un médiocre démon, car il ne sent pas de méchanceté en vous.

    Il ne défend pas son « honneur de démon », il est bien trop concentré sur le fromage et la viande sur la table. A vrai dire, il sait que trop bien qu’il est faible. Ses pouvoirs passent encore mais son esprit est faible. Il manque de volonté. Kizuë s’assoie ou plutôt s’écroule sur la chaise en ne lâchant pas son regard de la nourriture si bien disposée.

    - Merci de votre accueil…

    Il ne dit pas un mot de plus, profitant de l’occasion pour se servir. Non pas comme une canaille mais un serveur sachant comment chaque chose doit se manger pour ne pas avoir l’air d’un sauvage. Néanmoins, il est pressé de s’en mettre plein la pense. La petite mange aussi bien collé à son papa qui semble s’être détendu.

    - Il y a encore beaucoup de guardian? Vous avez vaincu des gust déjà ? Est-ce que vous êtes un prince comme dans les légendes des guardians?

    Beaucoup de questions, c’est normal, c’est une enfant. Kizuë fini sa bouchée, il avait fait son petit sandwich avec toutes les bonnes choses mise à sa disposition. Il a un regard enfantin quand il mange, on dirait vraiment un humain, là. Ce moment où sa part démoniaque s’efface peu à peu.

    - Oui, il y en a encore beaucoup. A vrai dire, ils ne se cachent pas. Sais-tu pourquoi ils utilisent un uniforme bien voyant et facilement repérable ? Pour justement être vu. Ils portent volontairement cet accoutrement pour que les Gusts se montrent. Ils sont donc tous le temps à l’affut. Et ils considèrent chaque personne comme un potentiel Gust près à le tuer.

    Il fait une pause.

    << J’espère ne pas l’avoir trop effrayé… Pourquoi je raconte ça moi ?!! Franchement, je vais lui donner la chair de poule des Guardians. En même temps, il est difficile d’être impartial quant au passé que j’ai eu avec eux. Oh Lucifer, si tu me hante tu dois bien te marrer dans ton coin à me voir galérer face à une simple fille. >>

    Il reprend de plus belle.

    - Je ne suis pas un prince, loin de là, j’obéi à des Guardians. Ceux que j’ai cité tout à l’heure. Je ne suis pas un vrai Guardian, je n’ai pas eu de cérémonie. Mais par contre, je fais toutes les tâches ingrates qu’ils me laissent. Je suis à demi-démon vois-tu et les Guardians tout comme les fervents amoureux de la nature nous oppresse. Je ne peux me rebeller, comme l’a remarqué ton père, je suis un faible démon. Cela dit, pour répondre à ta dernière question, j’ai déjà vaincu des Gusts. La plupart sont des démons mais cela dit, j’ai déjà croisé des sorciers, des humains et même un nain Gust.

    << Ils sont bien des neutres. Au vu des questions, ils ne sont pas au courant de ce qu’il se passe, ils ne font que subir. >>

    - La guerre est loin d’être terminé, leurs forces sont plus ou moins égaux, ça va se faire au plus stratégique. Quoi qu’il en soit, les neutres comme vous ne feront que subir la victoire de l’un des deux camps, ils ne vous restent plus qu’à prier pour que vos temps ne soient pas trop durs avec l’un d’eux. L’ennemi n’est pas mieux lotit, si les Gusts gagnent et qu’ils savent que je suis un Guardian ils me tueront pour les avoir trahis et si les Guardians gagnent je resterais toujours dans ma petites vie misérable.

    Il finit de manger, se sentant revivre avec tous ce qu’il s’est enfilé. Il s’avachit un peu, ayant très envie de dormir.

    - Hum… Pardonnez-moi je m’égare. Ce n’est pas très joyeux ce que je vous raconte-là. Veuillez m’excuser. Parlons un peu de cet endroit. Savez-vous par hasard ce qu’il s’est passé ici ? Êtes-vous les seules survivants ?

    Il sort une petite feuille de papier et prépare son encre avec sa plume. Après tout, il n’est pas venu ici pour festoyer mais pour recueillir des informations. La fatigue le gagne de plus en plus mais il tient à rester éveillé car ça serait une entrave à son enquête de se reposer.
    Guardian
    avatar
    Messages : 79
    Date d'inscription : 07/02/2015
    Age : 24
    Localisation : Une maison dans la forêt de Nacrym.

    Caractéristiques
    Mana:
    0/500  (0/500)
    Métier: Herboriste-EXPERT
    Niveau:
    5/720  (5/720)
    Alors ainsi, tu étais un genre d'apprenti guardian visiteur ? Je plaignais vraiment ce pauvre bougre qui devait faire trois fois plus d'effort de par son ascendance démoniaque.
    Maya, elle semblait attrister pour le pauvre jeune homme et me regarda comme si elle attendait que je dise quelque chose... Je haussais un sourcil et lui fis quelques signes de langage des signes ensuite, je mangeais un morceau de pain en regardant Maya retranscrire mes mots.

    "Papa dit que si vous vous voulez des réponses, il ne peut-vous en donner, la maladie est arrivé très vite, elle... Elle a pris tout le monde, c'est le docteur Sorath qui nous a sauvés. Papa dit que vous devriez reprendre des forces ici au chaud et au sec avant de repartir enquêter ailleurs, il craint que vous ne teniez pas quelques jours de plus à ce rythme."

    Sur ce, elle croquait dans un conséquent morceau de pain et de jambon en soupirant de plaisir.
    Je souriais en m'essuyant la main et la bouche avant de prendre du vélin et de l'encre avec quelques plumes d etrop dans les réserves que nous allions emmener et de les offrir à notre invité.
    Pour qu'il puisse noter ses indices et ses observations.
    Lorsque Maya termina sont assiettes, je me relevais à nouveau et me dirigeais vers la porte de la maison mais je me mis immédiatement à couvert en entendant les voix des plusieurs hommes... Que je en connaissais que trop... Les brigands de la nuit où Sorath nous avaient sauvés...

    Je me tournais vers maya et lui fis signe de se cacher et tira mon épée sans un bruit en regardant le guardian.

    "Ce sont des bandits.... Monsieur le guardian, vous allez aider papa ?" Dit Maya la voix tremblante.

    Ils étaient cinq, dont le petit fourbe sournois de la fameuse nuit... Plutôt gringalet, mais ses quatre compagnons étaient des hommes d'armes, barbus, allures rustres, tenu de cuir sauf un qui avait une cote de maille. Ils portaient des hache sauf pour le porteur de cote de maille qui avait une lance.
    Neutre
    avatar
    Messages : 98
    Date d'inscription : 01/10/2014
    Localisation : Dans un bar, travail

    Caractéristiques
    Mana:
    90/500  (90/500)
    Métier: Serveur/espion
    Niveau:
    5/720  (5/720)
    Le démon écoute attentivement la petite fille en notant le nom de notre cher Sorcier. Bien sûr, sans savoir qu'il l'a déjà vu étant petit et que c'est grâce à lui qu'il n'a plus voulu se suicider. L'histoire adore être absurde ! Pour en revenir à ce qu'il se passe maintenant, Kizuë note tous ce qui peut être important. Les deux personnes ici présentes, la maladie, Sorath, les bandits... Tout. Il doit trouver la ou les causes provocants le déclin de ce village et donc doit investir sa personne au maximum. Quand la petite lui rapporte ce que lui dit à la fin son père il ne peut s'empêcher de faire un petit sourire désolé. Il ne se passe ensuite plus rien, Kizuë mange tous ce qu'il peut car il ne sait pas quand il va pouvoir se nourrir par la suite sauf bien sûr quand il sera à son travail où il est nourrit. Ce ne sont que ce qu'il reste en cuisine que les clients n'ont pas consommés.

    Après quelques minutes, Kizuë fini de se remplir l'estomac pour se concentrer exclusivement sur l'affaire. Il s’essuie la bouche et s'avachit sur le dossier de la chaise, repu.

    - Merci pour le repas. J'aurais d'autres questions si cela ne vous dérange pas, j'aimerais la description du docteur et aussi de la maladie. Il faut que je fasse un rapport compl-

    Il entend soudainement des bruits de pas pointant en leur direction ce qui le coupe dans sa phrase. Il regarde la porte, éveille ses sens de démon et ne bouge pas d'un pouce. Les pas se rapproche de plus en plus d'eux et Kizuë se lève doucement et sans faire de bruit.

    - Des survivant ? Chuchote-t-il..

    L'homme muet demande à sa fille de se cacher alors que cette fois-ci on entend même les voix des personnes assez distinctement. Le père est devant la porte, guettant avec un air inquiet.

    - Ce sont des bandits.... Monsieur le Guardian, vous allez aider papa ?

    Effectivement, se sont ceux de l'autre fois. Je pensais que Sorath leur avait réglé leur compte ? C'est bizarre, alors qu'avait-il fait après avoir déposé les deux autres ? Il est pourtant revenu fatigué et avec du sang qui n'était pas le sien.

    - Oui ne t'en fais pas, je n'ai pas utiliser de magie pour le moment si jamais je venais à tomber sur ce genre de cas...

    Kizuë ferme la porte derrière-lui et se place au côté du père de la petite. Il est sans arme et sa fatigue le met dans une mauvaise posture que les cinq autres vont surement utiliser à leur avantages. Les cinq hommes ne parle plus il se mouve assez maladroitement et leur regards sont comme plongés dans le vide. Bizarrement il y a eu une sorte de décalage... Je ne serais pas l'expliquer mais c'est comme si à un moment, ils parlaient les lèvres fermées.  Ils se sont bien équipés, prêt à se venger. Sauf que la principal source de leur ennuis ne se trouve pas ici. Ce qui, à mon avis, ne les empêcheront pas de passer leur nerds sur Kzuë et son compagnon. D'ailleurs le démon devrait peut-être se transformer en démon, non ?

    << Il serait tentant de faire surgir mon démon enfermé en moi mais... J'ai peur qu'il tue même les deux innocents. Se serait trop risqué de compter sur lui. Il faut me débrouiller par moi-même. J'ai un pouvoir bien pratique, je vais alors équilibrer un peu les choses... >>

    Le demi-démon invoque une succube de type assassin. Elle apparaît alors avec deux grands poignards prête à combattre. Elle a des cheveux rouge sang, tout comme ses yeux avec des pupilles en fente et une tenue d'assassin noir comme une nuit sans Lune. Bien sûr cela reste très osée comme tenue mais cela se voit qu'elle ne rigole pas avec ses cornes aussi noir que ses ailes et sa queue de démone. D'autant plus qu'elle a des muscles et avec ses longs crocs, mieux vaut ne pas la mettre en colère. Mais Kizuë se n'arrête pas là, il en invoque une autre. Il l'appelle la "Bitch maudite". ( Il les appelle tous "Bitch" ) Elle sort quand le petit perfide s'avance. Elle apparaît sous sa victime qui est immobilisé et le tue avant de faire disparaître son corps avec elle. On ne l'a voit qu'une minute et elle ressemblait à une sorte d'hybride entre une sirène et un démon à cause de sa peau bleu. Ses cheveux sont bleu eux aussi mais ses yeux son entièrement noir. Généralement, ses longs cheveux cachent assez son corps nue mais non sa cruauté. Elle a disparut et les quatre autres hommes se sont arrêtés subitement. Ils ne regardent pas où est passé leur boss, c'est comme s'ils attendaient un ordre.

    Ils reprennent ensuite leur marche puis deux fonce droit vers Kizuë, l'un tente de bloquer l'assassine et un autre porte une attaque frontal à l'égare du père de la petite.

    HRPG : Sur 90pm j'ai dépensé 25pm pour l'assassine et 30pm pour la maudite ce qui nous fait un total de 90pm - 55pm = 35pm !
     
    HRPG 2 : Tu as sans doute remarqué que les cinq individus se comportaient bizarrement, grâce aux indices que j'ai laissé tu peux trouver ce qu'il cloque ( ton personnage peut le savoir aussi ^^ ) et comme indice supplémentaire je t'invite à lire ça . Si tu penses avoir trouvé tu peux vérifier là :
    Spoiler:
    Les cinq hommes sont en faite "revenu à la vie" grâce à la nécromancie diriger par quelqu'un qui a besoin d'un angle de vu parfait pour manipuler ses petits pantins. ( Qui n'ont pas de conscience, se sont un peu comme des zombies. ) Et les voix c'est tout simplement la personne qui les imitaient grâce encore une fois à un pouvoir, c'était pour signaler à Elyas et Kizuë leur arriver ( pas n'importe qui, EUX en particulier. ) pour qu'ils sortent de la maison car il ou elle ne peut pas voir à l'intérieur des maisons. Pour savoir qui est cette personne se sera au fil de l'histoire !
    sinon relire le rp. ^^
    Guardian
    avatar
    Messages : 79
    Date d'inscription : 07/02/2015
    Age : 24
    Localisation : Une maison dans la forêt de Nacrym.

    Caractéristiques
    Mana:
    0/500  (0/500)
    Métier: Herboriste-EXPERT
    Niveau:
    5/720  (5/720)
    Je constate non sans surprise les capacités de notre invité, car sans nul doute s'est bien lui qui à fait apparaitre les deux entités démoniaques.
    La femme étrange en tenue provocante couleur encre de chine... Succube, je crois que c'est un succube, ces démones de la luxure mortelles, elle est d'une beauté sauvage qui me fait battre le cœur, mais à cela se joins une crainte de m'approcher de cette chose... Surement un sentiment primitif associé à celui de l'esprit de la forêt qui répugne toute choses venu des mondes infernaux.

    Je vois une autre femme surgir sous l'ancien meneur des bandits pour le tuer et... Disparaitre avec son cadavre, elle avait été très rapide, mais elle ressemblait à ce que père Ekodas nommait "sirène" de mythique créature des océans... Sauf que celle-ci respirait la mort et le sang.
    La démonstration de force de mon invité finis pour l'instant, je revient à moi pour faire le point...
    Les quatre hommes n'ont eu aucune réaction, pas de jurons, pas un regard vers leurs ancien employeurs, pas un souffle... Un souffle... Ils ... Par la forêt, ils ne respirent pas ! Ils sont immobiles pas le moindre signe de respiration!

    J'en appel à l'esprit de la forêt qui peut percevoir toute chose vivante sur son sol... Je lui demande si elle voit nos ennemis, mais la forêt emets de la surprise, de l'incrédulité puis de la ... Peur ? Elle me transmet des informations, acquises en plusieurs siècles d'écoute.
    Mort-vivant ? Je ne connais pas ces créatures... Comment ? Nécromancien ?... Non cela ne se peut !
    Les nécromanciens, des êtres qui ramènent les morts d'outre monde, qui utilise les esprits et les cadavres comme larbins, des ennemis de la vie dans toutes leurs perversions !

    J'ai peur, mais je dois défendre Maya et soutenir le guardian, je réfléchit au plus vite et élève le "mur" autour de mon esprit.

    Père Ekodas m'a appris à élevé le mur autour de mon esprit pour réussir à réfléchir avec logique, rationalité et calme en maintenant les vagues scélérates des émotions et des pensées parasite éloigné de l'esprit par le "mur".
    Je visualise le mur et en un instant me voilà redevenu calme et analyse la situation catastrophique.

    C'est choses sont déjà mortes, on ne peut les tuer à nouveau, il faut donc les détruire, les neutraliser.
    La peur, la douleur... Aucune utilité. Je dois les démembrer ou... Oui ! Les réduire en cendres!
    La forêt n'aime pas mon idée, elle n'aime pas du tout le feu mais c'est le seu lmoyen!
    Je me retourne et vois la charrette pleine de matériel que nous étions en train de récupérer... Je m'élance vers elle et tire une torche que j'allume en l frottant à une pierre à feu avant de la coincer dans ma bouche et de saisir un tonnelet d'eau-de-vie du vieux Cenn Bui et de faire un tour sur moi meme pour donner de la force à mon lancer et de lâcher le tonnelet vers le groupes de ranimé, le récipient éclate en morceaux de bois éventré et fait gicler partout de l'alcool qui éclabousse les jambes des crétures.

    Je frappe du poing sur la charrette pour les faires regardé vers moi et lance la torche qui atterrit après un arc de cercle parfait dans les airs dans la flaque d'alcool avant de s'enflammer dans un rugissement.

    Je vois les flammes dévorer et ronger les vêtements des pauvres bougres ramenés du sommeil éternel, flétrir les chairs et noircir leurs os... La vu est répugnante, angoissante devant ces choses qui ne cris pas alors que leurs corps se consumme... Mais alors que deux tombe à genoux et sont dévorer par le feu vorace, un se dirige vers le guardian et celui à la lance vient vers moi encore e nflamme.

    Je dégaine mon épée d'acier dans un sifflement de fourreau et m'élance vers lui, je n'ai d'yeux que pour mon adversaire, je sent la chair bruler et la terre battu à mes narines, les secousses de mes pieds qui frappent le sol à chaque pas.
    Alors que j'arrive à porter de lance je fait un rouler bouler en avant, je sens presque la pointe de lance effleurer mon manteau. Je vois le genou gauche à découvert et d'un geste vif je le tranche sans difficulté étant donné que les flammes l'ont déjà bien affaiblis, puis je me releve dans le dos de mon ennemis et avant qu'il ne trouve un moyen de se retourner alors que le voilà genoux à terre, je leve mon épée et tranche son bras gauche, puis le droit dans un grognement, je suis obligé de mettre de puissant coups, les flammes n'étant pas arrivé à ce niveau mais la décomposition aidant j'y parvient malgré tout.

    Je vois le sang de ma victime qui a taché ma chemise et mon manteau, il est noirâtre et grumeleux, presque coaguler... Je reprends mon souffle et regarde où en est mo nallié, espérant qu'i là vaincu son adversaire....

    Un instant... Oh non ! La fosse commune!!!

    Neutre
    avatar
    Messages : 98
    Date d'inscription : 01/10/2014
    Localisation : Dans un bar, travail

    Caractéristiques
    Mana:
    90/500  (90/500)
    Métier: Serveur/espion
    Niveau:
    5/720  (5/720)
    Kizuë ordonne à la succube assassine de tous les tuer et alors qu'elle allait répondre à son ordre par une succession de meurtres sanglant quelqu'un intervient avant elle. L'homme, qui avant avait peur est tout à coup serein, comme si tout lui paraissait limpide d'un seul coup. C'est alors qu'il balance sa torche et fait danser deux des agresseurs sous un rythme enflammé. Les deux hommes chavirent et sont très vite plus que des corps en flammes. Le troisième brûle lentement, les flammes ne l'on pas assez prisent. Et sous la musique de feu il attaque le compatriote du démon. Ils entament un combat où c'est le mère de famille qui gagne après plusieurs manoeuvres.

    << Je n'ai jamais vu ça... Il a beau avoir un seul bras, il est pourtant assez agile pour abattre la quasi totalité de nos agresseurs. D'où tire-t-il une telle force ? Je le vois à ses yeux, il est déterminé, calme... C'était peut-être un guerrier avant ? >>

    Pendant ce temps la succube a tué le quatrième gars, Kizuë reste en arrière comme à son habitude. Il préfère invoquer ses Bitch pour qu'elles se battent à sa place, ne sachant pas lui-même pas se battre. Sous sa forme humaine il se considère comme impuissant face à toute menace. L'homme le regarde, il peut facilement deviner que la succube a fait le travail demandé. Cependant, elle semble aux aguets, fixant en la direction du charnier. On peut distinguer des mains qui s'accrochent au sol. Puis bientôt, quelques cadavres qui ont repris vies s'échappent de la fosse.

    - Merde... Il faut tout brûler ! Toi, va tuer ceux qui dépassent et nous... Il regarde son compagnon de combat. On va devoir foutre le feu.

    La succube obéie et cours vers les morts-vivants, les poignards en mains. Kizuë prend une bouteille d'alcool dans la maison puis revient en fermant la porte puis prend la veste du cadavre, y met le feu. Il cour ensuite vers la fosse. Soudain le nécromancien sort de sa cachette et barre la route au demi-démon. Il est armé d'une fine lame mais pourtant bien longue et d'un sourire malsain qui veut tout dire. Habillé de noir tel un briguant, il attaque Kizuë qui n'a rien pour se défendre. Enfin rien... Il peut toujours se transformer en démon. Il aura sans difficulté le nécromancien sous cette forme. Oh mais c'est vrai, j'oubliais, il ne veut pas de peur de tuer son acolyte et sa fille. Il décide d'invoquer une nouvelle Bitch. Une simple cette fois-ci mais alors qu'il allait l'invoquer. Il sent une baisse de régime dû à son manque de sommeil et donc d'énergie. Il lâche le manteau qui allait lui brûler la main puis recule doucement. Il jette la bouteille sur son adversaire qui l'évite en rigolant.

    - Il va falloir faire mieux que ça invocateur. Ah, au fait, c'est à cause de moi cette épidémie. Pour piller un village, j'ai simplement amener des moustique de là d'où je viens. Comme quoi on a pas forcément à ce salir les mains ni employer des abrutis. Enfin, sauf s'il reste des survivants ! Vous ferez mieux d'abandonner, ce n'est pas un humain au bord de la mort, un autre avec un bras en moins et une petite fille qui va me tuer. Même ta succube est bien trop occupé pour vous venir en aide. Allons, implorez ma pitié à votre égare et notre mort ne sera pas douloureuse !

    Il rit de plus belle. Kizuë tente de se calmer, même s'il tremble comme une feuille. Il est en effet très affaiblit. Il tien à peine debout. Cependant il ne veut toujours pas que sa part démoniaque vienne alors qu'elle sent le danger.
    Guardian
    avatar
    Messages : 79
    Date d'inscription : 07/02/2015
    Age : 24
    Localisation : Une maison dans la forêt de Nacrym.

    Caractéristiques
    Mana:
    0/500  (0/500)
    Métier: Herboriste-EXPERT
    Niveau:
    5/720  (5/720)
    Lorsque je retrouvais mon allié et son invocation, celle ci me fixait avec un regard déplaisant mais dans mon état de concentration je pouvais soutenir se regards étrange en cruauté et charme sans parler de ses courbes dignes des plus belles danseuses des îles.
    Je suivis le guardian quand il se mit en route avec un morceau de manteau enflammé... Moi, je saisis plutôt un nouveau tonnelet d'eau-de-vie en trottant avant de rejoindre le demi-démon qui avait envoyé son invocation occuper les cadavres qui tentaient de s'extraire de la fosse en poussant râle et gémissement lugubre, les mains décomposer étant pour le moment les seules parties visibles des horreurs sous terre.

    Hélas... Je ne pus arriver à temps à la fosse, mon allié était visiblement pétrifié par la présence de la silhouette noire devant elle qui nous révélait avec une voix désagréablement satisfaite être la cause de l'épidémie.
    Mon pauvre allié tenta de lancer une bouteille sur l'inconnu qui esquiva avec arrogance, et nous somma de nous rendre, pour avoir une mort moins douloureuse.

    Je posais lentement le tonnelet à mes pieds avant de dégainer ma lame à nouveau. Les vagues de colère se fracassait sur le "mur" dans mon esprit, de la haine et des envies de sang tentait de briser ce mur en apprenant les révélations de l'inconnu...
    Je rassemblais ma volonté pour renforcer le "mur" et garder mon état second qui me conférait un avantage dans l'analyse de la situation.

    Je sentais la force de l'esprit de colère et de guerre de la forêt pousser sur mon esprit, je ne pouvais pas vaincre l'homme en face, mais une fois l'esprit aux commandes ma perception des amis et des ennemis changera et mon compagnon risque d'être une cible au même titre que l'homme en face. Je choisis de laisser mon esprit s'ouvrir à l'esprit sylvestre... Je sentis toute sa colère déferler lorsque je laissai les portes du "mur" s'ouvrir, mais je gardais un petit espace de clarté pour pouvoir resurgir dès l'inconnu éliminé... Car l'esprit de la forêt allait le tuer, elle ne faisait pas de prisonnier ;

    Ma vision se troublait, une teinte de vert et de rouge la teintant légèrement, les sons me provenaient comme lointain.
    Je sentis mon moignon s'agiter avec violence et mon regard s'y posa, à temps pour voir une sorte de bras de bois et de végétaux remplacer celui que j'avais perdu. La douleur atroce semblait lointaine ce qui me permettait de supporter celle-ci.

    Depuis les bois des cris étranges et des hurlements de colère résonnaient... Et je sentis mon corps s'élancer vers l'homme en noire épée aux clairs.
    Les premiers coups de taille et d'estoc furent facilement esquivés par l'inconnu, et l'esprit de colère sylvestre s'adapta immédiatement forçant l'homme à parer avec sa propre lame au risque de voir l'acier de mon épée mordre sa chair.
    Je vis en même temps que l'esprit en moi la main de l'inconnu se charger du étrange énergie et l'esprit sylvestre agis de la manière suivantes... Mon nouveau bras temporaire frappa avec la force d'un troll l'inconnu pour l'envoyer rouler un peu plus loin sur la terre battue.
    Je savais que mes yeux devaient avoir viré au noir et que lorsque je me penchai en avant un cri strident émana de mon bras végétal avec une fureur digne d'un dragon en colère.



    Neutre
    avatar
    Messages : 98
    Date d'inscription : 01/10/2014
    Localisation : Dans un bar, travail

    Caractéristiques
    Mana:
    90/500  (90/500)
    Métier: Serveur/espion
    Niveau:
    5/720  (5/720)
    Alors que Kizuë reste planté là ne pas savoir quoi faire le brave père de famille semble avoir la situation bien en main. Je ne pensais pas qu'il aurait des pouvoirs. On dirait plutôt une sorte de don à utiliser en cas d'urgence. Comme si les gardiens de cet endroit lui octroyait de la magie pour défendre le territoire. La nature peut vraiment se servir d'un humain pour cela ? Il est vrai qu'après tout on vient tous de là. La nature lui donne alors un drôle de droit. L'épée à la main, il va pour attaquer avec fureur l'ennemi qui prend Kizuë au dépourvu. Il se concentre et comme moyen de vaincre, la nature lui prête un bras temporaire, l'homme ne réfléchit plus de lui-même, une sorte d'esprit sylvestre avec un esprit bien supérieur au sien semble prendre possession de celui-ci.

    Le demi-démon ressent un peu comme une sorte de malaise, la nature semble presque le repousser. Mais comme il est en ce moment complètement humain il est alors que toléré. Il peut berner des gens en ce faisant passer pour un simple humain mais les gardiens de la forêt ne sont pas dupes !

    Il laisse son compatriote humain se charger du nécromancien pour se concentrer sur la fosse. Il reprend la veste en se brûlant au passage la main. Il court jusqu'à l'objectif puis y verse l'alcool et la veste. La succube envoie valser les morts-vivants sur le feu et bientôt le feu prend dans toute la fosse. Elle revient près de son maître, attendant les prochains ordres. Kizuë lui dit qu'il n'a plus besoin d'elle pour le moment et la remercie. La succube reste toujours aussi étonnée quand elle reçoit un "merci" de la part de son maître. Elle disparaît sans dire un mot. Kizuë tourne sa tête vers le combat qui se présente, essayant de savoir comment il pourrait l'aider. Cependant, il vient de se rappeler que sa main est à moitié cramer. Il étouffe un gémissement, lui qui ne sait jamais brûler jusqu'au troisième degrés il souffre surement. Quel plaie ce démon ! Bon il vient de faire disparaître les chances du nécro' de s'échapper mais tout de même. Se brûler autant c'est stupide, il aurait certainement pu faire autrement. Surtout qu'il ne sait pas se soigner, s'il était blessé c'était Lucifer qui le guérissait. Hum... Mauvais exemple, généralement c'est à cause de ce démon que Kizuë avait des ^coups de griffes, des bleues et des morsures.

    Le démon voit une sorte de brèche à la défense du sorcier. Il est derrière lui et ne semble pas faire gaffe à lui justement. Mais que pourrait-il faire ? Il n'a pas d'arme, il est trop épuisé pour invoquer plus longtemps une de ses Bitchs, il n'a rien pour prendre le feu et le jeter sur lui... Forcé d'admettre qu'il n'est plus d'aucune utilité il laisse faire l'humain qui domine le combat.
    Guardian
    avatar
    Messages : 79
    Date d'inscription : 07/02/2015
    Age : 24
    Localisation : Une maison dans la forêt de Nacrym.

    Caractéristiques
    Mana:
    0/500  (0/500)
    Métier: Herboriste-EXPERT
    Niveau:
    5/720  (5/720)
    Je suis un spectateur de mon propre corps, ma vue n'était plus qu'un voile de rouge et de vert sur une succession confuse et rapide d'image d'un duel sans merci qui mettait la forêt à rude épreuve tout comme mon propre corps malgré l'aide du symbiote végétal.

    Le nécromancien était une fine lame et usait de magie autant qu'il le pouvait pour me repousser pour reprendre son souffle. Les lames s'entrechoquaient, sifflaient l'une contre l'autre avec des geysers d'étincelle avec la rapidité de coup de tonnerre. Les lames mordaient parfois la chair laissant des taches écarlate sur les tuniques des deux duellistes.
    J'avais barré le torse du nécroman d'un coup de taille qui manquait de peu de le fendre en deux, mais peu après il réussit à entailler ma hanche avant que ma main végétal ne le frappe et l'étourdisse, mais il attrapa ma nouvelle main dans la sienne et une magie sombre faillis faire mourir les végétaux qui composait mon nouveau membre.
    Le nécromancien n'avait plus de cadavres grâce à mon allié, la forêt le sentait et lui aussi, j'étais néanmoins le seul à lui faire encore obstacle et il le savait... Il tenta le tout pour le tout et chargé en laissant une énergie noire habiter sa main droite dans la ferme intention de me faire retourner près de mon créateur.
    Le temps fut comme ralenti pour nous, je pense, mon corps envoya ma lame à la rencontre de la hanche gauche de mon ennemi alors que celui-ci empoignait mon membre végétal qui mourut à vu d'œil, il n'avait pas prévu que je ne reculerais pas pour éviter cela.
    Les végétaux même mourant s'entourèrent autours du bras du nécroman qui commença à paniquer ne para que maladroitement ma lame de ma main droite, mais... Je déjouais sa parade en le désarmant, la lame tranchant ses doigts dans un sifflement et une giclure écarlate et avant que son cri ne quitte sa bouche, la lame s'enfonça dans là sa hanche gauche et remonta jusqu'à son cœur.
    Une expression de surprise passa sur son visage, la vie le quittait peu à peu alors que son sang coulait le long de ma lame... Je le relâchais alors que mon membre végétal se détachait, il chancela en faisant quelques pas en arrière en me regardant... Une voix émana de mon moignon qui avait maintenant étendu sa surface jusqu'à mon épaule.

    "Ton corps nourrira les graines de mes descendant..." Dit-elle comme lointaine avant de s'évanouir.

    Le nécroman tomba en arrière dans un bruit sourd et la forêt se retirais de mon esprit et de mon corps me lançant à nouveau maître de moi même malgré mon intense fatigue et souffrance de mon entaille.
    Maya courus vers moi et commençais déjà à nettoyer la plaie en retenant ses larmes de peurs et de soulagement.
    Je lui souriais tendrement en caressant sa tête en hochant la tête vers le guardian en signe de remerciement.
    Neutre
    avatar
    Messages : 98
    Date d'inscription : 01/10/2014
    Localisation : Dans un bar, travail

    Caractéristiques
    Mana:
    90/500  (90/500)
    Métier: Serveur/espion
    Niveau:
    5/720  (5/720)
    Kizuë suit de près le combat, quand l'un semble avoir le dessus l'autre ne tarde pas à vite rattraper son retard. Le duel est serré entre le nécromancien et l'humain. Kizuë est très nul en combat, que se soit au corps à corps ou le contraire ! De plus, il se met toujours dans le pétrin dans ce genre de situation. Quel raté... Et dire que ça va devoir remporter une victoire un jour ! Il va avoir de la chance à tout les coups. Mais là il faudrait, pour qu'il gagne un jour un combat, un miracle. A ce niveau, ça relève largement d'un miracle.

    L'humain fini par gagner. Les forces de la nature ont encore une fois démontré qu'il ne faut pas les chatouiller. Maya revient soigner son père bien aimé avec le cœur battant encore avec une grande allure. Le petit démon les rejoint en se retenant de couiner de douleur. La brulure lui fait un mal de chien. Tous ces évènements l'avait épuisé plus qu'il ne les, il tremblote, n'ayant visiblement pas du tout bien. Cependant, quelque chose lui taraude l'esprit, de quoi l'animer encore un instant avant qu'il s'écroule.

    - C-ce docteur... Heum... Sorath c'est ça ? A quoi ressemble-t-il ? Où puis-je le trouver ? Il me faut lui parler de ce qu'il s'est passé...

    On s'approche doucement de la fin on dirait. A moins qu'il ne lui échappe encore une fois ? Cela fait des années qu'inconsciemment il le cherche. A partir d'un souvenir il peut le reconnaître mais un souvenir trop vague. Il se dit qu'il le reconnaitra quand il l'aura vu. Il doit retrouver cet homme, sans le savoir, c'est là qu'il cour vers son destin jusqu'à l'attente où un autre courra vers lui, vers son destin à lui. Les choses doivent être comme ça, c'est dans cet ordre que cela fonctionne et doit toujours fonctionner.

    - Il faut que je sache avant de... Avant de...

    Kizuë titube lourdement vers eux, plissant des yeux car il voit certainement flou. Il tente de respirer calmement par le nez et la bouche, des larmes coulent le long de ses joues pâles. Je pense qu'il veut dire " avant de succomber ". Je crois qu'en prime il est tomber malade. Kizuë tombe soudainement de fatigue. Le guardian semble vraiment ne pas bien aller.
    Guardian
    avatar
    Messages : 79
    Date d'inscription : 07/02/2015
    Age : 24
    Localisation : Une maison dans la forêt de Nacrym.

    Caractéristiques
    Mana:
    0/500  (0/500)
    Métier: Herboriste-EXPERT
    Niveau:
    5/720  (5/720)
    Nous faisions peine à voir le guardian et moi, tout deux épuisé, bien trop épuisé... Le pauvre métis en tombait près de moi et Maya, je souffrais encore de mes blessures, mais j'indiquais à ma fille en quelques signes que je tiendrais encore le temps qu'il faudrait, elle fit les gros yeux, exaspérée par mon entêtement, mais quand je lui demandais de préparer un lit propre dans la maison la plus proche et d'amener ma trousse d'ingrédient dans la même maison.
    J'attrapais le jeune guardian par le bras et le mit sur mon épaule en grognant sous l'effort demandé, mais j'arrivais à le trainer plus que le porter réellement jusqu'au lit dans la maison que Maya préparait.

    C'était une petite cahute, un toit de chaume aux poutres de bois brut apparentes, des murs couverts de crépis, une étagère de bois pleine de babioles diverses sans intérêt et dans un coin sous une fenêtre un bureau spartiate de bois de bonne facture, mais sans ornement superflus.

    "Le guardian va mourir papa ?" Demandais Maya en me regardant avec une voix triste.

    Je lui offrais un sourire fatigué, mais rassurant fis non de la tête en posant délicatement ma main sur son épaule.
    J'ouvrais ma sacoche et en sortis un pilon, de l'eau et un broc en étain avant de déployer quatre ingrédients végétaux aux propriétés semblables, mais qui donnaient un taux de toxicité presque létale.
    Aloès du loup, pétale de mythre blanc, chélidoine et bryone étaient quatre plantes presque mortel mélangé ensemble, mais dont on pouvait contrer la toxicité par des langues-bleu-draconique, une plante bleu aux pétales rugueuse.
    Je pilais les herbes avec de l'eau donnant un cataplasme vert pâteux et humide, me voilà qui détache le haut de ma chemise et en applique sur mon torse au niveau du cœur puis encore un peu faible, je fit de même sur le torse du guardian.
    Maya restais près de moi en me tenant la main avec force en se blottissant à moi... Le mélange avait deux effets, un regain d'énergie vitale tout juste suffisant pour empêcher un homme de passé de vie à trépas, mais qui pouvait entraîner un emballement incontrôlable du cœur et tuer le malade, sauf avec des langue-bleu-draconique qui donnait une chance modéré de contrer l'effet toxique.

    Je sentis le guardian bouger un peu après quelques instant, moi-même j'endurais la montée de fièvres fulgurante et la sensation de froid mordant dans tout mon corps pendant plusieurs minutes en grelottant avant que cela ne cesse et que je me sente légèrement plus en forme pour me relever lentement et nettoyer avec un chiffon et de l'eau les restes de cataplasme sur mon torse et réajuster mes vêtements.
    Neutre
    avatar
    Messages : 98
    Date d'inscription : 01/10/2014
    Localisation : Dans un bar, travail

    Caractéristiques
    Mana:
    90/500  (90/500)
    Métier: Serveur/espion
    Niveau:
    5/720  (5/720)
    Le père de la petite prend le demi-démon sous son aile pour le guérir malgré sa fatigue et sûrement, sa fièvre. Kizuë bouge un peu, toujours dans les vapes. Il le soigne en tentant un remède permettant de le revitaliser et quelque chose pour éviter l'emballement de son cœur. La main de Kizuë est brûlé et saigne avec les craquelures qu'elle engendre en bougeant. Il est en piteux état ce boulet, il ne sera probablement pas rétablit avant au moins trois jours. Il faut aussi soigner son bras et sa main. Bref, du boulot pour cet homme qui a en plus une enfant à charge.

    << Hum...? Où suis-je ? Dans la chambre de Lucifer ? C'est bien son lit, ma vision est assez déformé, que m'arrive-t-il ? Son grand miroir est là, je peux me voir dedans. Mais je suis nu ! Tien ? Je ne suis pas enchaîné. Par peur que je m'enfuis, Lucifer a pour habitude de m'attacher par au moins l'un de mes membres. Mais là ce n'est pas le cas. Je peux sortir de cette chambre luxueuse, avec ce grand lit à deux places, ces oreilles de tailles et de formes différentes, ces draps colorés. A  chaque côté du lit, toujours une commode finement orné. Au pied du lit, un grand tapis parsemé de détails. Sur quelques les dalles blanches, en or plaqué, un "L" comme Lucifer.

    Je me lève du lit, mettant un petit drap rouge autour de la taille comportant de petites paillettes d'or. Je me dirige vers la porte, ne voyant que du noir. Seul la chambre est éclairée avec des bougies, l'autre pièce est noir. Je prend une chandelle, m'avançant vers cette porte. Je la traverse sans problème. Je sens sous mes pieds la froideur des dalles, un frisson parcours mon corps qui a à présent la chair de poule. J'avance, rien ne semble me heurter, rien sur le sol pas même un tapis pour me réchauffer les pieds. La pièce semble vide, je me demande même s'il y a des murs. Je me retourne, je ne vois plus la chambre spacieuse et rassurante par ses bougies. Soudain, je sens du liquide sous mes pas. J'approche ma bougie pour voir ce que c'est. Du sang ! J'en fait tomber la chandelle. La flamme s'éteint et je suis plongé dans le noir.
    >>

    Kizuë se réveille de son mauvais rêve en sursaut, son cœur semble vouloir quitter sa poitrine. Il respire rapidement, il tremble de froid puis se rendort.

    << Où suis-je ? Dans la chambre de Lucifer ! Encore ! Il faut que je vois à qui appartient le san parterre. Je me lève du lit douillet, remet se morceau d'étole rouge puis reprend la chandelle. Oh ! Elle n'est plus là ! Je me tourne vers la chambre pour voir s'il n'y en a pas une autre puis je vois des trace de pas ensanglantés parterre ! Hum... Mais ! Se sont les miennes ! Que se passe-t-il ? Je... Je ne veut plus passer cette porte. Je vais au font de mon lit et j'attend d'être réveillé. Ce n'est qu'un mauvais rêve. Voilà, dans ce lit confortable avec comme draps de la soie, je peux simplement attendre ici. Oh non... J'entend des bruits de pas provenant de derrière la porte. Mince, elle est ouverte ! Je vais vite la refermer. Arg ! L'homme au cheveux gris et long avec un œil bandé ! Il est juste devant la porte ! Miséricorde ! >>

    Kizuë se réveil en sursaut une nouvelle fois, tout transpirant. Il aperçoit Maya le regardant avant de se rendormir.

    << Où suis-je ? Encore dans le lit de Lucifer ! Oh ! La main de Lucifer ! Elle est posé sur la mienne. Lucifer... Je me tourne vers lui et le voit me sourire avec douceur. Il me prend dans ses bras calmement pour me rassurer. Ses bras chauds et sa peau douce me manquait. Comme c'est confortable d'être à nouveau à ses côtés. En m'enlaçant il me mordille l'oreille. Je sais que trop bien ce qu'il veut quand il est comme ça.

    - T-tu n'es pas... Je soupire. J'aurai tant voulu que tu vives... J'aimerai te revoir... Tu me manque tant Luce...

    Ce doux rêve m'offre alors du bon temps avec lui, nous nous enlaçons, comme deux êtres qui ne forme plus qu'un. Il me sourit alors que je le pleur malgré le plaisir qu'il me procure. Une fois nos "retrouvailles" fini, il m'offrit un doux baiser plein de passion et s'allonge à côté de moi.

    - Tu vas mieux ? Me dit-il.

    - Je t'aime Luce... J'aimerai ne jamais me réveiller pour être à jamais avec toi.

    - Il va falloir que tu y ailles Kizu, il faut que tu sois fort. Tu seras bientôt à nouveau à mes côtés, dans un sommeil éternel. Fait ce dernier effort pour moi. Il faut que tu y ailles maintenant.

    - Je te vengerais de ces Guardians, pour sûr.

    Je me lève du lit avec peine, laissant mon illusion là où elle est. Je prend une chandelle puis sort de la pièce en refermant derrière-moi. J'avance tout droit dans les ténèbres jusqu'à ne plus savoir à quel distance je me trouve de la porte. Je sens à nouveau du sang sous mes pas. J'oriente la lumière vers le bas puis voit soudainement les jambes de quelqu'un. Je me rapproche pour voir qui c'est. Il a été tué d'un coup de dague dans le cœur et... Hiiiiii... ! Mais c'est moi ! Lucifer, Lucifer ! Merde, j'ai lâché une nouvelle fois la chandelle ! La flamme n'est plus, comment retrouver mon chemin ? Luci... Aïe ! Hein ? Je me suis heurté à la porte ? Mais elle ne devrait pas être si près. Je l'ouvre !
    >>

    - Luce, c'est terrible je me suis vu m... ! Hein ?

    Et bien, quel cauchemar. On l'a entendu gindre pendant trois jours ! Il parlait pendant son sommeil. Le voilà bien réveillé et sûrement en pleine forme. Il a les yeux tout rond en regardant Elyas et Maya dans la maison.

    - Oups... Euh... P-pardon...

    Le Guardian se fait tout petit, très gêné par ce qu'il vient de ce produire.
    Guardian
    avatar
    Messages : 79
    Date d'inscription : 07/02/2015
    Age : 24
    Localisation : Une maison dans la forêt de Nacrym.

    Caractéristiques
    Mana:
    0/500  (0/500)
    Métier: Herboriste-EXPERT
    Niveau:
    5/720  (5/720)
    Trois jours, trois jours que le guardian délirait dans son sommeil, trois jours que j'errais entre sommeil et éveil douloureux.
    Un matin, je me réveillais en rajustant mes vêtements, j'avais le teint pâle et des cernes horribles sous les yeux, même Maya semblait au bord de la mort.
    Le demi-démon se réveilla peu après nous en nous observant, sans que Maya ni moi ne puissions lui répondre, je vérifiais son état, il semblais aller mieux, sa respiration était plus régulière, son teint plus rassurant.

    Je reculais d'un pas et montrais au guardian Maya qui était affalé sur un fauteuil et mes cernes avec un sourire timide. Je me penchais pour reprendre mon havresac contenant mes potions et ingrédients avant de réveiller lentement ma pauvre petite Maya qui gémit en ouvrant ses petits yeux.
    "On rentre à la forêt papa ?" Me demandait-elle tristement avec une voix faible.
    Je fis oui de la tête en caressant ses cheveux châtains en la relevant et lui montrant notre charrette à l'extérieur de la maison. Avant de suivre maya, je posais un papier avec un mot indiquant comment nous retrouver si besoin. Je saluais de la tête le guardian en lui montrant le sac de vivre sur la table et les vêtements avant de sortir de la maison.

    La journée était fraiche, le ciel bleu dégagé et le soleil froid. Je n'entendais pas âme qui vivent dans tout le village, il état temps pour moi et Maya de retourner au sein de Nacrym pour nous y ressourcer et régénéré nos forces.
    Je fis monter Maya dans la charrette et commençais à tirer nos trouvailles jusqu'à notre foyer.
    Le vent fit murmurer les arbres le long des sentiers menant à notre chez nous, comme si la forêt nous souhaitait un bon retour parmi elle.
    Neutre
    avatar
    Messages : 98
    Date d'inscription : 01/10/2014
    Localisation : Dans un bar, travail

    Caractéristiques
    Mana:
    90/500  (90/500)
    Métier: Serveur/espion
    Niveau:
    5/720  (5/720)
    Une fois l'état de Kizuë vérifié, l'homme revient vers sa fille qui lui demande si à présent ils peuvent repartir das la forêt. Un simple hochement de la tête suffit à la petite qu'il va falloir qu'ils partent. Le démon regarde l'infirme mais courageux homme au pouvoir étrange écrire sur un bout de papier. Les cheveux cendrés de Kizuë lui tombe sur son visage, son air penaud est ainsi à moitié dévoilé. En se remémorant ses rêves étranges, il ne se rend alors pas compte que ses compagnons avaient claqué la porte. Le démon bondit du lit puis lit le message. Il le met dans sa poche, prend ses affaires et le reste de nourriture. Il se dépêche de réunir le tout dans son sac avant de partir de la maisonnette.

    Il les voit au loin, main dans la main en direction de la forêt. Il cour à toute allure pour les rattraper. Que veut-il leur dire ? Qu'a-t-il dont rêvé ?

    - Attendez ! Crie-t-il en courant.

    Il fini par les rattraper bien vite, il ralentit jusqu'à marcher.

    - Excusez-moi de vous embêtez encore... Et heu oui, merci pour vos soins. Herm... J'aimerai savoir où je pourrais trouver ce médecin, Sorath, car il me faudrait des réponses et il pourrait m'éclairer afin que je puisse terminer ma mission. Et, j'aimerai savoir s'il vous plait, à quoi cet homme ressemble. C'-c'est pour m-mon rapport.

    Le demi-humain regarde simultanément les deux personnes, attendant la réponse de la bouche de l'enfant. Il se doute bien que l'homme est muet, sa fille est une bien chouette béquille. Malgré la force que dégage à l'aide de la nature, nul doute que cet humain puisse aisément survivre sans une interprète. Elle doit être d'ailleurs sa source de vie, celle qui le motive à vivre malgré ses contraintes, celle qui doit éclairer son chemin dans un sourire rayonnant. Elle est l'incarnation de ce qu'il doit protéger et ce qui le protège. Kizuë, lui, n'a plus personne. Allant de plus en plus vers des chemins obscures, s'engouffrant dans le puit noir et ses esprits pesants ou comme seul fond la mort. Pierre par pierre, traçant son chemin avec ses pas lourds, jusqu'à disparaître. Les petits monstres effacent les liens qu'il tisse jusqu'à être oublié des mémoires.

    Je pense qu'au fond de lui, Kizuë est jaloux, bien envieux de cette relation père et fille qu'il n'a, en plus, jamais eu. Il aimerait bien un jour ne plus marcher seul jusqu'à sa mort. Heureusement pour nos deux compères, il n'est pas un démon de la jalousie mais de la gourmandise. De plus, ce n'est qu'un demi-démon, sinon il y aurait plus de mort à son actif. D'ailleurs les démons de la gourmandise son traqués et tués avant qu'ils ne assent trop de morts. Hors, il est démon à "mi-temps" donc il n'a pas de risque ou peu qu'il soit traqué.

    Ils entrent dans la forêt, marchant en discutant. La nature semble un peu changeante, plus forte, et en même temps curieuse. Comme si elle regarde le demi-démon et ses compagnons. Elle n'oppresse personne, Nacrym ne semble pas savoir si la présence de Kizuë est une mauvaise chose ou pas. Par contre elle semble beaucoup apprécier la présence de l'homme ainsi que sa fille. Je me demande si le père en question ressent les sentiments de cette étrange forêt où il s'est passé mille et une chose bien mystérieuses.
    Guardian
    avatar
    Messages : 79
    Date d'inscription : 07/02/2015
    Age : 24
    Localisation : Une maison dans la forêt de Nacrym.

    Caractéristiques
    Mana:
    0/500  (0/500)
    Métier: Herboriste-EXPERT
    Niveau:
    5/720  (5/720)
    J'entends le guardian arriver dans notre dos, il n'est guère discret, ses pas son lourd, en plus il ne cesse de nous interpeller... J'avais envie de retrouver un peu la solitude, mais il semble que les choses ne ce passe pas comme je le voulais.

    Je m'arrête et me tourne vers notre ami qui arrive à grand pas en nous expliquant pourquoi il était revenu vers nous. Maya, c'est enrouler le bras dans le ruban rouge qui pend de ma ceinture en attendant de savoir quoi faire.

    La forêt, elle ne prend plus le demi-démon comme un ennemi ou un nuisible, elle semble curieuse, les feuillages murmurent des questions que seuls les arbres peuvent comprendre. Je regarde les fameux habitant d'écorce de la sylve en attendant de savoir si je dois passer un message en particulier, mais cela ne vient pas alors je prends les devants.
    Je fais de rapides signes de main à Maya pour qu'elle interprète mes gestes en paroles.

    "Papa dit que vous ne devriez pas trop restez ici, il ne peut assurer votre sécurité contre la forêt elle-même... Il n'aime pas Sorath, papa dit que c'est un mercenaire plus qu'un vrai médecin. Il a de longs cheveux blancs et porte des tenues assez raffinées... Il est pâle aussi, papa ne se souvient pas trop non plus... Vous devez partir monsieur, même vous amoureuses étranges ne peuvent vous défendre ici..." Lui répond la jeune fille avec une voix calme et un peu de curiosité sur toutes ses questions.

    Moi, je me contente de m'avancer en tendant la main au guardian, ce n'est pas tous les jours que les membres de leur ordre viennent par ici, mais j'ai besoin de repos, seul avec Maya. Le guardian à de bien trop intense "démon" intérieur contre lesquels lutté pour que je puisse garder un semblant de paix dans ma zone d'influence...
    Neutre
    avatar
    Messages : 98
    Date d'inscription : 01/10/2014
    Localisation : Dans un bar, travail

    Caractéristiques
    Mana:
    90/500  (90/500)
    Métier: Serveur/espion
    Niveau:
    5/720  (5/720)
    L’homme fait des signes de manière rapide à la petite pour ensuite qu’elle puisse faire la traduction à Kizuë. Sans savoir qu’il cherche l’homme contre qui il doit se battre, le démon essaie de se montrer patient. La petite lui fait donc la traduction et il écoute la jeune fille avec intérêt. La forêt a encore des forces pour acceuillir qui elle souhaite ? Elle est pourtant bien silencieuse quand Sorath y pénètre. Pourtant il a quelque chose que la forêt rejette, quelque chose de démoniaque. De plus, il a en lui le fruit d’une très ancienne profécie. Va-t-elle se réaliser ?

    La fillette décrit Sorath brièvement, elle lui dit leur relations qui me fais bien rire. Ah les humains... Tous des ingrats ! Personne ne pouvait savoir que ce gars allait buter tous le monde, de plus il a sauvé deux fois la petite, une fois le grand et comme ils n’avaent plus rien, il les a conduit dans un hotel et leur a donné des sous.

    - Mes amoureuses ? Oh euh non ! Je suis invocateur mais je he sais invoquer que ees succudes...

    Il repense à Sorath et la description qu’elle lui a faite. Il se dit que cela pourrait correspondre.

    il faut que je le retrouve, j’ai un tas de questiobs à lui poser. Pas que sur l’affaire, aussi quand on s’est vu la première fois. Il est médecin alors ? Si c’est bien lui, pourquoi aurais-je de l’annimausité ? Tant de questions... Il est dans mes rêves... J’en peut plus, il faut le trouver !

    - Merci pour tout, j’espère un jour vous rendre la pareil.

    Il lui serre la main puis regarde devant lui.

    - portez-vous bien.

    Kizuë prend le chemain pour aller à Cassandre, il pense surement qu’il est là-bas. Il quitte les deux compères, toujoues dans la forêt qui reconnait sa présence comme étant similaire à Sorath. Il se demande comment il va aborder le personnage qui, d’après l’homme est un mercenaire. Il ne sais pas bien ce qu’il voulait dire par-là mais malgré ça il doit aller à sa rencontre. C’est avec hâte qu’il quitte bientôt la forêt, à la recherche de réponses.
    Guardian
    Contenu sponsorisé

      La date/heure actuelle est Ven 20 Oct - 4:16