Alcool: de la luxure en bouteille. Ci beau tout ça. [SHIROI DE N'AMOUR] ( -16 ans )

    Partagez
    avatar
    Messages : 98
    Date d'inscription : 01/10/2014
    Localisation : Dans un bar, travail

    Caractéristiques
    Mana:
    90/500  (90/500)
    Métier: Serveur/espion
    Niveau:
    5/720  (5/720)
    Cette histoire vient à la base d'n autre forum, sur un autre univers qui sera reprit ici. Si vous voulez suivre cette histoire, vous pouvez vous taper tous ça :
    Spoiler:
    Eïon Nassel : Shiroi me faisait penser à un petit rongeur agressif et hargneux, mais qui tentait de se cacher tant bien que mal aux yeux des vigiles de la petite boutique. Pourquoi ? J'avais arrêté de chercher la logique des réactions et actions de ce gars depuis le moment où je l'avais embrassé. Cet instant restera à jamais gravé dans ma mémoire. C'était loin de mes principes de charmeur et coureur de jupons tellement hétéro que ça empestait la femme à des lieux à la ronde après mon passage. Mais bon, c'était, je crois, pour la bonne cause.
    Je ramenais chez moi le seul gars de Terrae qui avait semblé si près de me tuer que j'en avais frémis, je ramenais chez moi le seul gars de toute ma vie que j'avais embrassé et on était près à se saouler. Vous imaginez donc deux mecs pas bien dans leur tête, près à se bourrer la gueule, à ne plus être sûrs de leurs actions et SEULS ?
    Brrr.

    Nous étions donc rentrés, moi, un petit sac à la main avec quelques clopes en plus, briquets et bouteilles histoire d'être certain de finir la soirée la tête dans le cul et bien défoncé aux mélanges d'alcool pas sûrs et possiblement mortels.
    J'attrapais la clé au fond de ma poche, silencieux, Shiroi toujours derrière moi et je poussais la porte pour pénétrer dans ma fameuse demeure. Je fus assez surpris de la voire propre. Jusqu'à ce que je me souvienne l'avoir arrangée pour une possible venue féminine à la maison. Mais ce soir, je ramenais de l'alcool et un pote de cuite. C'est pas plus mal.

    -Bienvenue dans mon antre cher monsieur, fis-je avec un sourire à mon invité.

    Je posais le sac sur la table du salon.

    -Installe toi, fais comme chez toi, mets tes pieds sur la table, enlève ton fut', fais comme tu veux, je vais chercher des verres et d'autres bouteilles.

    Je rentrais donc dans la cuisine, sortit des placards des bouteilles de toute sorte, de quoi grignoter et attrapais deux verres avec le peu de mains me restant.
    Je reposais le tout sur ma table basse et me jetais sur le canapé, en face de Shiroi. Je souris à nouveau et désignais l'étalage d'alcools en face de nous.

    -Tu n'as que l'embarras du choix... Et moi aussi...

    Réponse de Shiroi Jigoku : Une fois les petites courses faites, on rentre directement chez lui. Il en a beaucoup de l'alcool chez lui ? J'aimerais bien oublier pendant un temps que je suis sans pouvoir... Oui, se serait bien. Demain, j'échafaudais un plan pour les retrouver. Enfin, c'est incorrecte de dire que j'ai "perdu mes pouvoirs" je les ai seulement plus à ma disposition. Ils sont encore en moi mais indisponible à cause d'un saleté de seau fait par la "grande" Hideko accompagné de son renard de Sasuke.
    Enfin, on entre dans la demeure d'Eïon, maison que je n'aurais jamais et que je n'ai jamais eu malgré mon rang. C'est plutôt pal mal comme baraque, je rentre dans le salon et regarde un peu partout. Il m'a dit de faire comme chez moi, ça veut dire quoi exactement ? Il y avait une expression allemande pour dire ça "machs dir gemütlich!" traduit aussi pour signifier " met-toi à l'aise". Je me met donc "à l'aise" sur un coin de son canapé près de la table-basse. Je suppose que l'on va picoler ici ?
    Eïon est un type tellement louche, pourquoi m'inviter à boire chez lui, seul en tête à tête avec pour seul excuse essayer de me contrôler pour pas effrayer la population ? La bonne blague, je ne sais pas ce qu'il me veut mais j'aimerais le découvrir pour avoir un coup d'avance sur lui. Il croit m'avoir avec quelques bouteilles ? Il revient avec un tas d'alcools qu'il dispose nonchalamment sur la table-basse.

    -Tu n'as que l'embarras du choix... Et moi aussi...

    Il s'affale littéralement sur le canapé d'en face, toujours avec son sourire aux lèvres. On ne va pas juste boire comme ça ? Je connais un jeu que m'a apprit un allemand, on s'amusait beaucoup à cet époque avec l'alcool, on a pourrit une baraque entière une fois tellement que l'on était défoncé. Je me redresse, posant mes bras sur mes genoux, au plus près de mon verre.

    - Tu connais le jeu " je n'ai jamais " ? C'est simple, on dit ça avec une phrase qui correspond à ton vécu, bien sur c'est un mensonge donc tu dois boire cul-sec un verre de ce que tu veux comme alcool vu que l'on a le choix.

    J'ouvre une bonne bouteille de bière et en verse dans mon verre. On va commencer doucement, hein ? On ne sait jamais je pourrais apprendre des choses sur lui. Je jouerais aussi le jeu, vu que je peux dire ce que je veux je dévoilerais simplement ce que je veux dévoiler.

    - Tien, je commence. Je n'ai jamais été kidnappé par les scientifiques. J'avale aussitôt tout le contenu de mon verre.

    Réponse d'Eïon : Il regarde les bouteilles, avec la tête de quelqu'un qui réfléchit. Intrigué, je hausse un sourcil. On n'aurait pas du tout dit qu'il réfléchissait à ce qu'il allais boire... C'était une réflexion plus... Plus je sais pas en fait. J'attrapais mon verre en attendant et le remplit de whisky.

    Alors que je pensait commencer à le vider, Shiroi se mit à parler et je me ravissais.

    - Tu connais le jeu " je n'ai jamais " ? C'est simple, on dit ça avec une phrase qui correspond à ton vécu, bien sur c'est un mensonge donc tu dois boire cul-sec un verre de ce que tu veux comme alcool vu que l'on a le choix.

    Il versa de la bière dans son verre et reprit, sur le même ton, que je voyais comme tout à fait indéfinissable.  

    - Tien, je commence. Je n'ai jamais été kidnappé par les scientifiques.

    Je le regardais un moment ensuite, réfléchissant à la fois à ce qu'il venait de dire, mais aussi à ce que j'allais dire. Il avait donc été prit par les scientifiques ? Il commençait fort pour des révélations à un inconnu. Quoi que je me doutais bien qu'il avait quelque chose avec ces blouses blanches.

    -À mon tour. Je n'ai jamais tué personne.

    J'avalais cul-sec.

    Réponse Shiroi : Finalement il se prend au jeu, en même temps j'ai dit une phrase assez intéressante non ? Assez pour attirer sa curiosité. Pourquoi ce jeu en particulier ? C'est comme ça avec les allemands que l'on faisait pour ce connaitre. C'est une façon plutôt simple. On a beau dire que ce n'est pas avec le passé de la personne qu'on apprend à la connaître mais c'est totalement faux sauf pour un cas. Si la personne décide de tout recommencer et qu'elle est prête à tout pour réussir. C'est tout. Les gestes de notre passé reflète ce que l'on ai, c'est ce que je pense.

    - Je n'ai jamais mit les pieds en Allemagne.

    J'avale cul-sec un deuxième verre avant de m'installer un peu plus confortablement. Pour en revenir sur les gestes de notre passé, cette pensé fait peur au gens. Ils ont forcément honte d'un ou plusieurs fait dans leur vie et donc pour se rassurer il préfère dire que notre passé ne définie pas ce que l'on ai vraiment.
    Concernant le jeu en lui-même on peut apprendre ce que les autres veulent bien que tu apprennes. Je peux préciser par exemple et dire : " Je n'ai jamais mit les pieds en Allemagne pour faire une mission. " Ce qui est intéressent de noter car Eïon n'a pas non plus précisé ce qu'il a tué. Une femme ? Un homme ? Un enfant ? Il a juste insinuer avoir tuer "quelqu'un". Mais il y a dans ce jeu une deuxième chose intéressante importante à noter : "alcool". Elle permet de nous faire dire les choses que l'on ne souhaite pas révéler. Mais on est dans le cas-là pas le seul à dire des choses censé rester secrètes pour nous. Donc, en réalité, la véritable difficulté de ce jeu n'est pas " faire attention à ce que l'on dit exactement " mais surtout " ne pas être le premier bourré pour se souvenir d'informations intéressantes

    Rép Eïon : - Je n'ai jamais mit les pieds en Allemagne.

    Je me demande à quoi ça peut me servir ça. Je hausse discrètement les épaules, pour moi-même. Peut-être que si après tout. Il suffira d'écouter sa prochaine phrase, peut-être y aura t-il un lien. Sinon je aurais juste que Shiroi est allé chez les nazis une fois dans sa vie.
    Je me penchais et attrapais une bouteille, remplissant mon verre au bord. J'observais un moment le liquide près à déborder, tout en réfléchissant à me prochaine phrase. Quelque chose d'intéressant, qui serait facile à prouver et qui, de toutes façons, était tout aussi intéressant que mon premier suppositoire...

    -Je n'ai jamais touché à la drogue.

    Je souris de mon ingéniosité et avalais d'un trait le contenu de mon verre. En vérité, j'ai touché à la drogue plus d'une fois. Pour les affaires d'Adam. Mais contrairement à lui et à ces demoiselles qui l'entourait, je n'ai jamais sniffé ou piqué quoi que ce soit. De ce côté j'ai toujours réussit à rester clean. Même quand je faisais le gigolo, je gardais un certain degrés d'honneur. Je suis fier de moi, il va pouvoir se poser de belles questions le Shiroi.

    Rép Shiroi : Tien ? Alors il a déjà prit de la drogue ? J'y ai renoncé à ce choix, je préfère avoir les idées claires et y toucher ne ferait qu'empirer les choses dans mes esprit. Mais lui, il a prit de la drogue. Hum... Je me demande si "toucher" veut dire la même chose que "prendre" ? Il faut bien choisir ses mots. Mais je ne pense pas qu'il sache faire ça. Après toute la scène qu'il m'a fait plus tôt, ce surnom qu'il m'a donné "Shi-san"... Les deux me surprend en fait. Soit il a déjà pris de la drogue soit il joue avec les mots. Je pencherais pour la première solution mais je ne peux pas dire que j'ai raison.
    A mon tour, il faut quelque chose de plus "croustillant" à donner à mon "adversaire" si je veux quelque chose d'équivalent.

    - Ma vie n'a jamais tourné autour des scientifiques.

    A partir de là, il pouvait deviner que je ne parlerais que de ça puisque j'ai toujours vécu chez eux. Enfin... Pas toujours mais je n'en ai aucun souvenir, ma vie d'avant, quand j'étais haut comme trois pommes. Se serait dire un mensonge de dire que je n'ai jamais vu mes parents, je ne l'est ai pas connu, j'aurais dû dire ça, je le dirais peut-être plus tard... En attendant je bois cul-sec. L'alcool, je n'aime pas vraiment ça. La première fois que j'ai touché à une bouteille je me suis réveillé dans le lit de mon maître avec lui et une prostitué, tout les deux à côté de moi. Je ne me suis jamais souvenu de ce que l'on avait fait mais c'est sûr que l'on n'a pas fait de partie de scrabble à trois ! C'était aussi ma première fois, ce fût hard, certes. Je ne veux plus jamais retenter l'expérience, heureusement, nous sommes deux et j'espère ne pas faire trop de bêtise bourré avec Eïon.

    Rép Eïon : -Ma vie n'a jamais tourné autour des scientifiques.

    Je réfléchis un instant. Il avait précisé "sa vie". Donc, cela signifiait depuis toujours. Du moins, je le pensais ainsi puisque moi, j'aurais certainement tourné la phrase de façon à faire croire que j'étais un bon Master. Mais en plus de cela, lui n'avait pas arrêté d'y faire allusion depuis que je l'avais rencontré. Je soupirais. Ce jeu était étrangement stressant.

    Je remplis une énième fois mon verre, de vodka.

    -Je n'ai jamais détesté les scientifiques.

    Je bus cul-sec, comme lui. Ma tête commençait doucement à tourner. Finalement, je me mis à cogiter sur le pourquoi de mon "amour" pour les scientifiques...

    -Au fond c'est vrai, pourquoi on les déteste ? La plupart des gens ici ne les ont jamais rencontrés, fis-je en remplissant mon verre à nouveau.

    Je regardais Shiroi un instant.

    -Tu dois avoir plu de raisons que moi de les haïr.

    Rép Shiroi : Hum... Il a jamais quoi ? Ah oui, les scientifiques... Je ne pensais pas que je tournerais aussi vite. J'en veux encore... J'en reprend un verre sans rien dire, attendant qu'il finisse sa phrase. Pourquoi on les haït ? Attend mon pote... Comment lui montrer que ce sont tous des connards ? Je tapote le coussin à côté de moi pour qu'il vienne ici puis prend son verre et le mien pour le remplir.

    - Je n'en ai jamais vu... De près ou de moins heu non, loin ! Même de très très très près !

    J'ai mentit... Oh bon ben j'en reprendrais bien un cul-sec ! Et hop ! Je n'arrive plus à réfléchir... J'ai trop abusé ? Mais naaaaaaaaaaaaaan ça va ! Eïon doit être torché lui aussi... Je le suis largement moins que lui !

    -Eh ! Eïon, j'ai jamais eu envie de te tuer... Non, vraiment pas !

    J'en reprend un autre puis regarde mon t-shirt. Ah ouai... J'peux lui montrer mes cicatrices ! Ouai comme ça il verra à quel point c'est des connards ! Et hop ! J'enlève mon t-shirt !

    - Eh regarde... Tout ça là, cicatrices ne sont pas dû aux scientifiques mec !

    Je les pointes du doigt puis je prend mon verre... Oups... J'ai reversé mon verre sur moi... Partout sur mon corps, je ne suis pas doué... Vraiment pas quoi...

    Il semble tout d'un coup bien ivre. Il tape maladroitement à côté de lui et je me lève -un peu sans équilibre- pour aller m'affaler comme un éléphant à côté de mon pote de soirée. Il me prend le verre des mains et le remplit, en même temps que le sien avant de prendre la parole. Sa voix est exactement celle de quelqu'un de torché. Avec la même façon de monter et descendre... Comme sur des montagnes-russes...

    - Je n'en ai jamais vu... De près ou de moins heu non, loin ! Même de très très très près !

    Je plisse les yeux et le fixe en pointant mon oeil du doigt.

    -Tout près comme ça...

    Il avale son verre d'un trait. Je le regarde faire, presque inquiet de son état sur le moment. Mais il semble plus bavard et même si il annonce de façon inversée qu'il avait eu envie de me tuer, je ne peux pas m'empêcher de rire. De bon coeur. Tout en avalant plusieurs gorgées de mon breuvage alcoolisé.
    Puis, après avoir pris un énième verre, il retire son t-shirt. Hop. Comme ça. Euké ? STRIP-TEASEEEEEEE TIMEEEEE. J'ai presque envie de faire une blague stupide, mais mes yeux glissent sur ses cicatrices. Je frissonne légèrement. Ça en fait beaucoup...

    -Eh regarde... Tout ça là, cicatrices ne sont pas dû aux scientifiques mec !

    -Oooooh...

    Dans la seconde qui suit, il se retrouve trempé d'alcool. Je me lève et vais récupérer une serviette en dandinant dans tous les sens. Je m'affale ensuite à nouveau près de lui et le frotte sans prévenir.

    -Faut prévenir des tâches !
    Ou alors juste lire le petit résumée de la situation de départ : Shiroi, qui était blessé après une mission "de sauvetage" est forcé d'aller à l'infirmerie ( de l'institut qui l'avait prit en charge et d'où il est censé devenir prof pour les élèves ayant les même pouvoirs que lui ) à cause des blessures qu'il a subit. Il se voit prit pour cible d'Eïon, lui aussi à l'infirmerie. La rencontre fût bien mouvementé et suite à plusieurs interactions loin d'être de tout repos, Eïon propose à Shiroi de passer chez lui pour boire. Ils vont donc chez lui et entament un petit jeu autour de plusieurs bouteilles. " Parole de Shiroi : - Tu connais le jeu " je n'ai jamais " ? C'est simple, on dit ça avec une phrase qui correspond à ton vécu, bien sur c'est un mensonge donc tu dois boire cul-sec un verre de ce que tu veux comme alcool vu que l'on a le choix. " C'est là qu'ils commence à se saouler et que leur relation commence à partir en sucettes...  

    Donc, suite de l'histoire au moment où l'on s'était arrêté. Ils sont encore dans l'autre monde mais ne vont pas tarder à basculer dans le monde étrange de Mirada Castle !


    Hum... Je sens mes mouvement tellement lent. On dirait que le monde tourne en ralentit. Non, je pense enfin de compte que c'est moi qui tourne au ralentit. Que fait déjà Eïon affalé là ? Il a été rapide. Une serviette ? Il me sèche ? Ah oui, on dirait bien qui passe une serviette sur mon torse. Hum ? Je viens de capter ce qu'il vient de me dire. Ces cicatrices ? Pas toutes à cause des scientifiques ? Qu'est-ce qu'il en sait ? Je lui prend la main dont il se serre pour m'essuyer, prenant un air le plus sérieux possible.

    - Tous ça... Toutes mes cicatrices visibles... C'est dû aux scientifiques et particulièrement à l'un d'eux ! Mais... Il y en a qui sont dû... Quand j'ai été à Londres... Heu non oups...

    Je reprend un verre que je bois cul-sec, m'ayant trompé. Cela compte bien pour un mensonge non ?

    - En Allemagne !

    Je le fixe dans les yeux, m'approchant de lui et de son visage.

    - Merci.

    Je lui lâche la main et m'affale confortablement sur son canapé. Il est cool ce canapé, bien adapté à l'affalement. Il doit bien feignanter sur le canapé. C'est cool.

    - Ah qui déjà ? Euh... Moi je pense. Hum... Je n'ai jamais mal fini après avoir joué à ce jeu.

    J'en re-bois une en une seul gorgé puis je fixe Eïon dans les yeux, prend un verre que je remplit d'alcool puis me rapproche de lui avec le verre avec un air menaçant.

    - Tu voulais me surveiller, que je ne terrorise pas la population n'est-ce pas ? Est-ce que ça t'inclus avec ? Penses-tu pouvoir faire mieux pour me contrôler que la directrice ?

    Je perds vite mon enchaînement puis je perds l'équilibre sur Eïon, ayant renversé le verre sur son pantalon. Hum... Je ne sais plus où je voulais en venir. Il est confortable Eïon. Si je me laissais sur lui comme ça ? Hum... C'est vrai que j'ai la grande cicatrice du dos très imposante et il va rester scotché dessus. T'en mieux, comme ça il ne me virera pas tout de suite.

    - A toi. Dis-je en restant la tête contre le bas de son ventre tout en le fixant.
    Guardian
    avatar
    Messages : 23
    Date d'inscription : 01/03/2015
    Localisation : Cassandre

    Caractéristiques
    Mana:
    90/500  (90/500)
    Métier: Rôdeuse (Apprentie)
    Niveau:
    5/720  (5/720)


    C'fou ce que l'alcool peut rapidement monter à la tête de certains.
    Alors que je suis encore plutôt conscient, Shiroi semble perdu dans les méandres de la vodka ingurgitée avec peu de pauses entre chaque verres.
    J'ai beau essayer de le sécher de la manière la plus hétérosexuelle possible, je ne peux pas m'empêcher de penser "bordel de merde, c'est foutument gay tout ça". J'crois que j'ai jamais aussi bien calculé une situation.

    - Tous ça... Toutes mes cicatrices visibles... C'est dû aux scientifiques et particulièrement à l'un d'eux ! Mais... Il y en a qui sont dû... Quand j'ai été à Londres... Heu non oups...

    Il boit cul-sec, à nouveau et lâche un "En Allemagne" sonore. J'hésite entre le fou rire et l'incompréhension. Mais à vrai dire, j'apprécie qu'il dise tout ça. J'en sais à présent un peu plus sur un des cas les plus intéressant de tout ce bahut.

    Shiroi s'approche de mon visage. Mon radar à connerie ne s'allume pas ? Ah ? Ah non. Il s'est déjà re-affalé sur le canap' en mode plus grosse loque que moi. Enfin, pour le moment. J'ai déjà été plus loque que ça. J'crois. Me souviens plus.

    Je me ressers, par envie. Et je bois. Cul-sec, en écoutant du mieux que je peux le nouveau "je n'ai jamais" de Shiroi. Il est de plus en plus délirant. C'rigolo. Je vais peut être me laisser aller au trip plus vite au final. Ça va être très fun.
    Le fun se souligne quand Shiroi prend son air vilain, menaçant, grognons et tente de me gronder de manière tout à fait marrante étant donné qu'il tient à peine en équilibre sur ses guibolles.

    Équilibre foireux prouvé par combo: alcool sur pantalon, tête de Shiroi sur CEINTURE. Je hausse intérieurement les épaules et tapote la tête du Master partit en bad-trip.

    - A toi.

    Son regard me fait sourire. Jusqu'à ce que mon regard aperçoive la marque dans son dos. Je frisonne. Énorme et certainement liée à une horrible histoire. Que jveux pas entendre. Pardon, mais là, on doit s'marrer putain.

    - Je n'ai jamais....

    Je me sers à nouveau et je bois entièrement ce verre avant d'en remplir un autre et de fixer Shiroi dans le plus profond de ses yeux.

    - Je n'ai jamais eu de mec dans mon lit.

    Je bois lentement, mais d'un trait. FALSE STORY. Je me suis retrouvé au moins une ou deux fois avec des potes en caleçons dans mon lit. Et moi par terre. Ou dans le canapé du salon. DONC C'EST VRAI ET DOUBLE-SENSÉ INUTILEMENT. COMBO.

    -Your turn, lady.
    Guardian
    avatar
    Messages : 98
    Date d'inscription : 01/10/2014
    Localisation : Dans un bar, travail

    Caractéristiques
    Mana:
    90/500  (90/500)
    Métier: Serveur/espion
    Niveau:
    5/720  (5/720)
    Son prochain " je n'ai jamais " me laisse perplexe et me fait réfléchir sur la situation actuel. Si je résume bien, il veut me coller au cul pour que je ne terrorise plus la population de cet stupide institut. Il m'invite donc à boire chez lui jusqu'à ce que l'abus s'installe avec nous sur le canap'. Canapé dont je suis à moitié à poil en lui confiant une partie de mon vécu. Plus, entre me nettoyer le torse et me tripoter le visage... Euh... Quel était l'objet d'une telle analyse à un moment aussi critique de mon état qui, s'empire entre chaque verre ? Bordel, il vient de me dire qu'il a déjà couché avec un mec ou j'ai rêvé ?

    - Dans le même lit qu'un autre homme... C'est...

    Je réfléchis, ça me demande une très grande réflexion et mon cerveau marche lentement. Il faut donc qu'il patiente. Il patiente. On ne peut pas compter ma première fois car j'étais complètement déchiré à une fête de scientifiques ( au jour de l'an plus précisément, à l'époque j'étais un apprenti monstre ) et je me suis réveillé dans le lit de mon "mentor" avec lui et une prostituée... On était nu tous les trois... Je ne me sentais pas bien physiquement... Beurk... Après cela je n'ai fait qu'avec des filles sans vraiment me poser la question si j'aimerai bien le faire avec un homme.

    - C'est très étrange je pense... Je n'ai pas vraiment eu d'expérience en la matière disons...

    Comment on en est venu à ça déjà ? J'en sais fichtre rien ! Rien du tout ! Et pourtant on parle de coucher avec un homme si j'ai bien comprit. Et il a déjà fait ça si j'ai bien tout comprit. Et on est dans son appart'. Et je suis à moitié à poil. et on boit. Et on réfléchit à ce genre de chose. Eïon veut coucher avec moi ? Il voulait faire ça depuis le début ?! Depuis qu'il m'a causé à l'infirmerie il me colle et m'a même donné un surnom. "Shi-san", non mais franchement, il aurait pu dire "Shiroi-Sensei" au moins. Mais... COMMENT ILS FONT TOUS POUR ME TROUVER ATTIRANT AVEC CES PUTAINS DE CICATRICES ?!!!

    - Je n'ai jamais...

    Qu'est-ce que je n'aurais jamais..?

    - Je n'ai jamais trouver le maître de ces lieux louche et pot de colle et pourtant... j'ai accepté d'être là sans connaître ses intentions cachés... Enfin, je pensais qu'après ça tu voudrais m'enfermer ou me torturer l'esprit.

    Esprit méfiant, ô doux esprit méfiant.

    - Tu n'as jamais voulu quoi de moi ?

    Je me relève de son bide pour prendre la bouteille et boire dedans. Je me place ensuite sur lui avec la bouteille à la main, étant à califourchon avec mon air habituel : << fusilleur de regard >>. Je lui tend quasiment la bouteille, le fixant ainsi alors que dans ma tête ça tourne un peu. J'ai peut-être trop forcé ? Trop tard, il va en subir les conséquences...Gloups..! je sens quelque chose d'étrange venant d'entre mes jambes et des siennes...
    Guardian
    avatar
    Messages : 23
    Date d'inscription : 01/03/2015
    Localisation : Cassandre

    Caractéristiques
    Mana:
    90/500  (90/500)
    Métier: Rôdeuse (Apprentie)
    Niveau:
    5/720  (5/720)

    J'ai un moment d'absence, court, mais suffisant pour me faire perdre le sens de la conversation. Ce sont les réflexions de Shiroi, sur le fait d'avoir un homme dans son lit, qui réveillent mon esprit embrumé par l'alcool.

    Par la suite il semble chercher un nouveau "je n'ai jamais" et c'est un sourire amusé au lèvres que je le regarde faire, tout en avalant un nouveau verre. Bientôt l'alcool va manquer. Très bientôt.

    -Je n'ai jamais trouver le maître de ces lieux louche et pot de colle et pourtant... j'ai accepté d'être là sans connaître ses intentions cachés... Enfin, je pensais qu'après ça tu voudrais m'enfermer ou me torturer l'esprit.

    J'éclate immédiatement de rire et me penche vers lui, l'air faussement mauvais.

    -Oui mais la soirée n'est pas terminée. Ahah !

    Puis je me redresse et reprends un air absolument pas sérieux.

    -Tu crois sincèrement que j'ai que ça à faire ? Torturer des gens ? J'ai juste pas trop la flemme de faire chier le monde mais j'ai déjà trop la flemme de signer des papiers donc bon sérieux... Si c'est pas pour taper sur des kassos sérieux, ça sert à que dalle.

    Je fais une pause.

    -Quant à ce que j'ai voulu de toi... Jsais pas, me faire un pote chelou jcrois. J'aime bien les gens pas doués dans les relations humaines comme moi. Ou Dante. Lui aussi c't'un putain de kassos. Comme nous. Enfin jsais pas, t'avoir l'air drôle, donc je t'ai saoulé. Y a pas d'autre raisons. T'AS VU ! JE SUIS UN MASTER TROP SÉRIEUX ! LE DIAMANT DE CET INSTITUT !

    Il s'assied finalement sur moi et me tend la bouteille. Je l'attrape dans ma main, en serrant la sienne, encore autour de la bouteille et bois à même celle-ci. Quelques gorgées.

    -PFOUAH !
    Guardian
    avatar
    Messages : 98
    Date d'inscription : 01/10/2014
    Localisation : Dans un bar, travail

    Caractéristiques
    Mana:
    90/500  (90/500)
    Métier: Serveur/espion
    Niveau:
    5/720  (5/720)
    Eïon éclate de rire ce qui me fait immédiatement réagir face à ma remarque. Ce n’est pas possible d’avoir autant l’esprit embrumé ! C’est quoi ce sourire mauvais qu’il me tire ? Et c’est quoi cette réplique ? On dirait qu’il essaye de se donner un genre gangster rasta je ne sais quoi. Et puis d’abord, ça veut dire quoi « kassos » ? C’est du verlan ? L’initial de quelque chose ? Il est beau le master comme ça tien ! Encore un petit master chéri de la directrice ? Non, je ne crois pas, je pense que c’est juste un cas social. Attend… Kassos, cas social… Je crois que je viens de comprendre un truc.

    - Quant à ce que j'ai voulu de toi... Jsais pas, me faire un pote chelou jcrois. J'aime bien les gens pas doués dans les relations humaines comme moi. Ou Dante. Lui aussi c't'un putain de kassos. Comme nous. Enfin jsais pas, t'avoir l'air drôle, donc je t'ai saoulé. Y a pas d'autre raisons. T'AS VU ! JE SUIS UN MASTER TROP SÉRIEUX ! LE DIAMANT DE CET INSTITUT !

    « Un pote chelou », « pas doué dans les relations humaines », « kassos », « type drôle »… C’est comme ça que ce type me voit ?! Je pense que je m’en suis pris pleins la gueule… Il va voir celui-là… ! Il boit la bouteille que je lui file puis il lâche un grand « PFOUAH ! » à la fin de sa gorgé.

    - Il est bien beurré le « diamant de cet institut » ce soir ! On va arrêter pour le jeu, après tout tu as bu sans rien me dire. Tiens,… Gneu… santé !!!

    Je lui remets la bouteille dans sa bouche pour qu’il boive puis je la lui ressors pour en boire un coup aussi. Et c’est ainsi, en versant les trois dernières goûtes de ce breuvage sur son torse que l’on fini la bouteille.

    - Je ne peux pas rentrer dans cet état Eïïïïon… sinon je vais ENCORE effrayer la population comme tu le souligne SI bien ! Il va falloir que je reste ici. Dis-je d’un ton aussi machiavélique que mon sourire. (en fait il a la tête d’un bourré qui essaye de t’expliquer quelque chose) Je crois que je suis moi aussi bien saoule ! Mais même comme ça je ne me laisse… Pas faire !!

    Je pose ma main sur son épaule en rapprochant mon visage du sien pour le fixer. Enfin, le menacer. Je le poke au torse avec mon autre main pour avoir un air plus virile. Je suis un homme bordel !

    - Et crois-moi… Je vais encore… ME DÉFENDRE ! Et oui… Euh non. « Sait pas « vais »… Sinon ça ne veut rien dire… Enfin si mais… J’en étais où moi déjà ? Oooooh oui… ! J’ai l’air encore plus drôle comme ça ? Hum ? Je te rappelle mon grand que je suis AU-DESSUS de toi, et que… hic… Je t’ai déjà…

    Oh ? Je suis tombé sur lui. J’ai la tête à son cou. Je ne le savais pas si confortable, bizarre.

    - Déjà dominé… hic… Oh ! Tu sens bon ! Pouaaah… Tu devrais arrêter de chauffer la maison hein ! Fait trop chaud bordel ! C’est pour te marrer de me mettre dans une fournaise ? Les types eau comme moi, on ne fond pas ! Puis je peux être tout froid regarde ! Et hop ! Je suis un glaçon. Nan mais ne te relève pas j’suis bien là…
    Guardian
    avatar
    Messages : 23
    Date d'inscription : 01/03/2015
    Localisation : Cassandre

    Caractéristiques
    Mana:
    90/500  (90/500)
    Métier: Rôdeuse (Apprentie)
    Niveau:
    5/720  (5/720)



    Jpeux pas m'empêcher de rire. Shiroi est bien plus loin que moi dans l'ivresse. J'avais oublié quel bonheur cela pouvait procurer de voir quelqu'un de bien plus mal en point que soit.
    Si mal en point d'ailleurs qu'après mon pantalon, c'est mon haut qu'il salit. Pour le coup, impossible de ne pas tiquer, je l'aimais bien.

    - Je ne peux pas rentrer dans cet état Eïïïïon… sinon je vais ENCORE effrayer la population comme tu le souligne SI bien ! Il va falloir que je reste ici. Je crois que je suis moi aussi bien saoule ! Mais même comme ça je ne me laisse… Pas faire !!

    Ah?

    - Et crois-moi… Je vais encore… ME DÉFENDRE ! Et oui… Euh non. « Sait pas « vais »… Sinon ça ne veut rien dire… Enfin si mais… J’en étais où moi déjà ? Oooooh oui… ! J’ai l’air encore plus drôle comme ça ? Hum ? Je te rappelle mon grand que je suis AU-DESSUS de toi, et que… hic… Je t’ai déjà…

    Oh. Effrayant, certes.
    Pour le coup, j'éclate d'un rire sonore et totalement amusé, sincèrement. Le pauvre, il n'est plus du tout effrayant ! Moi qui avait craint sa colère sombre quelques heures plus tôt ! Je me retrouvais avec l'équivalent d'un chaton boudeur !
    Je ne peux m'empêcher de le tapoter gentiment sur l'épaule alors qu'il se couche sur moi. Trop kawaii comme on dit ici.

    - Déjà dominé… hic… Oh ! Tu sens bon ! Pouaaah… Tu devrais arrêter de chauffer la maison hein ! Fait trop chaud bordel ! C’est pour te marrer de me mettre dans une fournaise ? Les types eau comme moi, on ne fond pas ! Puis je peux être tout froid regarde ! Et hop ! Je suis un glaçon.

    -C'pas ma faute si je suis feu. M'auto-chauffer, c'bien plus simple et moins coûteux que le chauffage mon gars. Mais bon, c'pas ça qui va nettoyer mon haut. Tsss...

    Je me redresse avec la ferme intention d'ôter ce truc et de le changer.

    -Nan mais ne te relève pas j’suis bien là…

    -M'en fous tête de chaton.

    Et sans brutalité je le repousse et me redresse. Je ressens les quelques effets de l'alcool. Un peu de mal à évaluer les distances surtout. Mais je marche assez sûrement et grimpe vers ma salle de bain.

    -Attends ici, pas bouger Shishi !

    Je veux pas perdre ce vêtement....
    Guardian
    avatar
    Messages : 98
    Date d'inscription : 01/10/2014
    Localisation : Dans un bar, travail

    Caractéristiques
    Mana:
    90/500  (90/500)
    Métier: Serveur/espion
    Niveau:
    5/720  (5/720)
    - Pas bougé Shishi ! Crie Eïon avant de disparaître de ma vue.

    - Ça ne se passera pas comme ça ! Espèce de... de... Gros tas !

    Oh ! Mais ça veut dire que la bouteille est à moi ! Hé hop ! Tout bu ! Hum... Je ne me souvenais pas que la pièce était si grande puis si petite.

    - Eïon ! Arrête de te cacher abruti !

    Il va voir lui, s'il peut me saouler comme ça sans conséquence ! Je vais le faire parler, ça l'apprendra à me dire : "chaton" ou de m'appeler "Shishi". Satané de master feu marionnettiste. Il est peut-être dans la cuisine ? Aïe ! Pas facile de rentrer là-dedans. Hein ? La poubelle me regarde. Elle me cherche ? Tien ! Saleté !

    - Eïooooon... Je vais te faire la peeeeaaauuuu !

    Il est peut-être au chiotte ? C'est où les toilettes ? Bordel, il aurait pu me faire visiter avant de me faire boire. Oh ! Il est là ! Le fourbe ! Dans la salle de bain, comme si c'était la meilleure cachette du monde.

    - Trouvé !

    Je m'approche de lui avec mon "célèbre" et "légendaire" regard de tueur. Je vais l'attraper. Et hop ! On attrape les Eïons sauvage en leur sautant dessus. Oui monsieur !
    Guardian
    Contenu sponsorisé

      La date/heure actuelle est Ven 20 Oct - 4:15