Tu n'est pas la bienvenue démon! [PV: NAOXYS]

    Partagez
    avatar
    Messages : 79
    Date d'inscription : 07/02/2015
    Age : 24
    Localisation : Une maison dans la forêt de Nacrym.

    Caractéristiques
    Mana:
    0/500  (0/500)
    Métier: Herboriste-EXPERT
    Niveau:
    5/720  (5/720)
    Je m'appelle Elyas Dakeyras, je suis un homme privé de sa voix et son bras gauche. Je suis un exilé, venu dans la forêt de Nacrym pour trouver la paix. J'ai trouvé cette paix sous la forme d'une fillette que j'ai adoptée.

    Maintenant, pour défendre la paix dans mon nouveau foyer que m'a accordé la forêt, je traverse les hautes herbes sur les traces de la signature d'une intrus à l'aura noir qui effraie l'esprit de la forêt qui murmure dans mon propre esprit.

    J'ai laissé Maya, ma fille adorer à notre maison, protégée par l'aura de la forêt et quelques petites surprises de mon imagination. Je suis vêtu de bottes de cuirs brunes renforcées qui me montent aux genoux, un pantalon et une tunique blanche me vêtissent, recouvert par un manteau noir à la manche gauche raccourci. Un fourreau de cuir gardant une épée d'acier de bonne facture pend à ma hanche gauche.

    Je traverse ainsi les sous-bois, mes yeux sombres à la recherche de l'intrus qui mécontente la forêt, je prends soin de ne faire aucun bruit, j'évite de marcher sur les brindilles sèche, les feuilles et autre morceau d'écorce qui craqueraient sous mon poids.

    Le soleil est à son zénith, éclairant de tache de lumière le sol à travers la canope, je finis par arriver à une clairière ou les hautes herbes atteignent mes genoux, la nature ici est féroce, plus sauvage, plus agité que dans le sanctuaire que l'esprit de la forêt à érigé autour de ma demeure et de Maya et moi.
    Je vois certains arbres à la périphérie de la clairière frémirent, d'étrange créature passe furtivement avant de disparaitre aussitôt.

    Je reste au centre de la clairière, l'esprit de la forêt sauvage murmure à mon esprit qu'il sent l'intrus arriver, il laisse l'intrus avancer vers moi.
    L'esprit sauvage de la forêt est imprévisible et souvent belliqueux, c'est rare qu'il m'assiste ainsi de son plein gré sans que l'esprit de paix de la forêt ne lui est fait pression.

    Je dégaine mon épée, la lame reflétant le soleil sur le sol alors que je la tiens à hauteurs de mon torse, en position de garde.

    Neutre
    avatar
    Messages : 76
    Date d'inscription : 28/09/2014
    Localisation : Quelque part entre les toits et l'enfer...

    Caractéristiques
    Mana:
    120/500  (120/500)
    Métier: Assassin/novice... Femme de charme/experte
    Niveau:
    5/720  (5/720)
    Cette ville empestait, le sang, les rats, les vagabonds, les relans de poubelles et d'urinoirs... J'ai beau être un démon, jamais je n'étais restée si longtemps à harpenter ces ruelles. Chaque nuit me vendre et gagner des forces, de l'or et du savoir. Mais chaque nuit encore vulgariser mon esprit par quelques grossieretés ouïes au détour d'une auberge, quelques catins, quelques collègues...Qui discutent entre elles...
    Et cette malédiction qui me freine tellement plus maintenant que je suis là-bas ! La nuit est le domaine des démons, et les hommes seuls ne s'y aventurent que dans une intention particulière. Je suis là pour ça...Mais où vont alors toutes mes connaissances ? Mes fables, mes histoires... Qui s'en soucie ? Je ne suis...qu'une femme de petite vertue. Petite vertue...Tout est resumé en deux mots.
    Pour le moment, j'avoue que c'est bénéfique de jouer double jeu, mais parfois pesant aussi.
    Alors, je crois que ces quelques jours de retour aux sources me feront du bien. Toutes les forêts ne valent pas une forêt Satorie gardée par un chat charmant, mais toutes les forêts se valent.
    Je ferais honneur à celle-ci et y laisserait ma marque, au moins pour quelques jours, avant de reprendre cet harassant quotidien citadin. J'ai eu le bonheur infini de courir presque une journée entière dans les prairies, chasser les mulots et les poules d'eau. J'ai presque moins faim qu'avant ! Et le climat est si doux, l'air si léger. Pourquoi ne pas m'abandonner à cela ? Tout cet espace, et cette vie facile et libre, livrée à moi même...
    Parce que j'ai un savoir, des ambitions, un pouvoir et une destinée ! Et parfois, certains sacrifices se valent. J'espère que celui-ci se vaudra. Azäraël pense que je cours à ma perte, mais je lui montrerais, à cette entité incrédule, qu'une petite Satorie aurait bien fait de le remettre à sa place. Je prendrais même les paris contre lui s'il le faut... Quite à vendre mon âme, s'il en reste quelque chose.
    La monnaie a bien peu de valeur dans le monde immatériel. Et je ne peux pas dire que je ne m'en soucie vraiment moi-même... Tant qu'elle n'est pas échangée avec autre chose de consommable pour le corps ou l'esprit ou qui puisse m'habiller.

    J'ai enfin gagné la forêt, qui me semble bien silencieuse. M'y attardant quelques heures, grimpant aux arbres et laissant quelques traces odorantes pour les rongeurs. Je décide ensuite de parcourir un peu de terrain, pour au final emprunter un chemin, qui semble avoir été créé par quelque chose. Quelque chose d'assez grand, passé récemment. Un sanglier peut-être ? Non...l'odeur n'est pas assez prononcée et cela ne sent pas comme le sous-bois...
    Le vent se lève, et je sens frémir les arbres à mon contact. Cette forêt...Est-elle aussi empreinte de magie psychique ? Je ne la sentais pas, trop occupée à brasser mes idées et les sens brouillés par un esprit noir et rural. Mais cela commence à bouger, tout autour de moi...Une grande magie sylvaine opère ici. Restons sur nos gardes Alice... Ce n'est plus la forêt de nos belles années, et elle ne semble pas vraiment nous aimer.
    Songeant au fait que mes réserves de magie sont tout à fait disponible, je prends grossièrement forme humaine en gardant mes attraits félins et clame à la végétation, au dôme d'émeraude lui-même, dans un feulement.

    -Ne me sous-estime pas ! Je ne suis pas la proie ni l'étrangère de ce bois ! Laisse moi me reposer ici, sous ma forme la plus juvénile, grand esprit sylvain, mais ne me condamne pas pour ce que je suis. Je ne suis pas venue détruire, mais bien prospérer, et quelques jours, tout au plus... Ne vois pas en ma présence un défi ou une menace. Laisse moi ma chance...Accepte moi pour autre chose que cette enveloppe...Si toi, tu peux le faire...

    Une perle de mercure sombre coule sur ma joue. Qu'est-ce ? Ah, peste...Alice...je savais que je ne devrais pas commencer à me livrer. Mais si je ne le fais pas au vent, à qui le pourrais-je ? M'asseyant en boule au pied de l'arbre pendant qu'il souffle sur moi ses mises en garde, j'attends l'heure de me remettre en route, en tenue d'Eve, et me conte quelques histoire à moi-même pour retrouver ma vigueur.
    Gust
    avatar
    Messages : 79
    Date d'inscription : 07/02/2015
    Age : 24
    Localisation : Une maison dans la forêt de Nacrym.

    Caractéristiques
    Mana:
    0/500  (0/500)
    Métier: Herboriste-EXPERT
    Niveau:
    5/720  (5/720)
    L'esprit de la forêt me laisse sentir en même temps que lui la créature qui est adossé à l'un des arbres, elle semble... Pleurer?

    Elle a une apparence féline et humaine à la fois, elle est nue et d'une beauté que je ne peux pas nier même si cela ne fait aucune différence, car elle doit rebrousser chemin ou mourir ici.

    La forêt gronde, le sol vibre légèrement sous mes pieds et ceux de notre invité lui faisant comprendre que le chemin s'arrête ici, je suis l'obstacle sur sa route et je commence à avancer vers elle d'un pas lent l'épée en garde...

    Ma magie n'est pas très puissante, mais au besoin, la forêt m'aidera, grâce au symbiote végétal de mon moignon, je pourrais ligoter cette créature et l'achever, ou l'exilé si elle est douée d'intelligence suffisante pour comprendre ce terme.

    Je vois de plus en plus distinctement la fourrure qui recouvre par endroit la créature, ses griffes à chacun de ses doigts ont l'air redoutable ainsi que ceux de ces pattes postérieures.
    Je vois ses crocs qui pourraient m'égorger sans difficulté et constate que je devrais en rester éloigné.
    Elle pourrait aussi m'étrangler avec sa longue queue de chat ou m'immobiliser la main avec, néanmoins, je pense que sa plus grande arme sera toute autre.
    Elle ne semble pas très forte musculairement parlant, elle est même plutot svelte voir maigre, ce n'est aps une créature combattante.
    J'imagine qu'elle mise sur la furtivité, la ruse ou même sur son charme pour attirer ses victimes à elle, il n'est pas question que cela marche sur moi néanmoins... Je ferais selon la volonté de la forêt.
    Neutre
    avatar
    Messages : 76
    Date d'inscription : 28/09/2014
    Localisation : Quelque part entre les toits et l'enfer...

    Caractéristiques
    Mana:
    120/500  (120/500)
    Métier: Assassin/novice... Femme de charme/experte
    Niveau:
    5/720  (5/720)
    La jeune démone arrivait au dénouement, grandiose, d'un récit de piraterie aux péripéties plus magiques les unes que les autres. Alice adorait les épopées en mer...cela lui permettait de s'évader. Alors, Naoxys faisait le vide dans son esprit en se remémorant l'un de ces rares et précieux moments de paux de son existence. Tout cela lui paraissait irréel. Cette forêt vivante telle une seule force, presque une petite entité. Et elle, assise là dans la nostalgie face au passé et l'amertume face au présent. Ce présent, dans lequel elle ne pouvait s'offir qu'une courte trêve, sans perdre de vue ses objectifs. Du moins, si elle voulait seulement espérer progresser rapidement dans son ascension vers le pouvoir. Comment est-ce qu'une jeune Satori, tantôt habile, tantôt charmante, pourrait bien gravir les échelons, si elle desespérait. En équilibre au dessus de ce fleuve aux eaux tumultueuses remplies de poissons, plus ou moins gros et toujours aussi voraces. La ville, et ses occcupants...
    Sa volonté restait infaillible, mais alors, sa force commencait à lui manquer. Cette pause s'imposait.
    Mais hélas semblait-il qu'un être, en plus de la forêt qui déjà la maudissait, était en chemin pour venir la lui gâcher.


    Les feuillages frissonent, et je m'essuie la joue d'un revers de main. J'observe. Du moins, s'il n'y a rien à voir, il y a à sentir, ressentir... Une aura étrange approche, et la végétation semble entrer en vibration, en communication avec elle.
    Sont-ce ces êtres sylvains, ces hermites, dont on dit que la faune et la flore des bois ne leur réserve plus aucun secret ? Est-il sage, doué de raison ? Mais surtout...ami ou ennemi ?
    Peut-être est-ce un mage. Je pousse un petit feulement exaspéré à cette pensée. Mais son aura ne me dira pas tout. Mieux vaut disparaître, et observer l'observateur...d'un peu plus près...

    Son attention vient d'être détournée par le bruissement d'oiseaux migrateurs survolants les branchages au dessus de sa tête. J'en profite pour reprendre forme féline en un éclair et détale pour aller me tapir sous de grosses souches, posées là, sur une couverture de feuilles.
    J'ai subsisté des décennies dans une forêt. Alors j'attends de savoir qui tombera sur l'autre le premier. Et comment celui-ci établira le premier contact...
    Il passe devant ma cache, et je l'aperçois enfin. Plutôt massif, discret...son air rude durcit ses traits et le vieillit. Il n'a pas l'air de vouloir m'inviter à prendre le thé. Quel manque de courtoisie !
    Hm...il lui manque un membre ? Mais de cette absence de bras semble émaner un pouvoir, directement lié à cet endroit, aux...arbres...
    Les poils de mon échine se dressent et je n'esquisse plus un geste, songeant à ses intentions et à la manière dont j'égarerais son esprit.
    Les hermites sont solitaires, et la chair ne les intéresse qu'en de rares occasions. Mais ce ne sont pas les seuls moyens dont je dispose pour communiquer, fort heureusement.
    Espérons alors qu'il sache user de diplomatie...

    Il me cherche à tâtons, fait la girouette... Patientant jusqu'à ce qu'il me tourne le dos, je me hisse sur la souche sans un bruit, puis reprend forme humanoïde. Toujours courtoise et mystique.
    Dans un sourire, et sans attendre qu'il ne songe seulement à se retourner, je prends une voix chaleureuse et sereine.

    -Bien le bonjour mon cher, que cherchez-vous donc dans les bois par une belle journée comme celle-ci ? Puis-je vous aider ?

    Reprenant mon souffle, je déclare alors, dans une courbette théâtrale.

    -Naoxys, grande fabulatrice, pour vous servir !
    Gust
    avatar
    Messages : 79
    Date d'inscription : 07/02/2015
    Age : 24
    Localisation : Une maison dans la forêt de Nacrym.

    Caractéristiques
    Mana:
    0/500  (0/500)
    Métier: Herboriste-EXPERT
    Niveau:
    5/720  (5/720)
    J'avais marché vers la position de l'intrus, avec précautions et comme me l'avais appris père, l'épée au claire et levée pour pouvoir paré le plus rapidement possible.
    La voix de la forêt sauvage, enfin son murmure, était fort mécontent, il n'était guère tolérant voulait le départ ou la mort de la créature de satori.
    Il se chargea de me fournir le savoir que la forêt possédait sur les habitants de ce monde étrange et violent... La forêt était encore en colère pour une ancienne invasion ou les satori avaient brûler une grande partie de la mer de verdure.

    Je continuais de chercher l'intrus avec une boule au ventre, mais je contrôlai la peur, les satori étaient connus pour être de bon combattant et j'espérais ne pas avoir à défier leurs talents martiaux et m'en tirer par intimidation.

    L'esprit calme et doux du sanctuaire forestier murmura alors dans mon esprit, elle me souffla que la satori était emplis de tristesse, que l'herbe qui l'avaient tenu avait goûter à sa fatigue.
    Les deux esprits sylvestre entrèrent dans un débat à la limite de ma conscience et je ne put saisir les paroles qu'ils échangèrent, mais l'esprit doux gagna sur celui sauvage et me demanda d'être clément avec la réfugié, une nouvelle appelation pour l'intrus,

    L'esprit doux sylvestre ne voulait pas faire couler le sang, elle voulait la paix, si l'intrus devait partir, alors lui faire peur pour cela était préférable à sa mort qui laisserait son âme en peine errer parmi les arbres souverains.

    En parlant de la "réfugiée" comme l'appelait l'esprit doux, elle se manifesta soudainement dans mon dos, par réflexe, je fis volte face et l'épée levé contre ma poitrine et pointé vers la réfugiée, j'vais fais plusieurs pas vers elle pour l'attaquer, mais je me suis stoppé, une expression désolé sur le visage et je baissa mon arme en reculant en me souvenant des mots de l'esprit doux sylvestre.

    L'esprit m'avait dit comment communiquer, par mon symbiote, j'émettrais des émotions et des sentiments vers la jeune satori pour être compris.
    C'est ainsi qu'en me concentrant, je laissai aller dans l'air autour de moi mon sentiment mêlé de méfiance et celui de paix avec une pointe de curiosité, c'est très dur de rendre ses émotions intense pour quelles soient capté.

    Je pris mont épée et de la pointe grava dans la terre en guise d'explications.

    "Muet." Et je me désignai.

    De plus près je pus mieux détailler la satori, je l'avais crû hybride mais en réalité pas du tout, ou pas totalement du moins. Elle avait certaines caractéristiques félines mais pas au point d'être hybride, mes talents d’observateurs en prenaient un coup.
    Elle était très belle, c'est un fait indéniable, une force d'attirance presque surnaturelle émanait d'elle. Je cessais de la contempler, je réagissais en vulgaire jeunot de ferme qui voyait pour la première fois une belle dame lors d’une fête de village, j'eus honte de moi. Un jours je trouverais compagne mais pas une démone de satori par les cieux!
    Neutre
    avatar
    Messages : 76
    Date d'inscription : 28/09/2014
    Localisation : Quelque part entre les toits et l'enfer...

    Caractéristiques
    Mana:
    120/500  (120/500)
    Métier: Assassin/novice... Femme de charme/experte
    Niveau:
    5/720  (5/720)
    Alors que le temps était aux songes et aux prises de conscience. Face à cet importun, la jeune féline allait une fois de plus devoir se mettre en scène et rester sur ses gardes. Protégée derrière son sourire malicieux et taquin.

    Il a été surpris, bien sûr, et cela m'ôte un petit sourire satisfait. Puis il semble songeur, longuement, comme en conflit avec lui même, ou avec autre chose...
    Ereintée par cette attente, je m'apprétais déjà à passer mon chemin, jusqu'à ce que de son moignon émanent des...émotions... Je ne comprends pas vraiment  ce qu'il se passe, mais il semble communiquer ses ressentiments ainsi. Il grave alors quelque chose sur le sol. Et je me rapproche alors, sans le quitter des yeux une seule seconde, les pupilles dilatées pour ne pas refléter ma méfiance à son égard.
    Je lis rapidement, et hausse un sourcil avant de regagner une distance plus sécurisante face à lui.
    Muet...bon...voilà qui ne va certainement pas faciliter les choses. Mais c'est toujours plus simple que s'il avait été sourd...
    Mais alors que j'entamais une réflexion acidulée, je sens qu'autre chose émane de lui en cet instant. Une chose, sur laquelle je ne me trompe jamais... Il va en rougissant, ce qui me laisse envisager que c'est bien contre son gré qu'il sécrète une forte quantité de pheromones depuis quelques secondes. Comme c'est amusant... Bon, certes, mon apparence ne laisse pas grand monde de marbre.
    Mais voilà que l'épéiste muet au regard farouche est en émoi, face à une terrible Satori telle que moi ?
    Ne relâches pas ta garde, mon chéri, tu cours à ta perte, et je ne suis pas d'humeur à négocier...

    Me rapprochant alors doucement, d'un pas chaloupé, en le fixant avec un air plus complice, je ne m'arrête qu'une fois devant son nez, le laissant détailler ma nudité et laissant s'éveiller ses sens par le contact de ma queue effleurant sa cheville. Puis je pose mon index sur la pointe de son épée, afin de l'obliger à la ranger, en murmurant.

    - Allons, ce n'est pas de cette manière que l'on fait les présentations...comment t'appelles tu, d'abord, et que me veux tu ? Réponds moi, satisfais ma curiosité...Ensuite seulement, tu pourras prétendre à porter cette lame sous ma gorge, si le coeur t'en dit encore...

    Je baisse la tête et m'expose sans plus de précautions, mon cerveau s'actionnant alors à toute allure.
    Mon petit numéro fonctionne, mais pour combien de temps ?
    Je suis affaiblie, d'humeur maussade, nue et ne connais que très peu ces lieux. Alors autant attaquer la première... Je suis lasse de détaller autant que de craindre pour ma fourrure...
    Et tu en feras les frais, toi, l'inconnu sans voix...
    Gust
    avatar
    Messages : 79
    Date d'inscription : 07/02/2015
    Age : 24
    Localisation : Une maison dans la forêt de Nacrym.

    Caractéristiques
    Mana:
    0/500  (0/500)
    Métier: Herboriste-EXPERT
    Niveau:
    5/720  (5/720)
    Je me sentais étrange lorsque la satori s'approchais... Je savais que mes joues étaient rouges, mais je n'osais pas bouger, alors qu'elle était si proche, sa queue effleurant mes chevilles... Je n'avais pas ressenti cet affolement de battements de cœur depuis si longtemps... Non ! Plus jamais ca!
    Je sus que mon regard avait changé, de la colère ? De la haine ? Je ne sais pas vraiment, même les émotions de mon moignon étaient devenues sombres sans êtres très précis. Je sentais à la limite de mon esprit celui de la douce forêt tentant de m'atteindre pour apaiser cela, mais je gardais le contact fermé intentionnellement.

    Je n'accepte pas qu'on joue avec mes sentiments... Une fois fus largement suffisant. Je reculais d'un pas et mis genou à terre pour poser ma main sur le sol, je fis appel à ma magie pour tisser avec l'herbe et les feuillages une longue cape, duveteuse et imperméable.
    Je fis se souder les tiges d'herbes douce, les renforçais, ajoutais des centaines de feuilles diverses pour permettre de retenir la chaleur et contrer la pluie, c'était comme de voir des dizaines de serpents se réunirent.
    Je pris la cape après avoir rangé ma lame et la mis dans les bras de la visiteuse.

    Je ne veux pas la tuer, mais si elle reste ici, je serai capable de lui faire du mal pour la faire fuir, hors de question qu'elle reste ici pour apporter des tourments inutiles à mon havre de paix.
    Je restais droit devant elle, attendant une réaction, en proie à mes propres souvenirs, à mes propres démons, à ces sombres années de peines, de tristesse et de douleurs qui ont précédé ma venu en ces lieux... Je sentais le vent caresser mes cheveux de sa brise, surement sous l'impulsion de l'esprit de la forêt, pour m'apaiser... Pourquoi moi ? Pourquoi les esprits de cette forêt sont si attachés à moi...
    Neutre
    avatar
    Messages : 76
    Date d'inscription : 28/09/2014
    Localisation : Quelque part entre les toits et l'enfer...

    Caractéristiques
    Mana:
    120/500  (120/500)
    Métier: Assassin/novice... Femme de charme/experte
    Niveau:
    5/720  (5/720)
    Toujours oppressant, cet inévitable silence maintenait les corps face à face. La lame était levée, puis retournée au fourreau, mais les crocs...
    La jeune féline n'était pas déjà encline à interrompre ses quelques jours de grand vide et de méditation. Qu'elle soit chassée, ou que l'on lui "demande gentiment". Et l'avis de la forêt n'avait jamais vraiment été son premier soucis. Pourtant sachez que les forêts Satories ne sont pas les moins caractérielles. Naoxys, qui avait été bercée dans l'un de ces mortels labyrinthes de malice, sur la terre des démons, n'avait jamais cédé aux caprices de quelques haineux feuillages.


    Oh, il a rougi ! Et quelle fréquence cardiaque, non d'Ezhreal !  Fabuleux, adorable, crucial moment d'insouciance... Ma nudité ? Mes caresses ? Je ne laisse rien au hasard...alors ne m'offre pas encore l'avantage, ne sois pas si émotif...ou bien si démonstratif...  
    Soudain, la stupeur se mue en confusion, puis en dédain, comme un retour dans le passé, un conflit intérieur. Oh non, encore un pauvre petit amoureux, qui va me calquer sur le corps les erreurs de son passé ! Ces étranges lueurs à son bras semblent s'agiter en même temps que le personnage... Je m'assure de reculer d'un pas, en dévoilant mon sourire narquois.  

    - Tu n'as pas des centaines de questions à te poser...je suis lasse de devoir justifier ma présence...traite moi en paria ou laisse moi filer...

    Mais il se concentrait sur autre chose, semble-t-il, car, s'agenouillant, il canalise son pouvoir et mobilise alors des lianes, tiges et autres brindilles pour créer.  Il me tend alors une sorte d'étoffe végétale, solide, d'aspect plutôt bien manufacturé...
    J'espère que l'incompréhension se lit suffisamment sur mon visage, même si je ne la joue pas très souvent.
    J'ai connu des surprises, mais personne ne m'avait encore offert de vêtements de sa création, un instant après m'avoir menacée au fil de l'épée. Comment dois-je le prendre ? Et le porter...? Des revendications ? Est-ce un moyen de m'acheter ? Est-il trop pudique ? Trop de questions à la fois...je sens déjà poindre les maux de crâne...
    Je l'inspecte sous tous les angles. Il ne semble pas damné, ni vraiment dangereux... Va-t-il se rétracter aux contact de mes côtes ? Me brûler vive ? En tous cas...l'objet fini ne dégage pas d'aura particulière. Essayons !
    Je n'ai rien à perdre en ce moment...et même dans l'au-delà, je trouverais le moyen d'accomplir ma vengeance.

    M'enveloppant tant bien que mal dans le tissu végétal, je m'y sens vite à mon aise et me blottis dedans.

    -Hum...merci, c'est agréable...mais...pourquoi ? Et puis...je n'en avais pas vraiment besoin...

    Sur ces mots, je contemple mon avant-bras, pour y attirer son regard, et l'équipe instantanément d'une fourrure noire et drue. Avant de faire se hérisser ma peau de nouveau, et disparaître les longs poils sombres l'instant d'après.

    -Vois, cette enveloppe sait s'adapter à mes caprices ...

    Redevenant soudain interdite, et concentrée sur la situation.

    - Maintenant, que veux-tu ? Pour l'heure, évitons le conflit... Sache que je ne reste que quelques jours, mais que tu ne me chasseras pas... Aucune crainte, je saurais me montrer discrète...Tu ne me verras...ou bien uniquement si je juge cela nécessaire...

    J'aurais aimé lui dire "sur ce, au revoir" et tourner les talons. Mais je suis peut-être encore trop somnolente pour disparaître...
    Gust
    avatar
    Messages : 79
    Date d'inscription : 07/02/2015
    Age : 24
    Localisation : Une maison dans la forêt de Nacrym.

    Caractéristiques
    Mana:
    0/500  (0/500)
    Métier: Herboriste-EXPERT
    Niveau:
    5/720  (5/720)
    Je trouve cette étrangère bien présomptueuse pour se targuer de s'installer sur mon domaine sans avoir cure de ma présence ou mon avis sur la question, je sens mon symbiote s'agiter d'une certaine colère alors.
    Je dois trouver un moyen de me faire comprendre, sinon elle voudra passer et la si moi, je ne la stoppe pas, ce sera la forêt elle-même qui va l'anéantir sans pitié.

    Je suis assez perplexe et je réfléchis à toute vitesse pour dénouer cette situation si compliquée. Je finis par avoir une idée, la forêt voulait que je soit protecteur mais bon, pas implacable, juste et honorable plutôt.
    Je m'assis sur l'herbe et posais mes mains au sol, devant moi une infinité de fleurs colorées décrivirent un message sur une toile émeraude d'herbe vivace.

    "Vous ne pouvez entrer, la forêt le refuse. Mais je peux vous laissez à son extrême frontière, dans une zone sûr pour vous. Le temps que vous fassiez la preuve que vous ne lui voulez pas du mal, ni à ma famille."

    Les fleurs se dispersèrent et le message se désagrégea lentement. Je regardais la femme étrange mon épée sur les genoux, deux racines robustes et fortes ondulant derrière moi, prêtes à me défendre.

    Une odeur de fleur fruitée envahie notre lieu de rencontre, un vent souffle léger et doux... Une preuve de paix, pas d'hostilité. Je sens l'herbe qui caresse mes mains, avec la tendresse d'une mère. Les racines ondulent derrière moi sans mouvement brusque.

    Je suis calme, avide de compagnie mais prudent face à une démone, je n'ai pas vraiment de préjugé après la rencontre de Kizuë mais si cela est nécessaire, je devrais la tuer pour défendre mon foyer. Malgré ce sentiment d'attirance surement factice de part la nature de mon invitée, je devrais défendre m fille.
    J'aimerais pourtant juste une fois... avoir une amie qui reste plus que quelques jours... la solitude devient un fardeau et je ne veux pas l'infliger à Maya.
    Neutre
    Contenu sponsorisé

      La date/heure actuelle est Ven 15 Déc - 18:42